Recherche avancée       Liste groupes



      
ELECTRO MÉLODEATH  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

2011 Epsilon
2019 Amateras
 

- Style : In Flames, Soilwork
 

 Site Officiel (57)
 Chaine Youtube (49)

BLOOD STAIN CHILD - Amateras (2019)
Par ANIMA le 16 Août 2019          Consultée 1364 fois

En voilà un groupe qui revient de loin ! Après un "Epsilon" absolument excellent sorti en 2011, BLOOD STAIN CHILD est quelque peu parti en roue libre totale. Slalomant entre un line-up instable (avec option perte de membre assez important), le groupe a sorti trois EP allant du très sympathique ("Last Stardust") à la catastrophe au goût douteux ("Tri Odyssey") le tout suivi par "The Legend", un album studio constitué d’un titre inédit et de réenregistrements de morceaux plus anciens de la carrière du groupe et étant complètement en dents de scie au point de vue qualitatif. C’est après tout ce bordel que sort donc "Amateras", et ce fut avec une certaine appréhension que j’ai écouté l’album, même si, "Kamui", l’inédit de "The Legend" présentait déjà quelque chose de bien mieux que ce qu’avait montré "Tri Odyssey".

Je ne fais pas de suspens, vous avez vu la note, l’album est très bon. Je vous avoue qu’à la première écoute et ce dès les premières secondes, une vague d’endorphines à complètement submergé mon cerveau. Il faut dire que "New Space Order" ouvre l’album à la perfection et nous présente le BSC version 2019 sous son meilleur jour. Déjà, exit le chant typé Visual Kei pourri des derniers EP, ici c’est Sadew, qui avait déjà fait usage de son chant sur l’album "Mosaic", qui revient derrière le micro et première surprise, là où sur "Mosaic" son chant clair pouvait être assez risible voire insupportable, ici il est juste excellent et offre certains moments vraiment géniaux (genre le refrain de "Earth", énorme tuerie) même si des fois il retombe un peu dans ses travers de l’époque comme sur "Luminous Infelno" ou il utilise un chant bien mièvre. Et du côté des growls, rien à redire, ça fait le taf tout en étant plutôt proche de ce que faisait Ryo avant lui.

Si je m’attarde directement sur le chant, c’est parce que j’ai l’impression que le chant clair n’a jamais été aussi présent que sur cet album. Alors bien sûr il y a eu "Epsilon", mais j’ai au final l’impression que cet album est quelque peu à part dans la discographie du groupe principalement à cause du chant clair de Sophia qui s’imposait vraiment sur la musique. Néanmoins, cette forte présence du chant clair de Sadew donne un feeling beaucoup plus moderne à la musique de BSC (qui il faut l’avouer partait parfois pas mal vers le kitsch, surtout sur "Mosaic" et les EPs post "Epsilon"). Pourtant, à part ça, la recette n’a pas foncièrement changé, certains morceaux auraient pu venir d’anciens albums qu’on y aurait vu que du feu comme "Luminous Infelno" qui n’aurait pas fait tâche sur "Idolator" avec ses envolées de guitares bien galvanisantes ou "Love InPulse" et "Lost Humanity" qui pourraient facilement venir de "Epsilon" si on y ajoutait le chant de Sophia.

BLOOD STAIN CHILD fait du BLOOD STAIN CHILD sur cet album, et il le fait rudement bien. Et allez, parce que le groupe aime bien s’inspirer de gros noms, j’ai envie de rajouter SOILWORK à la liste des références évidentes du groupe tant la manière que le groupe a de placer ses refrains et le timbre de Sadew qui se rapproche parfois de celui de Bjorn Strid me renvoient aux derniers albums de la formation suédoise. J’ai aussi envie de préciser que jamais le groupe n’a autant fait usage de l’électro et franchement, le mélange est maîtrisé à la perfection tant tout cohabite de manière organique (et là pas besoin de citer d'exemple, tout l'album est parlant sur ce point).

Bon malheureusement, tout n’est pas non plus tout rose dans cet album, j’ai déjà évoqué les quelques petites faiblesses dans le chant mais je dénombre deux trois morceaux en dessous du reste. D’abord "Del-Sol 1.02", vraiment poussif avec un riff chiant et trop peu d’arrangement électro pour maintenir correctement l’attention de l’auditeur. Vient aussi "皇 (Sumeragi)" qui finit un peu mollement l’album malgré une bonne partie Electro et "8bit Blackhole", véritable curiosité de l’album qui part complètement en vrille avec son riff syncopé purement Metalcore coincé dans la fin des années 2000 et son refrain tout guimauve, alors perso je le trouve bon ce morceau, mais c’est clairement le genre de truc qui passe ou qui casse, donc je vous laisse vous faire votre avis dessus.

"Amateras" est un excellent retour en force pour un BSC qui se montrait en flagrante perte de vitesse. Je ne peux de mon côté n’en être qu’heureux et je croise les doigts pour que le groupe continue sur ce nouveau regain d’énergie.

A lire aussi en DEATH MELODIQUE par ANIMA :


SDREAMEXPLORERS
Erasing The Enigma (2017)
My little Melodeath




AEPHANEMER
Prokopton (2019)
N'attendez plus le prochain WINTERSUN, on a mieux


Marquez et partagez




 
   ANIMA

 
  N/A



- Ryu Bsc (guitare)
- G.s.r. (guitare)
- Sadew (chant)
- Yakky (basse)
- Yasu (batterie)


1. New Space Order
2. Del-sol 1.02
3. Earth
4. Eastern Gravity
5. √bsc
6. Love Inpulse
7. Luminous Infelno
8. 8bit Blackhole
9. Lost Humanity
10. 3+6+9
11. 皇 (sumeragi)



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod