Recherche avancée       Liste groupes



      
DOOM METAL  |  STUDIO

Commentaires (5)
Questions / Réponses (2 / 9)
Lexique doom metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Myspace (248)
 Site Officiel (312)

GRAND MAGUS - Monument (2003)
Par MOMO HEARTBREAKER le 18 Février 2004          Consultée 6193 fois

Petit approche, ne craint pas l’inconnu, la nouveauté, je vais te conter une légende… Cette histoire à pour cadre, le grand nord, elle est si sombre et si terrible que partout désormais on la dénomme : "Monument" ! Ohé fan de musique sombre, puissante, groovy, mélodique et rock n’roll, voici le nouveau GRAND MAGUS ou plus exactement l’album de Doom/Hard Rock fantasmé par le boss de Rise Above, Lee Dorian mais qu’il n’a pas su écrire.

Avant d’aller plus en avant, une petite session de rappel s’impose, après un premier album remarqué dans le petit monde du doom qui groove, Michael Amott, guitariste leader des Spiritual Beggars, propose aussitôt le micro à maître JB. Le fruit de cette collaboration fut le génial "On Fire" sur lequel le vocaliste a su faire montre de tout son immense talent. Tant est si bien qu’il sera à cet égard considéré un peu à la manière de son confrère Jorn Lande, bien que sa voix soit plus personnelle par son petit côté sombre, comme un digne successeur des big voices de l’histoire de la musique qui fait saigner notre cœur de rockeur (comprenez par là, les Dio, Dickinson, Coverdale, Glen Hughes et bien d’autres). Depuis quelque semaines, maintenant vous attend dans les bacs le nouveaux GRAND MAGUS, plus heavy, plus somptueux et radical que ce que tout le genre à pu produire jusqu’à maintenant.

Taillé dans le rock, "Monument" est un disque dense : 7 titres pour 7 chef d’œuvre soit environ 45 minutes de bonheur. Comme quoi, après un automne bien fade d’un point de vue qualitatif et créatif, l’hiver s’annonce comme monstrueux. GRAND MAGUS un power trio, c’est à dire qu’il va droit au but en associant l’efficacité d’un MOTÖRHEAD, avec la grâce et la finesse indéfinissable d’un THIN LIZZY. Ici, mon frère de Metal, tout est question de feeling, d’ambiances (les arrangements aussi discrets que pertinents sont en total adéquation avec les compos), on tient là la grande force de ces musiciens de génie qui au plus fort de la tempête savent garder le sens de la mélodie. Aussi d’entrée de jeu, on est scotché par les tubesques "Ulvalfall" et "Summer Solftice".

Conquis d’entrée de jeu, la tension ne retombera jamais et le plaisir sera sans cesse renouvelé à chaque écoute, si bien qu’au final, il est très difficile de mettre en avant un titre plutôt qu’un autre : le black sabbathien psychédélique "Brotherhood Of Sleep" avec ses énormes parties de grattes signé JB (encore lui !), le lugubre "Baptised In Fire" avec son intro à la basse malsaine au possible avec son superbe riff en syncope auquel succède un break de folie, "Choofer Of The Slain" où le glas vous rattrape avec son riff très lent 100% fuckin’ heavy metal (le vrai, pour les durs et les tatoués, pas celui des apprentis Vivaldi) qui atteint les sommets illuminés du aussi mythique que mystique "Forrest Of Equilibrium" tout en s’achevant dans la tourmente, l’hymnes ultime "Food Of The God" avec ses passages power métal ponctués de descentes dans les limbes du doom unique en leurs genres : la marque des grands.

Pour finir, tel des joueur de poker, ces démons nordiques ont gardé dans leur manche, un as : le magistral "He Who Seek… Shall Find" dont le riff vaut à lui seul l’achat du disque… La messe est dite : JB, Fox et Trisse viennent de signer le nouveau maître étalon du genre. Une dernière chose, la production est énorme et donne toute latitude aux instruments pour faire parler la colère d’Odin.

Sacré par la presse britannique comme album du mois tout style confondu au mois de décembre, je n’aurai pas pour une fois à me casser la tête pour trouver une conclusion bien sentie, tout est dans le titre de l’album : Monumental !

A lire aussi en DOOM METAL par MOMO HEARTBREAKER :


CATHEDRAL
The Ethereal Mirror (1993)
Doom metal




CATHEDRAL
Forest Of Equilibrium (1991)
Doom metal


Marquez et partagez




 
   MOMO HEARTBREAKER

 
  N/A



- Janne "jb" Christoffersson (voix, guitare)
- Fox (basse)
- Fredrik "trisse" Liefvendahl (batterie)


1. Ulvaskall (vargr)
2. Summer Solstice
3. Brotherhood Of Sleep
4. Baptised In Fire
5. Chooser Of The Slain (valfader)
6. Food Of The Gods
7. He Who Seek… Shall Find



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod