Recherche avancée       Liste groupes



      
ELECTRO-INDUS METAL  |  STUDIO

Commentaires (4)
Questions / Réponses (1 / 1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Hypocrisy
- Style + Membre : Lindemann
 

 Site Officiel (594)
 Facebook (474)

PAIN - Cynic Paradise (2008)
Par DARK BEAGLE le 12 Février 2020          Consultée 144 fois

"Cynic Paradise" marque le retour de PAIN dans le giron de Nuclear Blast, mais il serait présomptueux de penser qu’il s’agit là d’un retour aux sources. Tägtgren ne se remet ici aucunement en question et poursuit ses aventures Electro dans la droite lignée des trois albums précédents, à savoir un Metal Indus qui devient de plus en plus accessible, avec des entournures plus Rock, sans pourtant être tout à fait grand public comme l’est devenu RAMMSTEIN par exemple. Et c’est d’autant plus vrai quand on constate que deux titres ont été enregistrés avec Anette Olzon, qui était alors la chanteuse de NIGHTWISH. Une façon de ratisser un public plus large, d’autant plus que Tägtgren a déjà chauffé la salle pour les Finlandais.

Donc, sans surprise, nous nous retrouvons face à un album très convenu, qui aura du mal à surprendre l’auditeur habitué au groupe, ni même ceux qui ont pour habitude de succomber aux sonorités Industrielles. C’est classique, certains diront sans prétention, voire bâclé vu qu’il n’aura fallu qu’une année pour voir sortir le successeur de "Psalms Of Extinction". On se laissera toutefois surprendre par l’ambiance « sudiste » de "Have A Drink On Me" qui tranche avec ce que Tägtgren propose habituellement. Mais sinon, rien de bien neuf à l’horizon, à mesure de l’écoute nous découvrons les morceaux rapides de rigueurs, par des mid tempo conventionnels et des refrains qui fonctionnent plutôt bien mais qui n’ont plus l’effet de surprise escompté.

Mais, et ce mais est de taille, nous ne pouvons nier que cet album est entraînant et qu’il sonne étrangement moins confus que son prédécesseur, malgré un temps de gestation plus court. Et sans crier au génie, il s’avère que ce "Cynic Paradise" s’écoute plutôt bien et se montre même efficace sur certains titres, comme les deux duos avec Anette Olzon par exemple, où la belle semble être plus à l’aise que dans son groupe d’alors, comme si la formule de PAIN, ce Metal Electro mâtiné de refrains Poppy était fait pour elle. Alors oui, c’est vraiment simpliste, voire non inspiré par moments, mais il faut bien convenir que cela donne la patate.

Seulement, donner la frite, pour rester dans le domaine de la pomme de terre, cela ne suffit pas pour faire un bon album et ce "Cynic Paradise" est un bon divertissement, mais pas un bon disque, si vous voyez la nuance. Il s’agit typiquement de l’album que nous passons lors d’une soirée entre potes quand tous ne sont pas franchement férus de Metal, pour montrer que nous ne sommes pas que des bêtes ou que le style peut se faire dansant et accessible, voire bien festif, mais ce n’est pas le genre de disque que nous mettons sur la platine quand nous voulons quelque chose de plus réfléchi, voire introspectif. "Cynic Paradise" est fait pour se défouler, mais comme son prédécesseur, il ne tient pas la route pour une écoute plus approfondie.

Note réelle : 2,5/5.

A lire aussi en METAL INDUS par DARK BEAGLE :


MINISTRY
The Land Of Rape And Honey (1988)
La révolte des machines




MINISTRY
Psalm 69 - The Way To Succeed And The Way To Suck Eggs (1992)
Never trust a junkie


Marquez et partagez




 
   CANARD WC

 
   DARK BEAGLE

 
   (2 chroniques)



- Peter Tägtgren (tout)


1. I'm Going On
2. Generation X
3. Reach Out (and Regret)
4. Follow Me
5. Monkey Business
6. Have A Drink On Me
7. Cynic Paradise
8. No One Knows
9. Suck Me Sideways
10. Not Your Kind
11. Feed Us



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod