Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Bonafide, Ac/dc, Saxon, Sideburn
- Membre : Fox, China, Unisonic, The German Panzer , Asia
- Style + Membre : Gotthard

KROKUS - Krokus (1976)
Par DARK SCHNEIDER le 25 Janvier 2018          Consultée 1415 fois

Dans la catégorie des premiers albums qui dénotent catégoriquement avec le reste d'une discographie, cet opus inaugural de KROKUS tient une place de choix ! On a tous en tête les premiers UFO, SCORPIONS, JOURNEY, voire pour certains le premier JUDAS PRIEST, sachez qu'en comparaison de ce premier KROKUS ces albums n'ont rien de particulièrement choquant. Non mais franchement, déjà regardez-moi donc cette pochette : des elfes à poil, un lointain décor urbain, une ambiance de glace pour rappeler que le groupe vient de Suisse, et au milieu la fleur de crocus qui donne son nom au groupe. On a fait plus Rock'N'Roll non ? Et pour cause, car malgré un titre d'ouverture trompeur, il s'agit en fait ici d'un album de... Rock Progressif, et oui. Bref, à ces débuts KROKUS n'avait pas trouvé sa voie. Tout est ici révélateur d'un faux-départ. À croire que le groupe a tout simplement sorti cet album trop rapidement. Imprimé à seulement 560 copies, on est quasiment dans de l'auto-production (malgré les très faibles moyens déployés, notons tout de même que l'ensemble sonne plutôt bien). Un disque forcément très anecdotique qui semble surtout avoir été conçu pour percer uniquement sur un marché local, et se faire un peu remarquer dans la très sage Suisse... Mais ce n'est pas ce disque de Rock Prog trop bigarré qui allait donner l'envie aux Suisses de fracasser des montagnes.

Le problème avec ce premier essai, c'est que même en faisant fi des albums burnés du début des 80s, on ne peut pas franchement dire que l'on tient là un disque intéressant. Les musiciens sont pourtant très compétents, y a du niveau (et on frôle bien souvent la démonstration), ces gars-là ne se sont pas retrouvés à enregistrer un disque pour rien. D'ailleurs, parlons-en du line-up : le seul membre vraiment historique est Chris Von Rohr, actuellement bassiste du groupe, mais qui officie ici derrière les fûts ! Ce qui traduit le fait que l'on tient là un véritable musicien dans le sens noble du terme : l'homme a fait le conservatoire et maîtrise donc plusieurs instruments (chant y compris). L'autre nom à retenir est celui de Tommy Kiefer : guitariste, chanteur lead, et aussi principal compositeur de cet album. Il restera au sein du groupe jusqu'à "Hardware", mais son rôle de chanteur lead disparaîtra dès l'opus suivant et celui de compositeur s’amenuisera grandement. Souffrant de son addiction à l'héroïne, il se suicidera en 1986 à seulement 34 ans. Quant aux deux autres, qui ne sont également plus de ce monde, ils quitteront rapidement le groupe après cet album mais auront eu le temps d'apporter quelques idées en terme de composition. À noter également la présence d'un chanteur guest, Peter Richard, totalement inconnu, crédité pour trois compos sans que l'on sache s'il chante desssus ou pas. Un line-up unique à cet album donc, ça et le style pratiqué restent les principales curiosités de cet opus, qui n'intéressera réellement que les complétistes.

Du Rock Progressif donc, très conforme à l'époque et sans originalité notable. On est ici dans la frange plutôt technique du Rock Prog, ce n'est pas du tout spatial comme du PINK FLOYD, on sent en revanche parfois poindre des influences à la YES, bien que les Suisses soient loin d'égaler les Anglais sur leur terrain de jeu. L'ensemble n'est jamais désagréable, mais toujours trop lisse, malgré quelques véléités Hard Rock (la rythmique de "No Way" surtout, "Majale", titre d'ouverture Rock'N'Roll et direct, le final "Just Like Everyday"). Prog oblige, KROKUS tente évidemment parfois d'être un peu aventureux mais sans aller très loin : du travail de bonne facture mais qui honnêtement nous mêne nul part, à l'image du long instru "Insalata Mysta" de sept minutes et son solo à la guitare wha-wha trop passe-partout. Les Suisses tentent de toucher à plusieurs sous-genres que le Prog permet, mais cela ressemble trop à un exercice de style particulièrement vain (l'intro funky de "Freak Dream" ou "Jumpin' In" qui flirte à certains égards avec la Disco). On enrobe même le tout d'une petite touche conceptuelle avec un titre en deux parties, juste pour faire genre : tout ce que l'on reprochait au Prog en cette seconde partie des 70s, une certaine prétention voire un élitisme pur et simple.

Ce premier essai manque de toute façon d'un moment fort qui nous ferait dire qu'il en vaut vraiment la peine. Il n'y a pas vraiment de titre qui sort du lot malgré la variété de l'ensemble. On ne l'écoutera que parce qu'il s'agit du premier KROKUS, et c'est tout, seuls les collectionneurs du Rock Prog 70s y trouveront un intérêt musical plus poussé (car je le redis les musiciens sont vraiment très compétents, mention spéciale au bassiste, Remo Spadino, dont je n'ai malheureusement aucune idée de ce qu'il a pu devenir par la suite). Le tort du groupe, au-delà du genre pratiqué, est aussi sans doute d'avoir laissé le chant à Tommy Kiefer : une voix lisse, certes adaptée au style mais manquant singulièrement de caractère qui montre d'ailleurs surtout ses faiblesses sur les morceaux les plus Rock. Elle finit par susciter un ennui certain, et l'on comprend pourquoi Tommy Kiefer abandonnera rapidement ce poste de chanteur.

Difficile à l'écoute de cet album de se dire que l'on tient là l'oeuvre séminale du premier grand groupe de Hard Rock suisse (et quel groupe !). Autre temps, autre époque, autres méthodes. Si certains ont su s'imposer d'emblée grâce à un coup de maître, pour d'autres il aura fallu attendre, KROKUS faisait partie de ceux-là, mais heureusement ça en valait la peine.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF :


Louise Patricia CRANE
Deep Blue (2020)
La belle et la banshee




ARENA
Contagion (2003)
Rock prog


Marquez et partagez




 
   DARK SCHNEIDER

 
  N/A



- Thomi Kiefer (guitares, chant)
- Hansi Droz (guitares)
- Remo Spadino (basse)
- Chris Von Rohr (batterie, piano)


1. Majale
2. Angela Part 1
3. Energy
4. Mostsaphin
5. No Way
6. Eventide Clockworks
7. Freak Dream
8. Jumpin' In
9. Insalata Mysta
10. Angela Part 2
11. Just Like Everyday



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod