Recherche avancée       Liste groupes



      
GROOVE, THRASH & HEAVY  |  STUDIO

Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Pantera, Slayer, Dark Angel
- Membre : Novembers Doom, Heathen, Grip Inc., Forbidden, Ava Inferi, Philip H. Anselmo & The Illegals, Alabama Thunderpussy, Trouble
 

 Site Officiel (37)
 Chaine Youtube (55)

EXHORDER - Mourn The Southern Skies (2019)
Par T-RAY le 11 Avril 2020          Consultée 1071 fois

Au rayon des retours que l'on n'attendait plus, celui d'EXHORDER en 2019 se pose là. Qui aurait misé sur un nouvel album de la part de la formation américaine vingt-sept ans après la première séparation de ses membres ? Surtout quand la première réunion du groupe, entre 2008 et 2011, n'avait rien donné d'autre qu'une poignée de concerts… Le combo avait pourtant annoncé, à l'époque sur son MySpace (ça fait tellement désuet d'écrire ce nom aujourd'hui) qu'il avait commencé l'écriture de nouveaux morceaux mais rien de concret n'est jamais sorti de ce retour avorté, d'autant que la composition du groupe est allée à vau-l'eau durant ces trois ans, les membres présents sur "The Law" ayant fait défection les uns après les autres, sans compter le décès impromptu en 2011 de Frankie Sparcello, pourtant revenu suppléer Andy Villaferra.

C'était faire fi de la détermination de deux des membres fondateurs du groupe, le vocaliste Kyle Thomas et le guitariste Vinnie LaBella. Eux avaient vraiment de la suite dans les idées. Et surtout une passion. Pour le Metal, surtout lorsqu'il est Thrash, Groove ou Heavy. Mais aussi pour leur État d'origine et ce Sud profond dans lequel se situe la Louisiane. Rien que le titre de ce troisième opus studio, sorti après deux ans de travail de la part d'une formation revue aux trois-cinquièmes, révèle à quel point la région leur tient au cœur. "Mourn The Southern Skies" : tout un programme qui se réalise d'abord dans la pochette, avec ses teintes ocre illustrant un ciel nocturne enfumé par la crémation d'une poupée vaudou traversée d'aiguilles, image très ancrée dans le folklore néo-orléanais.

Un programme qui se réalise surtout dans bon nombre de morceaux de ce disque. Par plus ou moins petites touches, EXHORDER célèbre la Terre qui l'a vu naître. Et ce, sur une palette metallique encore plus étendue que par le passé. Avec "Hallowed Sound", c'est d'abord à un hommage à La Nouvelle-Orléans et à sa résilience à toute épreuve que se livre le combo. Sur un Heavy riche en groove, exécuté sur un tempo moyen, EXHORDER se fend également d'un refrain qui fait mouche et qui touche de par ses paroles, interprétées de voix de maître par Kyle Thomas :

"The hallowed sound
From roots deep in the ground
No hurricanes or floods can keep it down"


Katrina a beau être passée par là il y a quinze ans, y avoir laissé des traces dans le paysage et dans les cœurs, elle a surtout endurci les résidents et les enfants de New Orleans.

Plus encore qu'avec "Hallowed Sound", cependant, qui témoigne surtout de ses racines par son texte, c'est avec la musique de "Yesterday's Bones" que l'on prend vraiment la mesure de la richesse du Metal d'EXHORDER et de la diversité de ses influences locales. Démarrant lui aussi comme un mid-tempo Heavy bien groovy, il n'est autre qu'un bon gros kiff de sept minutes qui révèle tout le terroir Blues d'où est originaire le groupe. On sent que le Delta n'est pas loin et ces soli de guitare sur la fin du morceau, tricotés avec soin par Vinnie LaBella et le Texan Marzi Montazeri, valent l'écoute à eux seuls tant ils respirent cette Louisiane aux influences noires et blanches mêlées. Et leur côté à la fois chaleureux et plaintif, qui laisse la place à un fade out sur guitares acoustiques, est révélateur de l'esprit cajun.

Mais tant qu'à évoquer l'hommage d'EXHORDER à sa Louisiane natale, c'est surtout vers le morceau éponyme à l'album, "Mourn The Southern Skies", pièce longue de près de neuf minutes et trente secondes, qu'il faut se tourner. Celle-ci concentre toute la nostalgie typique du Deep South des États-Unis, dont l'ancien territoire français d'outre-atlantique est une composante historique. La présence de l'orgue de l'invité Mikey "B3" Burkart n'est pas pour rien non plus dans ce côté nostalgique. Lent, lascif voire quasi Doom par moments, riche en émotions, à la fois sombre et lumineux, ce titre au long cours permet d'apprécier pleinement la puissance et la sensibilité préservées de l'organe vocal de Kyle Thomas. Car celui-ci s'y exprime de façon moins musclée que d'habitude et fait preuve d'une finesse inattendue.

On dirait le Sud, oui, jusque dans les notes de "The Arms Of Man", qui affiche un côté Stoner peu entendu chez EXHORDER jusqu'ici. Mais pas un Stoner enfumé à la californienne, plutôt un Stoner boueux, digne du Bayou. Le morceau ne paye pas de mine mais il fait son chemin jusqu'au fond de la caboche des auditeurs par son côté lancinant et hypnotique. On ne s'en relèvera pas la nuit mais il complète plus que correctement un tableau qui se fait décidément bien varié. Parce que derrière ses atours marécageux qui fleurent bon l'estuaire du Mississippi, "Mourn The Southern Skies" affiche aussi un visage plus rentre-dedans, pas aussi musclé qu'il y a trente piges, mais pas loin. Et ce, même au-delà de "Ripping Flesh", qui nous donne à voir une dernière fois le visage Thrash Crossover qu'affichait EXHORDER sur son premier album.

Vif et cinglant comme un coup de fouet, ce morceau, réenregistrement d'un titre de la Démo de 1986, "Get Rude" (et non pas "Gertrude") rappelle, par sa virulence et son agressivité non feinte, quoiqu'inférieure à l'originale, combien EXHORDER pouvait se montrer violent, musicalement parlant, à ses débuts. Mais il n'est pas aussi intéressant que le fort Thrash "Beware The Wolf", qui emporte tout sur son passage avec un riff solide, une agressivité intacte par rapport à la grande époque d'EXHORDER, des gang vocals bien sentis juste avant le duel de solistes et justement, des soli qui déchirent, avec un feeling que l'on aimerait entendre chez de plus gros groupes. Ni aussi soigné que "Rumination", qui nous ramène aux purs élans Groove Metal de "The Law". L'énergie à toute épreuve d'EXHORDER est toujours au rendez-vous…

... Et cela fait plaisir à entendre, même s'il n'y a plus, ici, que deux des membres originaux du combo en les personnes de Kyle Thomas et Vinnie LaBella. Cette énergie est même mise au service de morceaux plus Heavy que ce à quoi le groupe nous avait habitué il y a un quart de siècle. Il nous sert ainsi un riffing à la METALLICA sur "My Time", premier extrait de l'album et aussi morceau d'ouverture du disque. Un METALLICA contemporain mais plein de pêche, qui serait inspiré au niveau solo comme au niveau texte et refrain. Il nous sert également un Heavy groovy sur le lancinant mid-tempo "Asunder", et enlevé sur "All She Wrote", qui vient tirer l'auditoire du rêve louisianais dans lequel il était plongé sur "Yesterday's Bones", avec un riff de bon aloi et un refrain qui, mine de rien, reste en tête, même si le morceau traîne un peu en longueur. Rien de rédhibitoire toutefois.

S'il n'y a qu'un (vrai) bémol à apporter à cette offrande inattendue d'EXHORDER, c'est sans doute le son trop mastoc et assez générique dû au mixage et au mastering des un peu trop suédois Jens Bogren et Tony Lindgren, qui viennent casser une partie du feeling sudiste qu'avaient pourtant essayé de conserver, au moment de l'enregistrement, Duane Simoneaux, bien connu pour son travail de producteur pour les parrains de la scène Metal de Louisiane, CROWBAR. Avec une production plus aérée que cela, "Mourn The Southern Skies" aurait pu faire encore davantage honneur à ses racines sudistes et à la passion que leur vouent les membres du quintette. Il n'empêche : ce troisième album d'EXHORDER, celui d'un retour plusieurs fois avorté, est à la hauteur de bon nombre d'espérances. Dont les miennes.

A lire aussi en THRASH METAL par T-RAY :


NOCTURNAL GRAVES
...from The Bloodline Of Cain (2013)
Blackened. Thrash. Metal.




NERVOSA
Victim Of Yourself (2014)
Les 3 garces posent leurs couilles sur la table !


Marquez et partagez




 
   T-RAY

 
  N/A



- Kyle Thomas (chant)
- Vinnie Labella (guitares)
- Marzi Montazeri (guitares)
- Jason Viebrooks (basse)
- Sasha Horn (batterie)


1. My Time
2. Asunder
3. Hallowed Sound
4. Beware The Wolf
5. Yesterday's Bones
6. All She Wrote
7. Rumination
8. The Arms Of Man
9. Ripping Flesh
10. Mourn The Southern Skies



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod