Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  E.P

Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

- Style : Insidious Disease, Sadus
- Membre : Primus
- Style + Membre : Gruesome

POSSESSED - The Eyes Of Horror (1987)
Par T-RAY le 28 Avril 2019          Consultée 936 fois

En constatant le grand écart entre le proto-Death Metal de "Seven Churches" et la musique partiellement retournée à l'état de Speed Metal de "Beyond The Gates", c'était à se demander si POSSESSED acceptait véritablement l'idée d'être un groupe de Thrash Metal, après tout. Avec un premier album en avance sur son époque et un deuxième opus en retard sur les temps de passage des cadors du Thrash, genre musical alors au sommet, l'on pouvait légitimement s'interroger sur le fait que le quartette californien se sente à l'aise sur cette scène de la Bay Area à laquelle il appartenait pourtant pleinement… Mais ça, c'était avant la sortie de l'E.P. "The Eyes Of Horror", en 1987. Avec lui, les choses allaient devenir un peu plus claires.

En effet, "The Eyes Of Horror" est le disque le plus authentiquement Thrash Metal de la carrière de POSSESSED. Et je peux affirmer cela avant même que l’inespéré troisième album du combo, "Revelations Of Oblivion", ne soit paru, car celui-ci n'est pas qu'un disque de Thrash Metal. "The Eyes Of Horror", en revanche, est une galette de Thrash pur sucre. Et ça fait du bien d'entendre POSSESSED aussi à l'aise dans ses baskets dessus ! Le groupe fait taire tout doute quant à ses intentions dès "Confessions", morceau d'ouverture qui ne s'embarrasse même plus d'intro : un feulement de Jeff Becerra et c’est parti, les quatre zicos partent au quart de tour ! 2 minutes et 54 secondes d'un Thrash tout à la fois contemporain (pour 1987, s'entend) et bien campé sur les fondamentaux proto-Thrash VENOM-iens.

Et le quartette sait aussi bien se montrer tranchant sur les tempi rapides que menaçant sur les tempi moyens, comme le prouve l'excellent "My Belief" qui, oserais-je le dire, préfigure le riffing de SLAYER sur les deux derniers opus studio de sa grande époque, "South Of Heaven" et "Seasons In The Abyss". De la même manière, POSSESSED, sur les passages lents du début de "Storm In My Mind", nous donne un avant-goût de ce que pourra proposer ce même SLAYER sur ses meilleurs mid-tempi, "Dead Skin Mask" et "Seasons In The Abyss". Cet Extended Play renferme donc de petites perles dont une qui, à mon sens, constitue l'un des tous meilleurs morceaux de Thrash Metal jamais composés… Et ce, sans complication d'aucune sorte dans sa structure...

Je veux parler du morceau-titre, bien sûr ! Une véritable tuerie sur laquelle Becerra hurle à s’en damner et où Mike Torrao et Larry Lalonde portent au paroxysme leur maîtrise du palm muting et du tremolo picking, en remettant en avant leur goût pour la dissonance. Les deux bretteurs donnent littéralement l'impression de riffer au violon, tant leur tremolo picking est fluide et semble couler tout seul, montant et descendant d'une note à l'autre sans le moindre à-coup. Ajoutez-y leurs soli de guitare qui semblent vouloir transpercer ces “yeux de l'horreur” et vous tenez là un véritable hit de Thrash Metal comme on n'en attendait alors plus de POSSESSED. Dans l'ombre de ce morceau, pourtant, un "Swing Of The Axe" parvient lui aussi à se faire remarquer, qui semble retrouver la pleine vigueur des morceaux de "Seven Churches", comme les coups de vibrato distordus des deux six-cordistes le confirment… Musicalement, tout le groupe est au diapason.

Cerise sur le gâteau, POSSESSED trouve enfin un producteur capable de faire sonner son Thrash Metal comme il se doit. Pas un défricheur de l'extrême comme Randy Burns, ni un tenant de la ligne tradi comme Carl Canedy, mais un homme de guitare, un vrai, qui sait comment faire sonner l'instrument en toutes circonstances : Joe Satriani. En effet, “Satch” fournit ici l'un de ses rares travaux de production en dehors de ses propres œuvres, et ça déboîte ! Et il pousse son disciple Lalonde ainsi que Torrao dans leurs retranchements, question soli de guitare… Ils sont mieux en place que jamais sur cet E.P. et ils sortent même quelque peu des sentiers battus. Écoutez donc le deuxième solo de "Confessions", qui part très sombre et devient soudainement lumineux en se teintant d'une couleur de Metal Alternatif ! Étonnant (en bien). Ou ceux de l'imposant "Storm In My Mind", notamment celui qui ouvre le morceau, sur lequel le tapping est de rigueur ! Inédit chez POSSESSED !

"Storm In My Mind", d'ailleurs, a de quoi donner de gros regrets quant au split du groupe, qui devait survenir dans l'année de la sortie de "The Eyes Of Horror". Car, sur ce morceau, on saisit combien POSSESSED a progressé dans l'art de structurer ses compositions. Il a dépassé l'empilement de plans décomplexé de "Seven Churches" et la sage application de "Beyond The Gates" : sur ce morceau-là, toutes les parties sont savamment pesées et imbriquées pour former un ensemble plus complexe qu'il n'en a l'air de prime abord... Et surtout très percutant ! Hélas, s’il ne savait pas encore que "Storm In My Mind" allait constituer l'ultime morceau de son dernier disque pro avant trente bonnes années au moment où "The Eyes Of Horror" sortait, POSSESSED aura tout de même eu le bon goût de clore son âge d'or sur un E.P. plein de belles promesses.

A lire aussi en THRASH METAL par T-RAY :


POSSESSED
Revelations Of Oblivion (2019)
À la hauteur de l'héritage !




CRISIX
The Menace (2011)
¡Los deglingos del Thrash!


Marquez et partagez




 
   T-RAY

 
  N/A



- Jeff Becerra (basse, chant)
- Mike Torrao (guitares)
- Larry Lalonde (guitares)
- Mike Sus (batterie)


1. Confessions
2. My Belief
3. The Eyes Of Horror
4. Swing Of The Axe
5. Storm In My Mind



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod