Recherche avancée       Liste groupes



      
GROOVE DEATH METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Soulfly, Gojira, Sepultura
- Style + Membre : Killer Be Killed
 

 Site Officiel Du Groupe (518)
 Myspace Officiel Du Groupe (378)

CAVALERA CONSPIRACY - Pandemonium (2014)
Par FENRYL le 25 Août 2015          Consultée 2482 fois

En voilà une nouveauté qu'il me fallait chroniquer mais je n'ai fait que décaler dans le temps, faute de motivation et gavé d'inquiétude…
Rarement j'ai eu la dent aussi dure après un groupe, la faute à une aura, des noms et sans doute trop de nostalgie à l'encontre des différents protagonistes le composant.

Après un précédent "effort" (faut pas déconner), le retour du combo à l'automne 2014 n'a rien de bien passionnant. Inutile de vous re-pondre le contexte de cette association de malfaiteurs autour d'un trio reposant sur la formule suivante : 2 Cavalera + 1 Rizzo = CAVALERA CONSPIRACY…
Une première petite nouveauté avec l'arrivée de Nate Newton à la basse (CONVERGE). Un peu de renom sur le secteur modulable car pour le reste, on ne change pas le line up de SOULF… - euh pardon - de CAVALERA CONSPIRACY quasiment. On remplace donc un Zyon par un Igor mais cela reste dans la famille (ce n'est pas sale).

Ce qui frappe encore et toujours, c'est la reconduction systématique de quasi tout ce qui marque quand on écoute un projet du sieur Max.
Donc, n'allez pas croire comme on tente de vous le faire avaler à droite ou à gauche que vous allez être surpris, tomber de votre chaise ou je ne sais quoi.

Sur la première moitié de "Pandemonium", on a du mal à reconnaître le semblant de voix de notre frontman à dreds (qui a pris encore de l'embonpoint) : plus death, plus caverneuse (David Vincent ?) dès le "Babylonian Pandemonium" et le furieux "Bonzai Kamikazee", on retombe sur nos pieds vers "Not Losing The Edge". Pas désagréable, soyons clair !
Certains plans sont efficaces et nerveux à souhait, bien soutenu par des riffs denses et un chant, ma foi, assez plaisant. Ce début d'album est écoutable avec son Death/Thrash bien "in your face" ("Scum", "Bonzai Kamikazee").
On retrouve les descentes de manche de Marc ("Not Losing The Edge", typiquement dans l'esprit des projets communs aux deux zicos, avec cette touche orientale puis "Father Of Hate" ou "I, Barbarian").
Gimmick sample distillé, petits breaks des cavernes, growls de trolls et section rythmique nerveuse sont au programme. Igor n'a plus rien à faire véritablement valoir face à la concurrence derrière les fûts. Sa frappe est méthodique mais bien moins habitée que par le passé malheureusement.

Ce qui énerve et déçoit à la fois, c'est bien cette succession de titres sans relief, archi prévisible : "The Crucible" et son intro d'un commun (comme le reste d'ailleurs) qui voient la voix de Max disparaître totalement.

Comment ne pas vous parler de la pochette totalement à chier et gerbante ? Comment ne pas vous raconter que Max voulait au préalable appeler cet album "Fuck That Groove" pour prouver la brutalité des titres le composant ? J'ai l'impression de l'entendre répéter ce type d'argument à l'infini, à chaque sortie nous ventant l'aspect encore plus extrême et roots de son opus… avant de faire pschiiit…
Ici, on nous avait annoncé carrément un album Grindcore (rien que cela !). Difficile de lui donner raison tant la tracklist manque de relief : il faut attendre la folie d'un solo dantesque sur "Deux Ex Machina" qui n'est qu'un titre bonus pour se dire que "c'est bon ça" !! Mais on lorgne vers un SLIPKNOT sur ce terrain là à mon sens copulant avec… SOULFLY !
Même la seconde bonus track voulant pointer vers les influences latino américaines des frangins ("Porra") vaut plus le coup que le reste ! Les deux cadeaux étant les morceaux les plus longs (6 minutes) !!!

Que ce soit avec NAILBOMB, SOULFLY, KILLER BE KILLED, impossible de se faire duper sur la marchandise. C'est du Cavalera pur jus. Néanmoins, prétexter pondre un album qui finalement n'est qu'une excuse pour jouer avec son frangin et faire des tournées d'été en Europe (en reprenant nombre de titres de SEPULTURA), cela commence à vraiment faire fuir le client cette affaire.
J'ai l'impression d'assister à une thérapie familiale sur cd reposant sur un bouillie de riffs quelconques et communs. Et je vous épargne la bio promo fournie qui ne recule devant rien en comparant le duo de frangins aux duos "mythiques" de la musique comme Lennon/McCartney, Plant/Page, Hetlfield/Ulrich... Pour la créativité ? Hum, j'en doute...
Je persiste et je signe, expérience à l'appui : j'ai fait écouter ce "Pandemonium" à pas mal d'amis connaisseurs, et j'ai eu le droit à chaque fois à SOULFLY dans le blindtest "kicékichante ?"...

Alors au moment de trancher, appliquons le barème Nighfall : album décevant, aussi vite écouté (pas désagréable tout de même) que rangé.
Pour la énième fois, Max devrait plutôt se concentrer sur un nombre restreint de projets pour viser la qualité et l'inspiration au lieu de s'éparpiller pour nous servir toujours cette quantité bien peu assaisonnée…
Et n'allez pas croire que j'écris cela avec plaisir et facilité, au moment où s'annonce déjà le prochain SOULFLY !

Note réelle : 1,5/5.

A lire aussi en DEATH METAL par FENRYL :


INSIDIOUS DISEASE
Shadowcast (2010)
All star band death metal old school




DISPARAGED
The Wrath Of God (2009)
Réparons une erreur...


Marquez et partagez







 
   FENRYL

 
  N/A



- Max Cavalera (chant, guitare)
- Marc Rizzo (guitare)
- Nate Newton (basse)
- Igor Cavalera (batterie)


1. Babylonian Pandemonium
2. Banzai Kamakazee
3. Scum
4. I, Barbarian
5. Cramunhão
6. Apex Predator
7. Insurrection
8. Not Losing The Edge
9. Father Of Hate
10. The Crucible
11. Deux Ex Machina
12. Porra



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod