Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (3)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Gatekeeper, Atlantean Kodex
- Membre : Spiritual Beggars, Shining
 

 Myspace (481)
 Site Officiel (574)

GRAND MAGUS - Triumph And Power (2014)
Par DARK SCHNEIDER le 2 Mars 2014          Consultée 3864 fois

Il est désormais acquis que GRAND MAGUS est un des plus talentueux représentants actuel d'un Metal de tradition, et ce depuis une bonne décennie. Le groupe enquille les albums sans jamais décevoir et en faisant toujours preuve d'évolution dans la continuité. Il connu juste une légère phase de stagnation avec l'épisode "Hammer Of The North", vite chamboulé par un excellent "The Hunt" sur lequel le mage utilisa un nouvel ingrédient décisif pour parfaire ses sortilèges : la mélodie, celle qui se veut imparable et obsédante. Qu'allait donc nous concocter nos vikings suédois pour ce nouvel opus ? Un retour au Stoner des débuts ? Que nenni ! Cela fait désormais bien longtemps que le Stoner n'est plus qu'une histoire ancienne pour le groupe, de même que le Doom qui s'est aussi fait la malle. De toute façon, il suffit de zieuter la pochette et le nom de l'album pour vite comprendre où se situent les intentions du groupe. Le title track, jeté en pâture au public quelques semaines à l'avance, nous avait déjà alerté : toute ressemblance avec un fameux combo américain qui chantait il y a trente ans les exploits de Thor ne pouvait être fortuite : oui, l’ombre de MANOWAR plane sur ce disque !

C'est bien là tout le problème de cet album. Comment ne pas ressortir décontenancé à l'écoute d'une œuvre qui voit la personnalité du groupe s'étioler et durant laquelle l'on ne peut s'empêcher de penser au combo de Joey DeMaio ? C'est tout bonnement impossible ! Les premières écoutes de cet opus nous laissent un goût amer... Les faits sont là, incontestables : la marche héroïque de "Triumph And Power", le belliqueux "Fight" dont le titre est sans appel quant au contenu, et l'évidence se fait tout aussi éclatante avec "Steel Versus Steel" ! Riffs ultra simples qui ressemblent plus à des motifs rythmiques qu'à autre chose, ambiance martiale, lignes de chants épiques, utilisation d'un champ lexical sans équivoque : la MANOWARisation de GRAND MAGUS est en marche ! Avec juste ce qu'il faut de gras en plus dans le son pour se rappeler qu'on a bien affaire aux suédois.

Mais par Thor ! Quand c'est bon, c'est bon ! La soif de batailles et d'aventures nous happe et l'on s’accommode de l’influence des Ricains, car ces morceaux sont malgré tout réussis avec des refrains mémorables même si clairement en-dessous de ceux de "The Hunt". "On Hooves Of Gold" nous embarque d'entrée, dans la grande tradition des titres d'ouvertures imparables dont sont coutumier les Suédois. L’intro à la BATHORY pose l’ambiance de ce mid-tempo épique, en forme d'hommage à la nature, au texte plus subtil qu'il n'y paraît. Puis l'âme du guerrier intrépide qui est en nous resurgit aussitôt avec l'efficace "Steel Versus Steel", et ce pour ne pas nous lâcher pendant les trois morceaux les plus MANOWARiens de l'album. On y croit, et l'on se laisse porter par la musique avec cette sensation toute revigorante d'être à la proue d'un langskip à voguer vers des terres pleines de richesses, où à charger l'ennemi avec une opiniâtreté telle que l’on en oublie la précarité de notre armement.

Étrangement, c'est quand la présence envahissante de MANOWAR s'atténue que la qualité de l'album diminue. L'anecdotique (l'interlude folk "Arv") côtoie alors le très quelconque ("Dominator", le titre le plus banal de l'album). Quant à "Holmgang" (seul titre rappelant un peu la période pré-"Iron Will") et "The Naked And The Dead" (ce dernier ayant le mérite de sortir des thèmes vikings bien que l'on reste dans un registre guerrier), ils s'enchaînent de façon un peu trop mécanique et peinent à captiver notre attention.
Heureusement, nos vikings relèvent la tête fièrement, le menton bien haut, le port altier, pour un "Hammer Will Bite", ultime mid-tempo qui permet au groupe de clore l'album sur l'un de ses meilleurs morceaux, le seul ayant une mélodie de refrain digne de ce que l'on pouvait entendre sur "The Hunt".

Il est certes beaucoup question de MANOWAR dans cette chronique - dont l'influence sur cet opus est totalement revendiquée par le groupe - mais n'allez pas croire non plus que JB se met à pousser des screamings à la Eric Adams, non, il reste fidèle à lui-même et les adorateurs de sa voix seront aux anges (aux Ases ?). Inutile aussi de préciser que ce "Triumph And Power" est bien supérieur au "Lord Of Steel" de qui vous savez, mais je le fais quand même. GRAND MAGUS ne s'est pas transformé du jour au lendemain en un clone de MANOWAR, rien à voir avec ces groupes inutiles qui se contentent de singer les Ricains en accélérant les tempi (genre WIZARD), mais le poids de cet aîné encombrant se fait trop sentir sur cet album, et l’on aimerait juste retrouver un peu de la magie propre au groupe qui faisait tout le sel d’un "Iron Will" ou d’un "The Hunt". En somme que le guerrier baisse les armes et refasse place au grand magicien.

GRAND MAGUS a largement prouvé qu’il sait y faire en Heavy Metal épique, il ne lui reste plus désormais qu’à reconquérir son propre patronyme.

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK SCHNEIDER :


POKOLGEP
Pokoli Szinjaték (1987)
En hongrie aussi, le heavy metal existe.




HELSTAR
A Distant Thunder (1988)
Plus speed, plus virtuose, HELSTAR au top!


Marquez et partagez







 
   DARK SCHNEIDER

 
   GEGERS

 
   (2 chroniques)



- Jb Christoffersson (guitare, chant)
- Fox Skinner (basse)
- Ludwig Witt (batterie)


1. On Hooves Of Gold
2. Steel Versus Steel
3. Fight
4. Triumph And Power
5. Dominator
6. Arv
7. Holmgång
8. The Naked And The Dead
9. Ymer
10. The Hammer Will Bite



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod