Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Insidious Disease, Sadus
- Membre : Primus
- Style + Membre : Gruesome

POSSESSED - Beyond The Gates (1986)
Par T-RAY le 16 Avril 2019          Consultée 1044 fois

Si POSSESSED était en avance sur tout le monde en 1985 au moment de la sortie de "Seven Churches" – et même bien avant cela, en fait – en 1986, ce n'est déjà plus le cas… Et ce, pour plusieurs raisons.

D'abord, le quartette californien voit sa destinée de pionnier du Death Metal s'arrêter net ou presque. Non pas parce que ça commençait sérieusement à se remuer du côté de la Floride et que cela a foutu les foies à Jeff Becerra et consorts, mais parce que le Thrash Metal est au top de sa popularité. Il faut alors absolument choper le bon wagon pour ne pas risquer d'être laissé sur le bord du chemin qui mène au succès. En cette année 1986, en effet, METALLICA, MEGADETH, SLAYER, DARK ANGEL et même KREATOR, de l'autre côté de l’Atlantique, sortent l’album que beaucoup considèreront comme le meilleur de leur carrière. Et qu'on soit d'accord ou pas, force est de considérer que "Master Of Puppets", "Peace Sells… But Who's Buying?", "Reign In Blood", "Darkness Descends" et "Pleasure To Kill" font partie du Top 3 de leurs discographies respectives.

En 1986, en outre, POSSESSED ne sera pas la dernière de ces formations à placer son nouveau LP dans les bacs, mais pas loin… Le disque paraît le jour d’Halloween, le 31 octobre. Une idée marketing sympa, mais la veille de la Toussaint arrive bien tard dans l'année… Seul le KREATOR sortira plus tard que "Beyond The Gates", et encore : un tout petit jour plus tard, seulement ! Or, fondamentalement, ce que compose et joue POSSESSED reste du Thrash, ce dont ce deuxième album atteste. Et face à une concurrence d'un tel niveau dans le genre, il est bien plus difficile de sortir du lot ! Surtout lorsque l'on diminue à ce point les éléments les plus originellement Death Metal de sa musique. Je disais donc que POSSESSED compose et joue du Thrash Metal et cela se vérifie, ici. Très tôt, d'ailleurs. Passé l’"Intro" au synthé, "The Heretic" nous fait bien vite comprendre que l'on est de retour en territoire Thrash...

Voix désormais moins inhumaine, palm muting frénétique, basse moins agressive qu'auparavant mais toujours bien vive, quoiqu'un peu noyée dans le mix, son des guitares beaucoup moins raw, reverb de rigueur... Avec Carl Canedy aux manettes de la production à la place du plus extrême Randy Burns, POSSESSED a perdu une bonne part de la méchanceté qui caractérisait "Seven Churches". L'homme, qui venait d'œuvrer durant deux ans auprès d'HELSTAR (sur "Burning Star") et d'EXCITER ("Violence & Force") puis sur les albums d'ANTHRAX et d'OVERKILL que sont "Fistful Of Metal" et "Spreading The Disease" d'un côté, "Feel The Fire" de l'autre, est clairement un producteur estampillé Speed Metal et Thrash.

Était-ce un choix délibéré de la part de Combat Records d'adjoindre un tel technicien à un POSSESSED pourtant clairement identifié comme novateur, du moins par l'underground ? L'expression "Death Metal" commençait à y faire son chemin et il est étrange que le label n'ait pas saisi l'occasion de démarquer l'un de ses principaux poulains... Toujours est-il que Canedy standardise sérieusement la musique des Californiens sur "Beyond The Gates", voire l'aseptise et la remet au goût du jour, au sens propre du terme. Ce qui donne un album de Thrash Metal de milieu de tableau, plutôt inégal, qui contient à la fois de forts bons morceaux et des titres passe-partout. Mais attention, le travail de Carl Canedy auprès de POSSESSED n'a pas non plus que des défauts, il a aussi des qualités qui permettent de compenser certaines des lacunes présentes dans le jeu du groupe sur "Seven Churches"... En faisant ralentir le tempo moyen des compos, le producteur permet au quartette d'être beaucoup mieux en place.

Batteur de métier, Canedy a également permis à Mike Sus de trouver davantage ses marques, d'être moins largué par la vitesse d’exécution de ses compagnons et d'être plus à l'aise dans ses fills. Son jeu apparaît désormais plus serein et la section rythmique gagne ici en cohésion. Et même si la batterie est plus en retrait que par le passé dans le mix final, on la sent autrement plus solidaire de l'effort des autres instruments. Autre progrès permis par le producteur : le soin apporté aux soli de guitares, certes moins déchirés que sur "Seven Churches", mais plus cohérents, mieux intégrés aux morceaux et capables de redynamiser un titre en moins de deux. Seulement, on aurait préféré que les améliorations permises par Carl Canedy s'inscrivent dans une consolidation des fondations Death Metal que POSSESSED a contribué à poser plutôt que dans l'encombrement d'un genre en passe de devenir à la mode : le Thrash Metal.

Parce qu'ils sont légion, en 1986, les groupes de Thrash de niveau variable à se tirer la bourre pour obtenir leur place au soleil. POSSESSED s'est joint à leurs rangs serrés et mal lui en a pris, car il ne se démarque que trop rarement de la masse sur "Beyond The Gates". Un morceau tel que "Phantasm", beaucoup trop Heavy/Speed par rapport à ce que l'on attend du groupe, déconcerte, malgré une belle ambiance, plutôt inquiétante, développée tout du long. Heureusement, il redémarre sur les chapeaux de roue sur sa deuxième moitié et laisse de larges plages d'expression aux soli de guitare et de batterie. Cette ambiance, tissée à coups de tempi moins rapides et bien aidée par la réverb, donne toutefois un charme désuet au morceau. D'autres sont concernés, "The Beasts Of The Apocalypse" au premier chef.

Il y a, en outre, encore beaucoup de VENOM et de HELLHAMMER dans la musique de POSSESSED sur "Beyond The Gates". Des titres comme "Tribulation" et "March To Die", très Heavy/Speed aussi, le prouvent aisément, même si, sur ce dernier, l'on retrouve le goût de la dissonance démontré sur "Seven Churches". Mais le fait que ces morceaux auraient pu être composés quelques années plus tôt sous l'inspiration des deux parrains britannique et suisse du Metal Extrême donne très clairement l'impression que le groupe californien regarde dans le rétroviseur plutôt qu'au loin, vers la ligne d'horizon. Heureusement que Lalonde et Torrao parviennent à accrocher l'oreille avec leurs riffs de guitare sur ces titres-là, sinon ils coûteraient certainement une étoile à "Beyond The Gates"... Bon, j'exagère un peu, surtout en ce qui concerne "Tribulation", bonne petite chevauchée aux côtés des quatre cavaliers de l'Apocalypse.

Heureusement, surtout, que de bien bons morceaux de Thrash Metal parsèment ce deuxième album studio, le meilleur exemple étant "No Will To Live", que la variété de tempi, l'atmosphère générale et les nombreuses et différentes parties de guitare transforment en véritable roller coaster au cœur même d'une maison hantée. Un concept que les parcs d’attractions devraient apprécier ! « Allô, POSSESSED ? C'est Six Flags à l'appareil ! » Le très bon morceau-titre, lui, nous embarque en plein slasher, avec son ambiance à couper au couteau. Quant aux sauvages "Seance", "Restless Dead" et "The Heretic", urgents comme nul autre sur ce disque, ils parviennent à transmettre efficacement le côté horrifique à l'ancienne de leurs paroles. Ce sont aussi les titres où l'on mesure le mieux les progrès techniques et de composition du quartette, qui parvient désormais à mieux ménager ses effets.

POSSESSED semblait proposer une affiche de film d'horreur avec la pochette de "Beyond The Gates"... Et, finalement, bien qu'elle soit moins extrême que par le passé, la musique qu'il dévoile ici s'accorde en tout point avec la promesse visuelle. En vérité, c’est plutôt comme ça qu'il faut l'écouter : à la manière dont on regarde un bon film d'horreur vintage. Et pas du tout à la manière dont on écoute "Seven Churches". Sinon, c’est courir le risque d'être déçu par un album qui, au fond, n'est pas décevant.

A lire aussi en THRASH METAL par T-RAY :


OVERKILL
Live In Overhausen (2018)
Parce que "Live In Overkampf" ça l'aurait pas fait




CRISIX
The Menace (2011)
¡Los deglingos del Thrash!


Marquez et partagez




 
   T-RAY

 
  N/A



- Jeff Becerra (basse, chant)
- Mike Torrao (guitares)
- Larry Lalonde (guitares)
- Mike Sus (batterie)


1. Intro
2. The Heretic
3. Tribulation
4. March To Die
5. Phantasm
6. No Will To Live
7. Beyond The Gates
8. The Beasts Of The Apocalypse
9. Seance
10. Restless Dead
11. Dog Fight



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod