Recherche avancée       Liste groupes



      
METALCORE  |  STUDIO

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Silent Civilian, Mutiny Within, All That Remains

KILLSWITCH ENGAGE - Killswitch Engage Ii (2009)
Par METALINGUS le 1er Septembre 2020          Consultée 346 fois

Voici le second album éponyme de KILLSWITCH ENGAGE. Évidemment, cette action n’est pas vide de sens. Est-ce pour remettre les compteurs à zéro ? Effacer un peu plus leur passée en s’éloignant toujours davantage des années Metalcore alambiquées ? Il faut dire qu’avec l’arrivée d’Howard Jones, les gars ont simplifié leur musique, la rendant accessible à tous. Un deuxième album éponyme pour un second départ.

Avec le second "Killswitch Engage", la métamorphose est donc complétée : il n’y a aucune agressivité dans la musique, la production étant le grand coupable. Celle-ci est toujours effectuée par leur guitariste, le grand maître d’œuvre à penser Adam Dutkiewicz. Les guitares sont mises en retrait, la basse presque inaudible. Alors, qu’est-ce qui est mis en avant ? La voix, tout simplement. Celle-ci est partout, la musique n’étant désormais que secondaire.

Le chant, parlons-en : sur "The Return" ou "Take Me Away", la voix est claire 100% du temps. Jones ne va que très rarement dans le "screaming". Les pseudo-balades s’enfilent d’ailleurs à une vitesse alarmante : "Save Me", "Lost", et j’en passe. Étant donné que ce sera le dernier album sur lequel Howard enregistrera ses vocalises, c’est un peu triste qu’il termine sa carrière avec KILLSWITCH ENGAGE de cette manière. Paradoxalement, la galette s’est vendue comme des petits pains chauds. Seule la communauté Metal semble avoir reçu la galette avec une certaine froideur. Il faut dire que votre humble serviteur préfère Jesse Leach, moins maître de sa voix, mais beaucoup plus intense.

Lorsqu’on a un album accessible entre les mains, on peut se poser LA question : est-ce une belle porte d’entrée pour un fan de Metal qui voudrait découvrir le Metalcore sans trop tomber dans l’agressivité ? J’ai tendance à croire par l’affirmative. Je vois bien un fan de DISTURBED ou de GODSMACK écouter pour la première fois ce second album éponyme et prendre son pied. Malgré tout, je conseillerais à cette même personne de se pencher par la suite sur "As Daylight Dies", qui peut également surprendre en étant de meilleure qualité à mon avis. Par la suite, rien ne l’empêchera d’aller vers les premiers albums, la meilleure période du groupe.

En pleine tournée, Jones s’absente et sera remplacé au pied levé par Phil Labonte, chanteur d’ALL THAT REMAINS qui avait d’ailleurs passé les auditions pour être le remplaçant de Jesse Leach. Lorsque Jones annonce son départ dû à la difficulté de gérer son diabète de type 2 pendant les tournées, la machine à rumeur s’emballe : est-ce que Labonte va enfin atteindre son rêve de chanter avec les pionniers du Metalcore ? Non, il se fera de nouveau couper l’herbe sous le pied : Jesse Leach, premier chanteur, est de retour. Lui qui avait quitté le groupe dû aux rigueurs des tournées (dépression, mal du pays) revient au bercail.

Morceau préféré : "Never Again".

A lire aussi en HEAVY METAL par METALINGUS :


FIVE FINGER DEATH PUNCH
The Wrong Side Of Heaven And The Righteous Side Of Hell 1 (2013)
Le syndrôme "Load"/"Reload" ?




DIO
Holy Diver – Live (2006)
Dio, saint Dio


Marquez et partagez




 
   METALINGUS

 
  N/A



- Howard Jones (chant)
- Adam Dutkiewicz (guitare solo)
- Joel Stroetzel (guitare rythmique)
- Mike D'antonio (basse)
- Justin Foley (batterie)


1. Never Again
2. Starting Over
3. The Forgotten
4. Reckoning
5. The Return
6. A Light In A Darkened World
7. Take Me Away
8. I Would Do Anything
9. Save Me
10. Lost
11. This Is Goodbye



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod