Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACKENED THRASH DEATH  |  STUDIO

Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Bandcamp Du Groupe (7)

NOCTURNAL GRAVES - Titan (2018)
Par T-RAY le 3 Décembre 2018          Consultée 598 fois

Vous savez ce qui fait la qualité et l'intérêt de la scène Black/Thrash australienne depuis bientôt trente piges ? C'est qu'avec beaucoup de recul, voire de second degré, les formations qui la composent sont néanmoins capables de proposer une musique agressive et méchante comme pas possible, jouant sur la corde sensible du petit rebelle caché dans une vaste part de metalleux, révélant un niveau de vice insoupçonné au cœur même de riffs Thrash qu'on pensait pourtant avoir entendu des dizaines de fois depuis les premiers albums de SLAYER, POSSESSED ou KREATOR. Un vice délicieusement exacerbé par le chant black qui les accompagne, comme NOCTURNAL GRAVES avait pu le prouver dès "Satan's Cross", son premier opus, et surtout sur le très bon "... From The Bloodline Of Cain".

Cinq ans après l'excellente surprise que constituait celui-ci, la formation emmenée par J. (qu'il ne faut plus appeler Nuclear Exterminator), Decaylust et Shrapnel (ces deux-là étant dotés de pseudos qui claquent, il faut bien le reconnaître) est donc de retour avec "Titan". Le hiatus entre les deux albums correspondait visiblement à une volonté, pour les membres du combo, de vaquer à d'autres occupations musicales. Mais ce que l'on peut suggérer avec certitude à propos desdites occupations, c'est qu'elles n'ont pas aidé NOCTURNAL GRAVES à revenir revigoré pour composer les morceaux de son troisième L.P. ci-présent. J'irais même jusqu'à dire que le groupe a perdu toute inspiration, voire toute aspiration à jouer ce Blackened Thrash Metal réjouissant qui faisait de "... From The Bloodline Of Cain" une petite bombe de vilenie.

Plus rien de ce qui faisait la pertinence de ce dernier n'est au rendez-vous de "Titan". RIEN. Ces quatre lettres sont à peine moins que le nécessaire pour décrire les sensations que procure l'écoute du disque. Ou plutôt l'absence de sensations, en dehors d'un ennui profond. Et pourtant, cela fait bientôt six mois que je lui laisse l'opportunité de me séduire. Mais rien à faire : le troisième album de NOCTURNAL GRAVES est une authentique déception. D'abord, parce que le trio semble désormais se prendre très au sérieux. Et la dérision dont faisaient preuve les deux premiers opus de la bande, derrière leur décorum blasphématoire, paraît avoir totalement disparu. L'approche très premier degré de leur musique, adoptée par bon nombre de groupes de Black et de laquelle se rapproche NOCTURNAL GRAVES ici, ne sied guère au groupe.

Ensuite, parce que l'interprétation le couteau entre les dents n'est plus de mise chez les trois Australiens, désormais. Exit la volonté d'agression. Dehors l’excitation puérile générée par ces riffs aiguisés envoyés à toute berzingue. Épuisée la volonté de frapper le plus fort possible là où ça fait mal, même si le costaud leader J., derrière ses fûts, tape juste et dans le bon tempo. Mais c’est bien le minimum syndical, car ce qui est censé faire le sel du style NOCTURNAL GRAVES est absent de "Titan". Que le groupe ait ralenti la cadence, passe encore, si seulement c'était efficace. Mais non : quand le groupe s'appesantit et prend son temps pour déployer ses riffs, on s'emmerde, car les riffs en question n'offrent absolument rien à quoi nous raccrocher. Vous avez dit “insipide” ? C'est le terme.

Il n'y a plus rien d'accrocheur dans le riffing de J., Decaylust et Shrapnel. Si ces deux-là produisent davantage de soli que par le passé, c'est bien la seule différence positive à mettre à l'actif des guitares de "Titan" par rapport à celles du deuxième album. Et lorsque NOCTURNAL GRAVES accélère de nouveau le tempo, ça n'est jamais pour longtemps et les riffs ne sont plus aussi catchy qu'avant. C'est sans doute sur "Roar Of The Wild" et "Souls Tribulation" que l'on retrouve le plus le type de riffs qui faisaient de "... From The Bloodline Of Cain" un petit plaisir coupable. Mais c'est faire trop d'honneur au travail des gratteux que de comparer ces morceaux assez banals avec ceux gravés sur l'album précédent. Les deux hommes semblent de toute façon avoir pris leurs distances avec le contenu dudit opus.

Aujourd'hui, ils jouent la carte de la lourdeur, du mid-tempo, voire de la lenteur. Un côté Death plus affirmé, voire Doom/Death. Il n'y a rien de plus légitime pour un artiste que d'explorer de nouvelles façons de créer. Mais attention, pour tirer son épingle de ce petit jeu, NOCTURNAL GRAVES aurait dû proposer autre chose que la succession de plans terriblement bateau que l'on retrouve sur "Ecdysis, Shedding Weak Flesh" ou sur l'étonnamment Heavy (du moins au début) "Bow Before None". Les atmosphères générées tombent à plat et ne permettent en rien de s'immerger dans le nouveau style des trois Aussies. Et ce, quel que soit le morceau concerné. Dès lors, que sauver de ce naufrage artistique qu'est "Titan" ? Les vocaux de J., certainement, qui continuent de renfermer une bonne dose de vice, même s'ils font moins mouche que par le passé sur un Blackened Thrash/Death Metal aussi peu inspiré que celui fourni par NOCTURNAL GRAVES en 2018. Et puis ? C’est tout.

A lire aussi en THRASH METAL par T-RAY :


LAMB OF GOD
Killadelphia (2005)
Mass murder in Philly !




KREATOR
Live Kreation (2003)
KREATOR plus vivant que jamais


Marquez et partagez




 
   T-RAY

 
  N/A



- J. Aka Nuclear Exterminator (vocaux, batterie, guitare rythmique, basse)
- Decaylust (guitares, vocaux additionnels)
- Shrapnel (guitares)


1. Resistance
2. Roar Of The Wild
3. Ecdysis, Shedding Weak Flesh
4. Souls Tribulation
5. And Hell Followed Them
6. Bow Before None
7. Silence The Martyrs
8. Titan



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod