Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER METAL  |  STUDIO

Lexique power metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Iron Savior
- Membre : Firespawn, Necrophobic
- Style + Membre : Savage Circus, Nocturnal Rites

PERSUADER - Necromancy (2020)
Par JEFF KANJI le 22 Février 2021          Consultée 1375 fois

Revenir après une longue absence est compliqué. PERSUADER n'ayant jamais non plus été un groupe de première division, c'est d'autant plus difficile pour lui de faire perdurer son nom. Mais bon "The Fiction Maze" ne les aura sans doute pas aidés, tant il peinait à approcher durablement la qualité des trois premiers efforts du combo. Mais le groupe suédois, ou plutôt le trio Carlsson/Juntunen/Norberg (qui en l'absence de bassiste s'est occupé de la quatre-cordes, Alex Friberg, transfuge de NECROPHOBIC et FIRESPAWN n'a intégré PERSUADER que début 2021) revient à l'assaut sous les couleurs de Frontiers, tapant plus haut que lors de son précédent contrat (avec Inner Wound Recordings), avec un nouvel album !

"Necromancy" est le messie, l'album-carton qui manquait à PERSUADER pour redevenir pleinement crédible sur une scène Power globalement vieillissante, où il pourrait jouer au taulier. Pour cela, Jens Carlsson a mis à disposition toute l'étendue de ses capacités vocales hors-norme pour écrire des refrains monstrueux (pas un titre n'y échappe), et derrière, la paire de guitaristes a sorti l'artillerie lourde. Il faut dire que l'arrivée de la tête pensante de NOCTURNAL RITES Fredrik Mannberg doit aider. Le Suédois a remis les pendules à l'heure après dix ans de silence discographique. Heavy, sombre et tranchant comme une lame de rasoir. Voilà sans doute trois qualificatifs pour évoquer l'incroyable vitalité qui se dégage de ce cinquième album de PERSUADER.

Les rythmiques sont solides, appuyées, elles ne sont clairement pas là pour caresser l'auditeur dans le sens du poil et Efraim Juntunen fait lui aussi un super taf, toujours au rendez-vous, vingt-trois ans après les débuts de la formation suédoise. Mais surtout j'insiste sur ces refrains bombastiques, souvent mis en relief par quelques chœurs. Ils ressortent d'autant plus que les titres (exception faite du plus long "The Infernal Fires") restent compacts, ce qu'on retrouve également à l'échelle de l'album qui tape tout peine les trois quarts d'heure, soit la durée idéale. L'album se termine si vite que l'on en veut encore… et qu'on le relance. On a peine à croire que ces titres durent cinq minutes tant le groupe parvient à nous faire passer la pilule facilement.

Ce rebond fonctionne pour deux raisons : déjà l'album accumule les mélodies catchy, notamment sur les refrains, mais parvient à ne jamais sacrifier quoique ce soit à la puissance qui a fait sa réputation ("Raise The Dead" vire même sauvage) et qui rendait "The Hunter" inarrêtable. Et c'est peut-être aussi ce qui en fait le meilleur album de PERSUADER en carrière. Et puis je parle bien sûr du chant (comment ne pas s'y attarder avec un organe prodigieux comme celui de Jens Carlsson), mais la paire de guitaristes est au sommet également, les soli fusent autant que les rythmiques, aidée par une production redoutable et acérée. Une renaissance pour les Suédois qui, je l'espère saura convaincre de nouveau de rallier à sa cause, après des années de doute et de silence.

Ramassé sur sept titres pour quarante-cinq minutes, il dispose de toutes les armes nécessaires pour aligner les hits, même si sa sortie tardive verra sans doute les différents tops lui échapper. Il donne une furieuse envie de le relancer, tant il nous a donné d'énergie à revendre. Fredrik Mannberg a hélas déjà mis les bouts, la sortie de "Necromancy" sera peut-être encore davantage à marquer d'une pierre blanche. On saura dans quelques années si son apport avait été aussi décisif qu'il y paraît aujourd'hui. Car nul doute que la pression qu'aura le groupe pour égaler ce cinquième album sera très élevée.

Note réelle : 4,5/5.

A lire aussi en POWER METAL par JEFF KANJI :


GALNERYUS
Into The Purgatory (2019)
Tentation Prog ; hmmm gros potentiel




LIONSOUL
Omega (2013)
Parcimonie, c’est pas italien ça ?


Marquez et partagez






 
   JEFF KANJI

 
   DARK BEAGLE

 
   (2 chroniques)



- Fredrik Mannberg (guitare)
- Emil Norberg (guitare, basse)
- Jens Carlsson (chant)
- Efraim Juntunen (batterie)


1. The Curse Unbound
2. Scars
3. Raise The Dead
4. Reign In Darkness
5. Hells Command
6. Gateways
7. The Infernal Fires



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod