Recherche avancée       Liste groupes



      
METALCORE GENTIL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Killswitch Engage
- Style + Membre : Shadows Fall
 

 Site Officiel (33)
 Chaine Youtube (37)

ALL THAT REMAINS - A War You Cannot Win (2012)
Par METALINGUS le 27 Juillet 2019          Consultée 260 fois

Si on prend un instant afin de mettre la voiture d’ALL THAT REMAINS sur l’accotement dans le but de faire un bref retour en arrière dans la discographie de nos amis américains, on notera que :

- "Overcome" sera l’album le plus accessible du groupe, mais aussi le moins palpitant.

- "For We Are Many" remettait les pendules à l’heure avec du Metal bien couillu.

"A War You Cannot Win" peut maintenant se targuer d’être une espèce d’album "boussole" : c’est avec cette galette que l’on sera disposé à connaître la direction artistique entrepris par Phil Labonte et ses amis. Car oui, ami lecteur, il est bien loin le temps où ALL THAT REMAINS moulinait des riffs dans le style "The Fall Of Ideals" : morceaux progressifs, sections rythmiques complexes, soli épileptiques. Bien que "For We Are Many" nous donnait espoir d’un retour en force, tout le monde se rappelait "Overcome" et de sa "facilité".

C’est donc avec mon plus grand désarroi (et déception) que je me suis aperçu que la sixième galette de nos Américains n’est en quelque sorte que le petit frère de "Overcome" le mal-aimé. Les éléments sont toujours plus Rock, de moins en moins "Metalcore", avec des morceaux chantés dans son intégralité. Des titres mous du genou (et du ventre), des balades plus ou moins d’intérêt : voilà ce qui vous attend avec "A War You Cannot Win". Seul "Stand Up", pourtant dans cette catégorie peu glorieuse, sort du lot et semble avoir la combinaison gagnante avec son refrain entêtant et léger.

Heureusement, ALL THAT REMAINS ressort quelquefois les gros muscles, et Labonte se remet alors à beugler comme à la belle époque pour notre plus grand bonheur. À ce moment, la magie opère toujours autant. Le meilleur de l’album est en son milieu : après une intro (tout à fait inutile), c’est un "Just Moments In Time" et sa batterie qui défonce tout qui nous absorbe dans son sillage. Ce seul titre sert à démontrer à quel point les gars sont efficaces lorsqu’ils s’en donnent la peine. La même chose situation va d’ailleurs se reproduire avec la chanson-titre, précédée par un morceau instrumental là aussi discutable, pour nous asséner un bon coup dans le ventre.

Empreint de défauts non-négligeables, "A War You Cannot Win" remet les pendules à la mauvaise heure en nous aiguillant sur le futur d’ALL THAT REMAINS. Le message est maintenant clair : Labonte n’en a pas fini avec sa musique plus facile d’approche et au relent hyper mélodique. Mon avis est que les Américains sont à leur meilleur lorsqu’ils donnent dans le matraquage complet. De plus, le remplissage non-subtil à grands coups d’instrumentaux sans intérêt n’aide pas la cause de Phil. Voici donc un album à oublier : la bataille est perdue, espérons maintenant qu’il est encore possible de gagner la guerre. Malheureusement, "The Order Of Things" va poindre le bout de son nez et le terme "à chier" n’aura jamais été aussi populaire chez les fans du groupe.

Morceau préféré : "Just Moments In Time".

A lire aussi en DEATH MELODIQUE :


MERCENARY
Through Our Darkest Days (2013)
Ça se poursuit en beauté pour les Danois




DESTINITY
Resolve In Crimson (2012)
Pas chauvin !


Marquez et partagez




 
   METALINGUS

 
  N/A



- Philip Labonte (chant)
- Oli Herbert (guitare solo)
- Mike Martin (guitare rythmique)
- Jeanne Sagan (basse)
- Jason Costa (batterie)


1. Down Through The Ages
2. You Can't Fill My Shadow
3. Stand Up
4. A Call To All Non-believers
5. Asking Too Much
6. Intro
7. Just Moments In Time
8. What If I Was Nothing
9. Sing For Liberty
10. Not Fading
11. Calculating Loneliness
12. A War You Cannot Win



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod