Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : High Spirits
- Style + Membre : Professor Black
 

 Site Officiel (268)
 Myspace (268)

SUPERCHRIST - Back & Black (2003)
Par CITIZEN le 23 Août 2014          Consultée 1021 fois

Se faire entretenir de SUPERCHRIST, est-ce bien nécessaire après la première chro ? En faire une deuxième, c’est pas un peu comme vous faire piéger en soirée par un abruti qui vous raconte sa vie de merde, un amphi de 2 heures d’un cours que vous allez lâcher la semaine prochaine ou un vieux qui radote ? C’est prendre en otage les lecteurs en squattant l’archive de ce soir - pas de lecture intéressante pour vous ici les gars ! Peut-être, dommage. Maintenant que vous êtes là ceci dis—je vous ai déjà causé SUPERCHRIST ? Pas depuis longtemps ? D’un autre côté, Metal Archives est silencieux sur cet album, les utilisateurs de rateyourmusic n’ont daigné blablater succinctement que sur l’un d’entre eux, quant à une fiche wikipedia, vous voulez rire ? Même pas la plus petite biographie chez Camion Blanc. Et les autres webzines français boudent aussi. Donc… Me semblait bien. J’attaque !

Ce premier vrai album, après l’introuvable "Dark & Dirty" dont il reprend la plupart des morceaux, décrit le quotidien à Chicago de Chris Black que l’on devine passé essentiellement à esquiver les bourre-pifs quand il émerge de sa gueule de bois pour aller en répète. SUPERCHRIST s’est alors déjà fait une solide réputation de groupe local en écumant les clubs, et "Back & Black" vient offrir un pendant studio de ces furieuses démonstrations live. Ce titre familier, ainsi que tout le reste de leur discog, qui constitue une série d’hommages exquis est d’ailleurs un peu trompeur, puisque on n’a jamais de références aux groupes Punk dont SUPERCHRIST tire son énergie, un de ses traits essentiels.

Chronique axée Punk et baston donc ! À partir de là je pourrais élaborer sur qui de Chris et de Bitchlover écrit mes morceaux plus favoris que les autres, que les chansons sont composées entre 99 et 2002 mais on s’en fout - comme si je vous disais que le livret inverse une ligne des premier et second pré-refrains de "Frano Fucked Yoko Ono", même si vous êtes en droit de savoir et que si ça intéresse ne serait-ce qu’un seul d’entre vous je suis obligé de le mentionner. "Frano Fucked Yoko Ono" qui par ailleurs réalise l’exploit de me raconter une histoire digne d’intérêt à partir d’une protagoniste pareille (d’ailleurs j’aimerais bien que leur private joke soit moins allusive parce qu’il manque quand même quelques détails), et qui débite à toute vitesse trois énormes couplets en 3 minutes. Chanson que vous devinez donc d’emblée très vénère et puisque c’est la première dont je suis amené à parler, également l’une des meilleures (cette satisfaction brute quand le sursaut de la voix sur le refrain se fait ensevelir sous des fills de cymbales mal enregistrés !). On a à part ça une première chanson dont, depuis mon trône de mauvais goût, je dirais qu’elle est excellente et constitue une introduction parfaite à l’univers de ce combo avec ses "superchrist, superchrist ; superchrist, superchriiiist", puis "I Am Your Hero" et "Old Fast And Hard" d’un ton très… décidé, injustement entrecoupé par "Black Power" et "Thunderpants" plus mid-tempo, ou juste pas complètement effrénés, où Black se permet le meilleur du pire du chant éraillé-rock-tristounet-apitoyé, ce qui aussi un des rares moments où Black essaye de chanter au sens commun du terme et varie de son ton de "interpeller violemment dans la rue quelqu’un que t’aimes pas" (mais j’aime quand même, en plus Chris fait même un "that’s right", ce qui d’ailleurs est retranscrit dans le livret parce que ce bidule est - évidemment - la clé de voûte de toute la chanson). Mais je charrie, je charrie, jusque-là tout va comme sur des roulettes.

Puis il y a une reprise de MOTÖRHEAD.

Pas moins de deux reprises en fait, avec une autre de MAIDEN. Au moins cet album a le bon goût de ne pas s’ouvrir sur l’une d’entre elles (cf l’album suivant qui propose deux covers des mêmes groupes). Connaissant le son et les compos de SUPERCHRIST c’est peu dire que la version de MOTÖRHEAD est très fidèle avec un son plus éraillé et un Chris Black qui n’a pas à changer sa voix de mec qui en est à son quinzième café-clope quotidien pour coller à son idole. La supériorité de MOTÖRHEAD s’impose évidemment, mais essentiellement sur le fait que la compo est savamment mieux ficelée, les compos originales juxtaposées à celle-ci montrent que quand il s’agit de pondre des riffs mémorables SUPERCHRIST n’a pas spécialement à se prosterner, son défaut et surtout sur cet album réside surtout dans des chansons qui finissent parfois abruptement, dans des petits couacs çà et là dans l’exécution ainsi que dans des soli parfois un peu trop dérivatifs, sans parler de leur caractère obligatoire dans des chansons – vraiment – courtes. Mais la base est là, et la qualité de ce défaut c’est bien sûr qu’on s’ennuie jamais.

Quant à la reprise de MAIDEN je la trouve limite plus digeste que l’originale, à moins que ce ne soit le fait d’entendre une version pas écoutée 10 000 fois... Je vais pas dire que SUPERCHRIST joue mieux, ce serait faire insulte aux lecteurs qui sont en droit d’exiger un peu d’objectivité et des chroniqueurs pas trop cons - je ne franchirai donc pas ce pas mais bon des fois… fuck l’objectivité, quand je suis lancé dans le trip de cet album je préfère mille fois avoir cette reprise ici que l’album interrompu par tout le génie et l’inventivité de la discog de MAIDEN - dès la première minute le besoin de prendre la décharge de Metal concon en entier s’installe.

C’est justement entre cette parenthèse de reprises qu’on a enchaînement le plus intéressant (être rapide et agressif suffit pour ça) de l’album, des chansons dont je vais taper les noms ici pour la seule raison que j’éprouve un plaisir sans fin à utiliser mes doigts pour écrire des trucs tels que "Fuck You Twice", chanson qui se termine à l’instant et qui est suivie donc de "Frano Fucked Yoko Ono" et de "Julie Killed Jesus". Cet enchaînement vaut principalement parce que Chris a cette fois le bon goût de ne pas interrompre son propre délire et de caser certains de ses crachats les plus vindicatifs.

"Back & Black" est un album que je sors quand je suis nerveux ou furax et que j’ai besoin d’une bonne bande son pour taper du poing contre un mur, et comme il est ridiculement court (même quand je zappe la reprise de MAIDEN) c’est toujours parti pour plusieurs tours avec en prime celui d’après qui sont les albums les plus bruts de cette discographie assez étoffée. Puis j’ai des flashbacks et je le réécoute le calme revenu. En fait je le ressors vraiment souvent, quand je cherche un autre truc et que mes yeux tombent sur la tranche du boitier par exemple.

3 étoiles pour la conscience professionnelle (enfin amatrice), 5 étoiles pour le feeling, au diable les étoiles, ce qui ne ment pas c’est mon enthousiasme.

Better listen, you better learn
You better step back
‘Cause the heavy metal burns tonight
Tonight !

A lire aussi en HEAVY METAL par CITIZEN :


GORGON
Out Of The Best (heavy Metal Superstars) (2006)
NWOBHM superstars




WITCH CROSS
All That's Fit For Fighting (2013)
Heavy metal


Marquez et partagez




 
   CITIZEN

 
  N/A



- Chris Black (basse, chant)
- Hank Bitchlover (guitare)
- Whorepuncher (batterie)


1. Stand Up And Shit
2. I Am Your Hero
3. Black Power
4. Old Fast And Hard
5. Thunderpants
6. Poison
7. Fuck You Twice
8. Frano Fucked Yoko Ono
9. Julie Killed Jesus
10. The Trooper
11. Make You Famous



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod