Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK METAL EXTREME  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Korpiklaani, Trollfest, Svartby
- Membre : Diablerie, Norther, Naildown, Impaled Nazarene, Shape Of Despair, The Mist And The Morning Dew, Sethian, ...and Oceans
 

 Site Officiel (974)

FINNTROLL - Vredesvävd (2020)
Par VOLTHORD le 11 Décembre 2020          Consultée 1259 fois

Et si on faisait un bond en arrière ? Pas un truc qui "incorpore l'ancien pour mieux accommoder le nouveau" ou ce genre de trucs. Un vrai album de FINNTROLL comme le groupe en faisait du temps où deux de ses pères fondateurs, Katla et Somnium, menaient encore la barque. C'est ce que propose "Vredesvävd".

Rapide état des lieux : "Ur Jordens Djup" cherchait des chemins plus sombres, "Nifelvind" se voulait plus orchestral, épique et moderne comme ça se faisait à l'époque, "Blodsvept" faisait péter les confettis avec ses rythmes dansants et son déchaînement à la fois festif et bagarreur. Par contraste, "Vredesvävd" ne propose rien. Il ignore quinze années d'évolutions pour revenir aux heures les plus glorieuses du groupe, alors que FINNTROLL était encore fidèlement Black Metal, naïvement Humppa, que le Folk Metal ignorait l'existence des instruments folk et que le mouvement qu'il a lui même contribué à développer n'était pas tombé dans le portnawak festif.

Ce rétropédalage aurait pu être dangereux, le groupe a généré tellement d'admirateurs et de "copycats" que le FINNTROLL "à l'ancienne", devenu un gimmick parfois fatigant pour les oreilles, aurait pu ne plus passer du tout, même aux yeux des fans du groupe. Il n'en est rien tant on se laisse porter par des compos bétonnées et généreuses en variations. Calculé ou non, ce retour aux sources est une initiative à la fois intelligente et prenante.

Exit la sophistication d'orchestrations folk que l'on pouvait retrouver sur "Blodsvept". FINNTROLL revient à une écriture mélodique primaire, presque naïve. On pouvait l'entendre dès le titre "Ormfolk" révélé en amont de la sortie de l'album. Mélodie portée par un clavier pseudo-accordéon cheapos, une batterie poum-chak poum-chak et un riff brumeux doublé d'un vernis "symphonique" (dans le sens très 1990s du terme)... On aurait posé ça entre un "Rivfader" ("Midnattens Widunder) et un "Slaget Vid Blodsälv" ("Jaktens Tid"). "Vid Häxans Härd" est un autre cas d'école. Indépendamment, toutes les mélodies pourraient être écrites par un môme découvrant son premier clavier électronique. C'est leur foisonnement et leur agencement au travers de tableaux aussi divers qu'ils défilent à la rapidité d'un train en marche qui les propulse à un degré de jouissance que la foultitude de clones du groupe n'arrivent toujours pas à égaler.

On retrouve parfois la verve Black Metal de "Midnattens Widunder" ; "Att Döda Med En Sten", titre d'introduction qui agit à lui tout seul comme une machine à remonter le temps se rapporterait presque au "Bastuvisan" court et sans pitié dudit album. On peut même avoir une petite pensée pour "Nattfödd" alors que la mélodie de "Mask" se dissocie des riffs, répétée à l'envie pour s'imposer gentiment comme un tube à la "Trollhammaren".

Mais, entre ses tempos nettement plus soutenus qui en font un vrai rouleau compresseur à mélodies fun, le choix des sonorités de claviers et des guitares utilisées souvent dans une veine plus atmosphérique que rythmiques, c'est cette impression exquise que "Jaktens Tid" revit qui prédomine. "Vredesvävd" ne respire pas (sauf peut-être sur "Ylaren"), et ne laisse même pas spécialement de titre s'élever au-dessus des autres : il enchaîne une jam de Black trollesque sans forcer pour nous foutre un grand sourire entre les lèvres à chaque écoute.

Si "Vredesvävd" était sorti réellement dans la foulée de "Nattfödd", le constat aurait sans doute été différent ; Vreth aurait été vu comme un vocaliste cherchant à imiter ses prédécesseurs et l'opus aurait peut-être laissé une odeur de déjà-flairé. Le contexte est important ; c'est justement parce que Vreth est aujourd'hui le vocaliste ultime de FINNTROLL et que le groupe est passé par des étapes de construction bien différentes que l'on identifie "Vredesvävd" comme un vent de fraîcheur plutôt qu'un courant d'air réchauffé. quarante minutes d'album, rien à jeter, on revient à ce constat essentiel : FINNTROLL sait faire beaucoup avec une formule minimale ; plus que jamais capable de fignoler des albums aux arrangements fins comme "Blodsvept", il semble tout aussi apte à revenir à l'essentiel de sa recette.

A lire aussi en FOLK METAL EXTREME par VOLTHORD :


TROLLFEST
Kaptein Kaos (2014)
Apogée déglinguée du bougre norvégien




MOONSORROW
V:hävittety (2007)
Renouveau d'un genre ou experience 'intéressante'?

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   VOLTHORD

 
  N/A



- Trollhorn (clavier, orchestrations, guitares, banjo, guimbarde)
- Tundra (basse)
- Skrymer (guitare)
- Routa (guitare)
- Vreth (chant)
- Virta (clavier)
- MörkÖ (batterie)


1. Väktaren
2. Att Döda Med En Sten
3. Ormfolk
4. Grenars Väg
5. Forsen
6. Vid Häxans Härd
7. Myren
8. Stjärnors Mjöd
9. Mask
10. Ylaren



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod