Recherche avancée       Liste groupes



      
HUMPA BLACK TROMPETTE  |  STUDIO

Commentaires (1)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Korpiklaani, Trollfest, Svartby
- Membre : Diablerie, Norther, Naildown, Impaled Nazarene, Shape Of Despair, The Mist And The Morning Dew, Sethian, ...and Oceans
 

 Site Officiel (974)

FINNTROLL - Blodsvept (2013)
Par VOLTHORD le 11 Mai 2013          Consultée 5086 fois

C’est le printemps, il nous faut bien une petite BO pour démolir avec le sourire les belles fleurs des parcs devant les parents et les baby-sitters horrifiés. FINNTROLL est toujours là quand il faut, heureusement. Et en cours de route, les gars ont rencontré des saltimbanques avec assez de cuivre pour donner une dimension nouvelle à des mélodies qui feront toujours savamment bouger le postérieur. Les poilus finlandais repartent en cette année 2013 dans le joyeux badaboum ploum ploum, un peu plus haut que le ras des pâquerettes, mais qui respire pas complètement la santé mentale. De la mélodie, encore de la mélodie, de la débauche et du catchy, ça devait être grave enthousiasmant !

Mais bon, l’enthousiasme ce n’est pas mon truc.

Sur un retour à la déconne bercé par la nostalgie d’un "Nattföd" si confortablement logé dans la tête de tout un chacun, FINNTROLL a aussi oublié les raisons pour lesquelles il avait choisi de changer de trajectoire sur les précédents albums : l’agressivité mal contenue d’un Vreth qui n’aura jamais l’attitude goblinesque de Katla ou la bonhommie charismatique de Wilska. Vreth n’est PAS un troll, c’est un putain de Warg, et les deux derniers albums avaient pris cela en compte. "Ur Jordens Djup" était plus noir et agressif, "Nifelvind" plus dramatique et grandiose. Les deux albums manquaient d’être aussi fascinant qu’un "Nattföd" complet et renouvelable au fil des écoutes, ou même qu’un "Jaktens Tid" dégoulinant de joie malpropre, mais cherchaient au moins à profiter de l’agressivité du nouveau frontman pour remodeler leur univers.

"Blodsvept", de ce point de vue, est clairement un retour en arrière, comme tout est joie, paillette et défonçage de tronche… avec forcément le charisme trollesque des deux chanteurs précédents en moins...
Plus calculateur mais toujours aussi convaincant dans son rôle de gros Berserk des mélodies simplistes, FINNTROLL n’est cependant pas descendu de son trône, et ce malgré les réserves des râleurs dont votre serviteur fait fièrement partie.

Le titre éponyme m’ennuyait comme pas deux, qu’"Ett Folk Förbannat" sonnait comme de l’autoparodie certes fun mais vraiment pas suffisante pour renouveler le Schmilblik. C’était sûr, le groupe n'allait pas tenir la route sur tout un album. Et aussi, même si j’adorais les petits breaks mignonnets de "Rösets Kung", j’avais l’impression d’entendre une mélodie absolument vue et revue chez nos poilus finlandais et chez tous les clones qu’il aura inspirés (et à certains niveaux, je me demande si parfois, EQUILIBRIUM ne sait pas désormais composer des mélodies FINNTROLLesques aussi bien, voire mieux que les maîtres). Avec un peu de recul, tout ça commence à s’intégrer dans mon environnement sonore, et je dois bien reconnaître qu’un titre aussi riche en mélodie que "Skogdotter" ne passe pas inaperçu non plus : une sorte de cavalcade de joie qui rentre parmi les meilleures compositions du groupe. Car c’est quand FINNTROLL est généreux avec sa formule qu’il est clairement le meilleur. "Mordminnen" swingue tellement du feu de Dieu qu’on a vraiment du mal à contenir ce petit mouvement du bassin. Idem pour "Två Ormar", sorte de Humpa jazzy qui dégomme de la trompette featuring la mélodie du générique d’Inspecteur Gadget et un clavier type ‘conte de la crypte’. Ça fait beaucoup à la fois, et c’est CA que j’aime dans ces quelques titres absolument ultimes de cet album.

Pour autant, les autres sont loin d’être mauvais, et je vogue entre l’impression de déjà entendu et celle qu’on a pourtant affaire à un FINNTROLL qui déballe le grand jeu et se fait plaisir dans un art dans lequel il n’a plus à prouver qu’il est roi. Est-ce que je ne suis qu’un vieux con incapable d’apprécier un FINNTROLL de nouveau en fleur ?
Mon 3/5 parle de lui-même.
Parce que quand même… pas une trace de mélancolie, pas une trace de cette trame grandiose où le groupe nous amenait peu à peu …si FINNTROLL choisit d’accentuer plutôt onze fois qu’une sa joie nouvelle, c’est aussi au détriment de l’ambiance, de la gravité même qui assombrissait les recoins de "Nattföd", et au détriment des tentatives de création d’atmosphères qu’on trouvait sur les deux derniers albums. A part pour un "Midvinterdraken" qui tente une salvation par la petite touche nostalgique (ambiance fin de vacances), "Blodsvept" demeure unidimensionnel.

Je doute donc fortement de la durabilité d’un tel album… le temps le dira !

PS de décembre 2020 : Après avoir vu trois fois le groupe en live jouer cet album, après l'avoir vu passer l'épreuve du temps sans que les mélodies ne s'émoussent, je dois bien avouer que mon jugement initial sur "Blodsvept" était un peu sévère. Car oui, tout tenait sur l'anticipation qu'il ne passerait pas l'épreuve du temps. Aujourd'hui, je me l'enquille toujours d'une traite avec un réel plaisir. Je passe donc du 3/5 initial à un 4/5 qui me semble plus correct.

A lire aussi en FOLK METAL EXTREME par VOLTHORD :


MOONSORROW
Jumalten Aika (2016)
Toujours maître ?

(+ 1 kro-express)



TROLLFEST
Kaptein Kaos (2014)
Apogée déglinguée du bougre norvégien


Marquez et partagez



Par VOLTHORD




 
   VOLTHORD

 
   MEFISTO

 
   (2 chroniques)



- Routa (guitare)
- Trollhorn (guitare, claviers)
- Beast Dominator (batterie)
- Tundra (basse)
- Vreth (chant)
- Virta (clavier)
- Sktrymer (guitare)


1. Blodsvept
2. Ett Folk Förbannat
3. När Jättar Marschera
4. Mordminnen
5. Rösets Kung
6. Skövlarens Död
7. Skogsdotter
8. Häxbrygd
9. Två Ormar
10. Fanskapsfylld
11. Midvinterdraken



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod