Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Ac/dc, Airbourne

JAILBIRDS - The Great Escape (2019)
Par GEGERS le 2 Août 2019          Consultée 1355 fois

Vous jouez du Hard Rock dit "classique", façon AC/DC ou ROSE TATTOO ? Ne perdez pas votre temps en répétitions inutiles, en phases de compositions infertiles et autres remises en questions artistiques. L'important, c'est de vous construire une mythologie, d'inscrire votre groupe dans une tradition bien ancrée et de lui donner une image attirante. Est-ce qu'on a demandé à Conan le Barbare de réinventer la fantasy ?

Prenez JAILBIRDS. Les mecs sont quatre et clament haut et fort qu'ils sont originaires d'Australie même s'ils sont basés à Dublin, en Irlande. Ils ont un nom qui se place en référence directe au groupe d'Angus Young, et proposent pour illustrer leur premier album un visuel qui use et abuse des "artifices" du genre : un rocker en ombre chinoise, une posture de défiance, des sommets acérés, et le tonnerre, bien sûr, qui symbolise ici le déferlement des décibels qui va s'abattre sur l'auditeur. S'ajoute à cela une durée d'album courte (9 morceaux pour 34 minutes), et voici donc un groupe qui se place directement dans les pas des grands noms du Hard Rock de papa, et qui semble bien décidé de prendre la suite de ces groupes irlandais qui ont frappé fort d'entrée avant, pour certains, de s'étioler : The ANSWER, GLYDER ou JADED SUN, autant de combos prometteurs qui ont pour la plupart disparu des écrans-radar.

Et les JAILBIRDS ne nous trompent pas. La musique pratiquée par le groupe est bien conforme à l'étiquette, un "Big Rock" crasseux et puissant, taillé pour les stades autant que pour les bouges de campagne, adapté pour tous les lieux où on vous sert de la bière pression à la pinte sans vous demander si vous préférez une IPA ou une 33 Export. Le son est particulièrement clair, et c'est sa puissance qui nous saisit en premier alors que "The Great Escape", qui donne son nom à l'album, démarre sur une poignée d'accords acoustiques à la fois bluesy et celtisants avant de se transformer en une orgie Hard Rock rapide et très emballante. La guitare lead prend d'entrée les devants et ne nous lâche plus, dégoulinant de notes et dégueulant ses licks avec une virtuosité décomplexée. L'ensemble est sublimé par les lignes vocales imparables d'Alex MacDonald dont le chant clair, somme toute bien lisse si on le compare à un Bon Scott ou Joel O'Keeffe, se fait néanmoins percutant et apporte un punch délectable.

Si AIRBOURNE ne vous fait plus bander, JAILBIRDS a ce qu'il vous fait. "Loose Cannon" est un brûlot comme tous les fans de Hard Rock les aiment, direct et sans fioritures. "The Pilot", en toute fin d'album, est autant rapide et savoureux, vos pieds accompagnant, impossible d'y résister, le rythme de la batterie. Ce que l'on apprécie, c'est cette précision, cette science de riff et ce savoir-faire du refrain, qui n'est pas si surprenant venant de la part d'un jeune groupe auteur d'un EP en 2016, mais qui donne une saveur particulière à ces premiers albums porteurs d'un syndrome si difficile à surmonter.

Lorsque le groupe décide de varier son propos, on le suit sans rechigner. Si l'élargissement de la palette semble un peu confus sur "Nothing Good Lasts Forever", qui cherche autant du côté de THIN LIZZY que des FOO FIGHTERS, JAILBIRDS retrouve bien vite les sentiers balisés avec "Underdog" qui évoque "Given The Dog A Bone", ou "Fight Or Flight" dont l'intro n'est pas sans rappeler "Hard As A Rock". Reste que ce que l'on retient c'est avant tout une simplicité salvatrice dans l'exécution, et un groupe sûr de son Hard Rock, et qui ne déçoit pas l'ombre d'un instant sur ces neuf compos fort réussies.

JAILBIRDS ne propose pas un mythe fondateur, et ne remet pas en cause les canons du Hard Rock. Sa musique s'inscrit dans la lignée des grands, des très grands, et bénéficie d'une fraîcheur certaine qui permet à ce premier album, dénué de temps faible, de réussir son coup. Le label australien qui monte Golden Robot a eu le nez creux avec ce jeune groupe très prometteur ! Un album puissant et savoureux.

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


A NEW REVENGE
Enemies & Lovers (2019)
Hard rock




AXXIS
Eyes Of Darkness (2001)
Le chef-d'œuvre qui ne sait pas qu'il en est un


Marquez et partagez




 
   GEGERS

 
  N/A



- Axel Mcdonald (chant, guitare)
- Ed Orr (guitare)
- Jamie Trimble (basse)
- Jay Mcdonald (batterie)


1. The Great Escape
2. Loose Cannon
3. Nothing Good Lasts Forever
4. Shadow Of Love
5. Thrill Of The Chase
6. Underdog
7. The Pilot
8. Fight Or Flight



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod