Recherche avancée       Liste groupes



      
POP METAL  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : After Forever, The Sins Of Thy Beloved , Penumbra, The L-train
- Style + Membre : Tristania, Trail Of Tears, Mortemia
 

 Site Officiel (506)
 Page Myspace (579)
 Page Facebook (959)

SIRENIA - Riddles, Ruins & Revelations (2021)
Par VOLTHORD le 3 Mai 2021          Consultée 1245 fois

Nous sommes en 2021, SIRENIA propose, non comme un bonus track, la reprise du titre de DESIRELESS "Voyage Voyage". Tant pis. 1/5

Le verdict est clair.
Non ?

Non ?
Bon, prenons chaque partie de ce qui était à mon avis tout à fait suffisant.


"Nous sommes en 2021"
Il est toujours bon de le préciser, mais 2021 est l'année qui succède à 2020. Et 2020 a été un moment historique qui a bien pué du cul.
On peut déjà anticiper une chose, c'est qu'une reprise de "Voyage Voyage" par SIRENIA, à ce stade-là, ne peut pas être qualifié de "catastrophique" alors que, pour une fois, une définition commune du mot dans sa forme la plus littérale semble s'extirper de ses habituels usages familiers.

"Nous sommes en 2021" bis
Il faut également préciser qu'en 2020, les mariages, les soirées karaoké et les bals de pompiers n'ont pas eu lieu. Je ne sais pas encore pourquoi je précise ça mais je sens que ça aura son importance par la suite.


"SIRENIA propose"
Oui car à l'heure actuelle, SIRENIA ne crée plus rien. Il "propose" vaguement des idées.
Cela fait quasiment douze ans que ça dure et c'en est assez pénible si l'on considère que Morten Veland a tout de même été le pilier d'une scène Doom Romantique désormais en respiration artificielle, mais dont il semblait avoir déjà résumé l'essence. Pénible également, comme, dans un revirement de situation plaisant à l'époque, Veland transformait intelligemment son TRISTANIA en l'agrémentant d'une touche THERIONesque plus grandiloquente et lumineuse.
Donc oui, ces deux premiers albums sont aujourd'hui à la carrière du groupe ce qu'une granule d'Arnica Montana en 9CH est à la plante Arnica de la famille des Asteraceae. SIRENIA aujourd'hui, c'est une série B de Metal vaguement extrême et même plus vraiment symphonique, un truc Pop qui rate sa cible. "Riddles, Ruins & Revelations" fait d'ailleurs plutôt truc metallique baigné dans de l'Europop, plus DELAIN qu'EPICA dans l'approche. D'ailleurs je vais tout de suite balayer l'espoir que certains auraient d'une vraie chronique ici : j'ai écouté une quinzaine de fois cet album et n'y trouve toujours absolument rien pour un peu m'accrocher l'oreille...
Je le disais donc plus haut : comme le groupe de milieu de tableau qu'il est devenu, SIRENIA ne fait donc que "proposer".


"Non comme un bonus track".
Il y a deux choses ici. La négation implique que cela aurait été tolérable, du moins compréhensible qu'une telle absurdité puisse se produire en périphérie d'un album "sérieux". Mais n'oublions pas que nous sommes en 2021, et que les limites du respect ont été depuis longtemps franchies. Non seulement on ne met pas de côté ce genre d'incartades, mais elles ont le rôle d'ambassadeur pour l'album. On en fait même un clip.
Et non, je ne reviendrai pas sur l'amateurisme de ce clip. Gardons cela en tête : cette reprise n'est pas le bonus track, cette reprise est la pièce maîtresse censée terminer l'album en beauté. En plus de n'avoir plus vraiment d'aspect "symphonique", il se pare d'une dimension Pop surannée incompréhensible qui ne s'aventure dans aucune espèce d'originalité formelle ; on y applique toujours une sorte de production "clean" et "bombastic", Napalm Records oblige. Un peu comme l'album qui le porte (ou qu'il porte), le titre est sans risque, sans vague, pas vide mais pas inspiré.


"La reprise du titre de DESIRELESS "Voyage Voyage"".

DESIRELESS n'est pas la pire artiste de variété française qui soit. En réalité, je pense préférer "Voyage Voyage" à l'infernal couinement de Sirkis sur le refrain de "L'Aventurier" ou le clavier cauchemardesque des "Démons de Minuit". C'est presque ça le pire : "Voyage Voyage" est un démon mineur dans ce panthéon du mauvais goût. Ce n'est même pas un choix scandaleux.

Certes il y a quelque chose d'attendrissant à ce que Morten rende hommage à un titre qui l'a bercé, et que la talentueuse Emmanuelle Zoldan se l'approprie au chant. Dans le fond, c'est cool. Je suis tout à fait sérieux quand je dis ça. Heureusement que ces gens ne bossent pas pour essayer de plaire à des types comme moi.

Mais cela n'a pas d'importance, lorsque "Voyage Voyage" arrive à mes tympans, je ne peux m'empêcher de penser que désormais tout est possible. "Jusqu'au Bout De La Nuit" par NIGHTWISH ? "Partenaire Particulier" par DRACONIAN ? Quelque part, j'étais persuadé que les playlists de mariage et de place du village hexagonales ne rejoindraient jamais la catégorie du concevable dans une proposition de reprise par un groupe de Metal "sérieux".
J'ai eu tort. Alors certes il y a les "Fleurs Du Mal" de THERION, qui a peut-être changé la donne même si j'ai toujours eu l'impression que cet album était detesté de tous. Mais non, ce n'est sans doute pas ça qui a permis à SIRENIA de "miser" sur un tel titre. Vraiment, ces choses-là ne devraient pas être de l'ordre du possible.

Il ne me reste donc plus que la thèse ésotérique : rappelons-nous que 2020 faisait le deuil de toutes les fêtes saucissons fromages possibles et imaginables, laissant sur le palier des MJC une foule de chansons qui avaient l'habitude d'être imposées aux oreilles des gens comme les caresses inappropriées aux parties génitales d'un tonton imbibé. Ces playlists dormantes, hantées et vengeresses, ont réussi à se matérialiser d'une manière ou d'une autre et trouver le chemin de nos maisons. "Voyage Voyage" est visiblement la plus tenace de son espèce : elle transperce l'éther et le Metal, et nous rappelle que la distanciation physique sera de nouveau bannie lorsqu'une fois déconfinés, DESIRELESS nous prendra de nouveau en sandwich entre Patrick SÉBASTIEN et ÉMILE & IMAGES. Elle nous rappelle qu'elle transcende le réel, qu'elle n'a que faire de notre bulle de confort. Que son espèce l'emportera toujours.

A lire aussi en POP ROCK / METAL :


MARILLION
Somewhere Else (2007)
Marillion nous emmène ... ailleurs




CONCEPTION
Flow (1997)
Pop metal classieux


Marquez et partagez




 
   VOLTHORD

 
  N/A



- Morten Veland (guitare, basse, chant, claviers, programmation)
- Nils Courbaron (guitare)
- Emmanuelle Zoldan (chant)
- Michael Brush (batterie)


1. Addiction N°1
2. Towards An Early Grave
3. Into Infinity
4. Passing Seasons
5. We Come To Ruins
6. Downwards Spiral
7. Beneath The Midnight Sun
8. The Timeless Waning
9. December Snow
10. This Curse Of Mine
11. Voyage Voyage



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod