Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACKENED THRASH METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Bandcamp Du Groupe (7)

NOCTURNAL GRAVES - ...from The Bloodline Of Cain (2013)
Par T-RAY le 24 Novembre 2018          Consultée 507 fois

Vous connaissez certainement la pierre de Rosette. Ce formidable vestige de l'Égypte Ptolémaïque découvert (ou plutôt redécouvert) à l'époque moderne, ayant permis à Jean-François Champollion – et d’autres savants avec lui – de déchiffrer les hiéroglyphes. Enfin, il a quand même fallu une vingtaine d'années à l'égyptologue pour qu’il se permette de l’officialiser… Et encore quasiment deux décennies de plus pour que le doute persistant sur la signification précise du décret inscrit dessus soit enfin levé ! Car, malgré le fait que la fameuse pierre présente le même texte officiel gravé en hiéroglyphes, en démotique et en grec ancien, partir de cette dernière écriture pour, via la deuxième, réussir à comprendre intégralement la première n'était pas une partie de plaisir.

Tout cela pour dire que certains disques peuvent constituer de petites pierres de Rosette pour parvenir à remonter l'origine de tel ou tel genre musical… Toutes proportions historiques gardées, hein ? Ne confondons pas l’importance du déchiffrage d’une écriture antique et la possibilité que nous offre le deuxième album de NOCTURNAL GRAVES de saisir pleinement d'où est partie la musique qui y est gravée. C’est déjà donner trop d’importance à ce groupe et à ce disque tout sauf révolutionnaire, au contraire du travail des linguistes et égyptologues de la première moitié du XIXème siècle. Néanmoins, peu d'œuvres de Thrash/Black Metal permettent d’identifier aussi bien l’ascendance Thrash et l’ascendance Black de leur contenu.

Prenez simplement pour base "Slave Annihilation". Écoutez d’abord son riff principal, 70 secondes après les premières notes du morceau, avec son usage intense du palm muting et considérez la place essentielle qu’il occupe dans un tel titre. Labellisé 100% Thrash Metal, ce riff ! Et je n’ose évoquer un solo en particulier sur cet album pour souligner ce qu’ils doivent à SLAYER, notamment, tout distordus et dissonants qu’il sont. Là encore, le label 100% Thrash prévaut. Prenons ensuite la voix de Nuclear Exterminator : ça n’est pas une voix claire hurlée mais un scream vicieux et 100% Black Metal, cette fois. Écoutez enfin le riff d’ouverture de "Iron Command", avalanche de médiums exécutée en tremolo picking . 100% Black, vous dis-je !

Le quartette australien affiche une grande maîtrise de cet alliage des deux Metaux, même si le taux de Thrash excède le taux de Black, ce qui fait de son style une sorte de Blackened Thrash Metal, comme il peut y avoir du Blackened Death Metal. Et non seulement le deuxième album studio de NOCTURNAL GRAVES est-il un bon outil pédagogique pour enseigner une partie de l’histoire des ramifications du Metal Extrême, mais il est aussi un bon album tout court. Contrairement à ce que l’on pouvait craindre à l’issue de l'écoute de "Satan's Cross", son prédécesseur, la formation australienne ne s’est pas reposée sur ses lauriers, même si les deux disques ne diffèrent pas fondamentalement sur le plan stylistique.

Sur le plan des intentions et de l'interprétation, en revanche, c’est le cas. Le groupe franchit un palier dans la complexité de son jeu. En témoignent les guitares qui se dédoublent sur le dernier tiers de "The Conqueror’s Flame", apportant une harmonie inédite et une profondeur que l’on n’attendait pas de NOCTURNAL GRAVES. À l’image de ce passage, de nombreuses petites subtilités sont disséminées çà et là sur le deuxième opus des Aussies. Ce qui fait sa saveur prononcée et sa durée de vie supérieure à celle de son prédécesseur. Prenez par exemple la puissance quasi Melodeath du riff initial de "Through The Devil's Flesh" : musclé et efficace ! Prenez l'ultime minute de "Iron Command" et considérez à quel point elle nous renvoie aux tout débuts du Thrash, quand on appelait encore le genre Speed Metal.

Écoutez aussi "The Great Adversary" nous proposer, passé les 3 minutes, une sorte de passage ritualiste, voire incantatoire, basé sur des ambiances à mi-chemin entre l’ouverture de "Raining Blood" et celle de "Seasons In The Abyss". Quand je vous dis que NOCTURNAL GRAVES tient d’un SLAYER qui aurait passé encore plus de temps à écouter du Black ! Écoutez enfin comme le morceau-titre lorgne sur un Death Metal des débuts du genre (vocaux exceptés), lourd et riche en groove. Autant de morceaux qui permettent d'enrichir l'expérience d’audition au-delà de titres beaucoup plus mono-expressifs (mais non moins réussis) comme "Promethean War", notamment.

De plus, avec son second album, NOCTURNAL GRAVES touche la corde sensible qui se cache au fond de tout metalleux ou presque : ce goût du régressif, du poing brandi, cornes du diable en bonus, en signe d’une puérile mais excitante rébellion contre le prétendu “bon goût” de la culture dominante. "… From The Bloodline Of Cain" est le genre de plaisir coupable qui, même si l’on sait le groupe limité par les bornes stylistiques qu’il s’est imposé, donne le sentiment de pouvoir être écouté et réécouté fréquemment. Jusqu'à plusieurs fois par jour tant son format contenu – 34 minutes seulement – sa variété dans l'interprétation et son côté coup de fouet maximisent son potentiel intrinsèque. D’un bon album, il devient un très bon exutoire. Bien joué.

A lire aussi en THRASH METAL par T-RAY :


CRISIX
From Blue To Black (2016)
Autrement Thrash




LAMB OF GOD
Killadelphia (2005)
Mass murder in Philly !


Marquez et partagez




 
   T-RAY

 
  N/A



- Nuclear Exterminator (basse, vocaux)
- Shrapnel (guitare lead)
- Decaylust (guitare rythmique)
- Luke Wilson (batterie)


1. Promethean War
2. Slave Annihilation
3. The Conqueror's Flame
4. Ascension Through Lucifer's Might
5. Through The Devil's Flesh
6. Iron Command
7. The Great Adversary
8. …from The Bloodline Of Cain



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod