Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Jess And The Ancient Ones
- Membre : Sinergy, King Diamond, Illwill, Soilwork, Darkane, Coldseed, Witchery, Mercyful Fate, Arch Enemy
- Style + Membre : Spiritual Beggars
 

 Facebook (114)
 Myspace (150)

The NIGHT FLIGHT ORCHESTRA - Skyline Whispers (2015)
Par CANARD WC le 29 Juillet 2015          Consultée 2209 fois

On aurait pu s’y attendre. Le précédent album puait quand même la bique, la fin des années 60 et les chemises à fleurs. On avait pensé à BÖC, l’ombre planante du Zep mais aussi le grand THIN LIZZY et toutes sortes de choses dans le genre. Et c’était réussi. L’album donnait invariablement envie de taper du pied tout en ayant pas honte d’écouter un truc vaguement tata. Pour le successeur de "Internal Affairs", fallait donc s’attendre à quelque chose dans cette droite lignée car c’est l’objet même de cet OMNI (Objet Musical Non Identifié) qu’est NIGHT FLIGHT ORCHESTRA (NFO).

Avec "Skyline Whispers", c’est le cas. Mais pour le coup, en accentuant le côté psyché, planant que porte en lui le groupe. Alors on parlera davantage de « Classic Rock » que de Hard Rock (oui, il y a une nuance entre les deux) mais avec des éléments parfois disco, des titres encore plus cools, plus gais aussi etc. NFO pousse donc un peu plus loin la démarche engagée et s’avère un peu plus tout. Plus jovial, plus positif, plus funky. On ressort de l’écoute de ces douze titres le sourire aux lèvres, avec la sensation un peu diffuse de « s’être fait du bien » sauf que… en ce qui me concerne… je me suis un peu emmerdé.

Telle est la triste et personnelle conclusion à laquelle je suis arrivé après une dizaine d’écoutes, malgré tout enjouées.

Faut dire que près d’une heure de Rock de cet acabit-là n’est pas non plus de nature à plaire à tout le monde. Pour ma pomme, le fait qu’on parle davantage de Rock que de Hard Rock en est la principale raison. "Internal Affairs" avait beau prendre ses racines dans le même genre de terreau, le rendu s’avérait si « ledzeppelinien » au final que la greffe avait forcément pris. Sur "Skyline", NFO verse davantage dans le vieux DEEP PURPLE, alors je suis resté un peu au bord de la route tout en reconnaissant la grande qualité de l’album. Encore une fois.

Suis obligé. Suis d’autant plus ennuyé, qu’aucun mauvais titre n’est à constater, qu’on ne peut pas non plus déclarer d’erreur sur la marchandise, que NFO a pensé aux détails, à des tas de choses comme notamment l’équilibre de l’album (avec par exemple le ralentissement salvateur au milieu "I Ain’t Old"). Alors de quoi je me plains, me direz-vous ? Hormis de l’adoucissement général, le menu est sans doute un rien trop chargé, le groupe en a peut-être fait trop à mon goût. Au final, avec sa tonalité proche d’un "Chinatown" de THIN LIZZY et ses relents « deeppurplesques », son excès de tout : "Skyline" aura eu tendance à me perdre. Mais je suppose que l’analyse inverse est possible. Suffit d’une sublime "Spanish Ghosts", ses arpèges délicats, ses arrangements « pinkfloydiens » pour me donner tort et voire même insulter ma propre mère. Comme vous y allez.

"Skyline Whispers" me fait l’effet de ses restos qui proposent des formules « entrée + plat + dessert » trop copieux, quasi infinissables. Parfois, vaut mieux se passer de l’entrée ou du dessert pour apprécier davantage les choses. D’autant plus dommageables que l’album regorge d’idées et de petites choses fortes appréciables, mais pas toujours comme l’affreux passage au synthé tut-tut en plein milieu de "Demon Princess" (merde, quel gâchis !). De fait, j’ai eu tendance à mieux apprécier la galette en l’écoutant en deux fois (tant il est vrai qu’en bon vieux con de Thrasheur j’ai naturellement du mal avec les albums de plus de 44 minutes et 10 titres). Procédé qui m’a permis de « redécouvrir » le meilleur titre (à mon sens) de l’album, planqué à la toute fin comme pour récompenser votre attention, "The Heather Reports" conclut brillamment l’album et nous permet de nous quitter en bons termes sur de délicates volutes jazzy.


Bref, le nouveau NFO est bon, mais un cran en-dessous tout de même de son prédécesseur. Même genre (avec quelques nuances), donc moins surprenant. Après ça dépend, ça dépasse, faut voir. Certains préféreront peut être les références 80’s de "Skyline" aux saveurs d’antan d’"Internal Affairs". Par-delà l’affaire de goûts, reste un album un brin chargé qui confirme, sans briller pour autant, tout le bien qu’on pouvait penser de cette improbable formation.


Note : 3/5 (bien tassé).


Morceau préféré : "The Heather Reports".

A lire aussi en HARD ROCK par CANARD WC :


LED ZEPPELIN
Mothership (2007)
On ne s'en relèvera pas la nuit, mais c'est le ZEP




YEAR OF THE GOAT
Angels' Necropolis (2012)
Oui, y avait bien un monstre planqué dans l'ombre


Marquez et partagez




 
   CANARD WC

 
  N/A



- Björn 'speed' Strid (chant)
- David Andersson (guitare)
- Sharlee D'angelo (basse)
- Richard Larsson (claviers)
- Jonas Källsbäck (batterie)
- Sebastian Forslund (guitare et percussions)


1. Sail On
2. Living For The Nighttime
3. Stiletto
4. Owaranai Palisades
5. Lady Jade
6. I Ain't Old, I Ain't Young
7. All The Ladies
8. Spanish Ghosts
9. Demon Princess
10. Skyline Whispers
11. Roads Less Traveled
12. The Heather Reports



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod