Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK OCCULTE  |  STUDIO

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


YEAR OF THE GOAT - Angels' Necropolis (2012)
Par CANARD WC le 23 Septembre 2014          Consultée 1892 fois

Et cette chronique ne serait pas complète si je ne remerciais pas ma copine REM - comme qui dirait Heavy - qui m’a soufflé au cul ce disque, me le poussant du bout de ses petits doigts potelés en m’enjoignant avec force supplique et humidité dans les yeux de l’écouter ce disque, « parce qu’il est bien tu vas voir ». Graisse lui soit donc rendue, au nom du pif, du riff et du mauvais esprit.

Voilà. Vous savez donc l’essentiel en moins de cinq lignes.

Et si c’était par la fin que tout commençait ?


(ça râle côté admin)
(on me dit que les lecteurs sont frustrés)


Comme vous n’en avez jamais assez et que votre confiance en moi est somme toute relative, je me vois dans l’obligation de reprendre tout par le début. Hum hum… je m’éclaircis un peu la voix, je monte sur mon estrade et je cherche une « vraie » introduction.


Alors….

On peut faire du Hard Rock et se montrer léger comme un passereau. On peut être occulte et clair comme de l’eau de roche. Parler de choses sombres à chant clair. Invoquer Satan dans la joie, la bonne humeur et même avec tout plein de mélodies. On peut même s’appeler « l’année du bouc », se balader en petit sataniste illustré, intituler son album « les anges de la nécropole » et rivaliser tout du long de l’album de beauté, d’émotions et même de sensibilité. Bref, YEAR OF THE GOAT se tient là où on ne s’y attend pas, prend tout le monde au dépourvu et serait même passé inaperçu si je vous en avais pas causé. Quel dommage suce-tété (passé antérieur).

Huit titres, quarante minutes, réalisation sobre, production crémeuse. YEAR OF THE GOAT la joue à l’ancienne, est tourné vers un passé qui rappelle THIN LIZZY dans le rendu, WITCHCRAFT dans l’esprit. La musique sent la bique, les chemises à fleurs et les effluves Peace & Love… Alors qu’il est question de cercle de serpents et de voix de dragon (option bracelets à clous). Peu importe le décorum, il y a la musique. Soignée jusqu’au bout des ongles noirs, YEAR OF THE GOAT est mélodique pour de vrai, soigne ses arrangements ("Spirit Of Fire"), agence ses refrains, mets les chœurs là où il faut et se moque bien du décalage provoqué. Même quand il « durcit » un peu le ton comme sur "Circle Of Serpents", le groupe reste léger, positif et d’une fluidité qu’on a tendance à oublier à l’heure du remplissage, des albums de plus d’une heure et quinze titres.

Le « positivisme » de ce Hard Rock occulte est presque une expérience en soi. Nos oreilles ont sans doute été trop déformées par Ozzy et consorts pour que jamais nous ayons envisagé une autre équation : riff d’outre-tombe, mid-tempo lancinant et un chanteur qui se lamente. YEAR OF THE GOAT joue l’autre alternative et vous donne en définitive l’impression d’écouter un Hard Rock contre nature. Sauf qu’évidemment, on aura tout faux : "Angels’ Necropolis"» est fondamentalement Hard Rock, du riff THIN LIZZY-ien de "For The King" au final de "Thin Lines Of Broken Hopes". Il est juste question de modifier ses repères, de revoir un peu les choses.

Comme pour me faire mentir, à la toute fin de l’album, au bout de la cinquième minute de leur "Thin Lines", YEAR OF THE GOAT lâche la « bête » pour mieux vous surprendre à la dernière minute. On commençait à s’habituer à ce velouté de Hard Rock aux saveurs mystiques quand un chant du fond du gouffre, un tempo apocalyptique surgit et vous happe. Comme le toréador qui oublie le danger, le charmeur de serpent qui baisse un instant la garde. Oui, il y avait bien une « bête » qui se planquait quelque part.


Note : 4/5


Morceau préféré : "For The King"

A lire aussi en HARD ROCK par CANARD WC :


LED ZEPPELIN
Physical Graffiti (1975)
Hard rock occulte




MONSTER MAGNET
4-way Diablo (2007)
Hard Rock/Stoner "dos au mur" mais qui assure

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   CANARD WC

 
  N/A



- Per Broddesson (guitare)
- Tobias Resch (basse)
- Jonas Mattsson (guitare)
- Thomas Eriksson (chant, guitare)
- Fredrik Hellerström (batterie)


1. For The King
2. Angels' Necropolis
3. Spirits Of Fire
4. A Circle Of Serpents
5. Voice Of A Dragon
6. This Will Be Mine
7. I'll Die For You
8. Thin Lines Of Broken Hopes



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod