Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Wizard, Manowar, Majesty

CUSTARD - A Realm Of Tales (2017)
Par GEGERS le 6 Septembre 2017          Consultée 1084 fois

Les fans de Heavy (dont je fais partie) sont globalement plutôt conservateurs. Tout autant sur le fond que sur la forme. L'évolution, lorsqu'elle a lieu, doit être profondément motivée, savamment présentée, correctement exécutée. Le Heavy n'est pas tellement un style dans lequel on peut faire infuser et distiller des influences extérieures. Pourtant, si les grands noms du genre ont, depuis quelques années, opéré un certain retour à leurs racines (du côté de l'école allemande, RUNNING WILD ou DORO sont de bons exemples), le Heavy d'aujourd'hui n'a plus tellement de points communs avec celui des origines. Entre le premier et le dernier album de HELLOWEEN, peu de ressemblances. Côté teuton, l'agressivité, la rugosité et le tranchant originels se sont parfois vus dilués, par le biais d'une perméabilité grandissante des frontières du style, avec des éléments symphoniques ou provenant des genres Hard Rock ou Speed Metal.

Chez CUSTARD, le Heavy Metal tel qu'il était pratiqué au début des années 80 survit. Ce "A Realm Of Tales", cinquième album de la formation, reprend et promeut le son des pionniers. On retrouve sur cet album une certaine "brutalité" et une absence de concessions qui caractérisaient le style il y a une quarantaine d'années, ainsi qu'un sens aiguisé de la mélodie qui rend l'ensemble hautement savoureux. "Queen Of Snow", avec son riff plombé et son cri d'outre-tombe en guise d'introduction, voici bien du Heavy pur jus, à l'ancienne. Lorsqu'il se transforme en titre speed, et se voit agrémenté d'un chant qui cherche à se faire puissant plus que beau, il devient un manifeste en faveur de la résurrection d'un temps que l'on croyait révolu. Les LANCER et BLIZZEN, qui se veulent les nouveaux fers de lance de la scène allemande, en sont pour leurs frais. Avec 25 ans de carrière au cul, CUSTARD les renvoie à leurs gammes.

Porté par un concept, celui de revisiter des contes plus ou moins célèbres (Blanche Neige, La Petite Fille aux Allumettes, Le Joueur de Flûte de Hamelin, Barbe Bleue...), le groupe construit ainsi un univers thématique qui lui permet de varier les ambiances. Celles-ci sont résolument froides et sombres, le thème de l'hiver et de la neige revenant à plusieurs reprises, et le groupe, qui préfère poser ses ambiances et leur laisser le temps de s'installer plutôt que de jouer pied au plancher, se fait résolument inspiré sur un titre tel que "The Little Match Girl", mid-tempo aux allures de fausse power-ballad désespérée. "Arabian Nights", inspiré des contes des Mille et Une Nuits, joue à fond la carte orientale, sans pour autant se départir d'un riff efficace.

Cet angle d'attaque permet donc à CUSTARD de se faire varié et, chose appréciable, de maintenir l'intérêt sur l'ensemble de l'album. Le groupe se permet même de se faire encore plus percutant sur la seconde moitié de l'opus, proposant avec "Daughter Of The Sea" ou "Witch Hunter" de belles leçons de Heavy "à l'ancienne". Mieux, le groupe mêle avec réussite authenticité et efficacité, proposant des refrains qui s'incrustent aisément dans l'esprit de ses auditeurs. Et c'est cette agressivité sous-jacente (quelques growls surgissent çà et là) qui, couplée à des mélodies flamboyantes que n'aurait pas renié le HELLOWEEN période "Keepers", qui donne à l'ensemble une véritable saveur. Franchement, c'est bon.

Alors qu'on le pensait incapable de s'extirper de sa condition peu enviable, CUSTARD a pris le temps de concevoir un album riche et varié, véritable déclaration d'amour pour un style dont il se fait finalement un des représentants les plus légitimes. De bout en bout, "A Realm Of Tales" n'a de cesse de raviver notre flamme pour le Heavy de papa, qui sonne ici très actuel et vivace. Il lui aura fallu du temps, mais le groupe allemand semble s'être enfin accompli. Un conte qui finit bien.

A lire aussi en HEAVY METAL par GEGERS :


CELTIC LEGACY
Resurrection (2003)
L'art a un prix




CRYSTAL EYES
Killer (2014)
L'attente accule


Marquez et partagez




 
   GEGERS

 
  N/A



- Oliver Strasser (chant)
- Carsten “oscar” Reichart (guitare)
- Stefan Klempnauer (guitare)
- Markus Berghammer (basse)
- Chris Klapper (batterie)


1. Icy Stare
2. Queen Of Snow
3. The Pied Piper
4. Arabian Nights
5. Snow White
6. Snow Away
7. The Little Match Girl
8. Daughter Of The Sea
9. Witch Hunter
10. Sign Of Evil
11. Bluebeard
12. Forged In Fantasy



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod