Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Godsmack, Nickelback
 

 Myspace (500)

SHINEDOWN - Threat To Survival (2015)
Par KOL le 14 Juillet 2022          Consultée 409 fois

Non, SHINEDOWN n’est pas le plus mauvais groupe de Hard Rock du monde ! C’est pourtant ce qui apparaît lorsque l’on tape le nom des Floridiens dans le moteur de recherche de NIME : deux LPs chroniqués, deux fois une étoile. Des critiques au vitriol (dont l’une de votre humble serviteur), des notes abyssales : le carnage ! Et pourtant, Brent Smith et sa clique ont du talent, et notamment celui de savoir composer des morceaux efficaces et des mélodies assez imparables, du genre qui sont encore dans votre crâne au réveil le matin. C’est sans doute pour cela qu’ils ont fourgué plus de dix millions d’albums depuis leur formation au début des années 2000. De cette époque ne subsistent d’ailleurs que le chanteur et Barry Kerch, le batteur.

Ce savoir-faire est difficile à décrire et pourra aisément être challengé par certains de nos lecteurs, voire sans aucun doute par d’autres chroniqueurs. Reste que sur moi, cela fonctionne, et plutôt bien. On a tous besoin de morceaux qui plaisent à notre conjoint, que l’on peut écouter à la maison sans faire fuir l’être aimé dans la salle de bain ni pousser les voisins à appeler la BAC pour suspicion de messe noire, sans pour autant céder à la vindicte populaire et passer de la soupe. SHINEDOWN fait partie de ces groupes qu’il est possible d’écouter avec un public non-initié au côté obscur de la force. Tout le monde peut y trouver son compte, et cela mérite un certain respect.

Alors oui, c’est parfois mielleux, oui "Threat To Survival" est sans doute trop produit, même si le combo fera par la suite bien pire en la matière avec "Attention Attention", maquillé comme un camion volé, mais il n’en reste pas moins que les lignes de chant font mouche ("State Of My Head" pour n’en citer qu’une) et que Brent Smith assure carrément, que ce soit sur cet album ou en concert. Si sa voix reste plutôt classique pour le style, il sait varier les plaisirs et faire passer suffisamment d’émotions, ajoutant de temps à autre une petite teinte Southern, plaisante au possible. Autre élément remarquable : la variété de la section rythmique. Derrière ses fûts, Barry Kerch apporte un soin particulier à se renouveler piste après piste, donnant un relief certain aux onze titres composant le cinquième opus de la formation. En revanche, le son des guitares n’est franchement pas ma came, soyons clairs. Trop synthétiques, trop radio-friendly, elles n’apportent ni le tranchant ni la lourdeur qui auraient sans doute donné une dimension supérieure à certains morceaux. Intéressant de noter d’ailleurs la création en 2014 d’un side-project acoustique, SMITH & MYERS, délivrant des reprises et compositions originales gorgées de feeling en mode SIMON & GARFUNKEL, les deux compères effectuant même des tournées aux quatre coins des US, permettant de mieux apprécier les influences du groupe.

Car on n’est pas loin de la Pop, on ne va pas se mentir. Même si ce n’est pas sale pour autant, un groupe comme SIXX A.M. ayant franchement sauté le pas avec le succès que l’on connaît. SHINEDOWN se rapproche sans doute plus d’un NICKELBACK, plus moderne, et qui aurait su pousser la recherche harmonique plus loin que les Canadiens. À ce titre, les trois premiers titres de l’album constituent une ouverture plus qu’enthousiasmante, et notamment ce "Cut The Chord" de toute beauté, et qui pour le coup offre une certaine puissance à l’album. Définitivement la réussite de "Threat To Survival", le morceau réussit même l’exploit de me faire accepter des chœurs infantiles en intro. Dans un autre style, "Black Cadillac" tape dans le mille et parvient à surprendre dans sa progression ainsi que quelques passages de guitares, largement sous-mixés précédemment.

SHINEDOWN nous offre donc quarante minutes de Hard Rock mainstream avec cet album plutôt réussi, qui saura séduire un large public. Ni génial et encore moins nul, "Threat To Survival" se consomme comme un bon blockbuster ricain, bien foutu même si parfois un peu gavé d’effets spéciaux dispensables. Un bon petit dimanche soir en perspective en sorte, auquel on revient avec plaisir régulièrement.

Note : un petit 3/5, mais il n’y a pas de mal à se faire du bien.

A lire aussi en HARD ROCK par KOL :


SHINEDOWN
Planet Zero (2022)
Un retour en forme inespéré




Ayron JONES
Child Of The State (2021)
Parfois, le buzz a du bon !

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   KOL

 
  N/A



- Brent Smith (chant)
- Barry Kerch (batterie)
- Zach Myers (guitare, piano, voix)
- Eric Bass (basse, piano, voix)


1. Asking For It
2. Cut The Cord
3. State Of My Head
4. Outcast
5. How Did You Love
6. It All Adds Up
7. Oblivion
8. Dangerous
9. Thick As Thieves
10. Black Cadillac
11. Misfits



             



1999 - 2023 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod