Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH MÉLO ÉPIQUE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2009 1 Romulus
2012 1 Caligvla
2017 1 The Immortal Wars
 

- Style : Septicflesh
- Style + Membre : Kataklysm

EX DEO - The Immortal Wars (2017)
Par WëN le 23 Février 2017          Consultée 642 fois

Un riff, un souffle de l'orchestre. C'est le battement de cœur nécessaire aux vétérans d'EX DEO pour nous ré-embrigader, au nom de la Louve, dans l'enfer de la légion, pilum contre pilum.

Des sombres bourbiers gaulois ("Romulus", 2009) aux plus majestueuses salles du sénat impérial ("Caligvla", 2012), Iacono et sa clique ont petit à petit gravi les échelons, laissant progressivement la plèbe s'écharper sous leur commandement. Et pourtant, on devinait insatiable leur gout pour les batailles et ce n'est que mi-surpris qu'en ce cru 2017, on les retrouve en train de s'harnacher pour le combat. Car la menace gronde, et ce nouvel ennemi, venu de l'Ouest cette fois, n'est autre que l'habile Hannibal: la seconde guerre punique est déclarée !

Retraçant plus de quinze années de conflits, du saccage de Saguntum (actuelle Espagne) à l'ultime bataille de Zama (actuelle Tunisie) fatale au général carthaginois face à son Scipio l'Africain de rival, ces "Immortal Wars" regorgent forcément de références, ne serait-ce que par les thèmes des chansons qui le composent. Un concept qui n'échappera pas à une certaine vulgarisation (tout comme cet écrit) somme toute assez logique afin de tenir en un si court laps de temps (38 minutes pour 7 titres et un interlude). Néanmoins, cette courte durée se révèlera vite un atout précieux, le combo ne s'encombrant pas du superflu, délivrant une prestation efficace, épique (l'artwork d'Eliran Kantor en rajoutant une couche) et passionnée, comme en témoignent les dorénavant classiques déclamations d'un farouche Iacono (chant et vociférations), brandissant son glaive au moment de charger les régiments ennemis.

Musicalement, le mix entre les deux précédentes œuvres des mercenaires québécois est plutôt bien équilibré, lui apportant même un avantage tactique certain, là où ces dernières péchaient pour des prises de position parfois trop opiniâtres. Intelligemment, le quatuor conserve ici les riffs conquérants de son premier opus, les magnifiant même, n'hésitant jamais trop longtemps avant de bourriner ses cordes ("Hispania", "The Spoils Of War", le très AMON AMARTH "Ad Victoriam") ou de laisser plus de place à sa pachydermique batterie ("Crossing Of The Alps"). Du règne de "Caligvla", EX DEO se remémore les fastes orchestrations, mais ne voulant pas s'alourdir d'une fanfare en pleine campagne, celles-ci sont cette fois reléguées à de plus rares mais judicieuses interventions ("Cato Major - Carthago Delenda Est!", "The Roman"), ne prenant jamais le pas sur le travail des guitares. Concoctées par Ardek (clavier chez CARACH ANGREN) leur construction est selon-nous ce qui différencie le plus "The Immortal Wars" de ces prédécesseurs, puisque celles-ci s'avèrent bien moins rutilantes qu'auparavant. Numides, Hispaniques, Gaulois, Ligures, Baléares et autres Maures, composant l'armée d'Hanibal : le parti pris d'y retrouver des instruments plus cosmopolites (flutes, cuivres, etc.) n'a donc rien d'étonnant et renforce même l'immersion générale.
De prime abord, le tout s'avèrera extrêmement homogène, peut-être trop, si bien que rien ne se dégagera vraiment des premières écoutes.

Il faudra en laisser passer quelques-unes avant que chaque élément de cet empire musical ne se mette progressivement en place. Mais nous vous assurons qu'une fois passé ce stade, ce disque, ne lésinant ni sur l'efficacité ni sur sa grosse production (Jens Bogren ici à sa place), se taillera assurément une place de choix au sein des quelques œuvres du Peplum-metal, reléguant presque les deux premiers efforts de nos légionnaires au rang de coups d'essai.

A lire aussi en DEATH MELODIQUE :


DESTINITY
Resolve In Crimson (2012)
Pas chauvin !




AESMAH
[imeria] (2012)
La france elle aussi a son be'lakor


Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
   WëN

 
   (2 chroniques)



- Maurizio Iacono (chant)
- Jonathan Lefrançois Leduc (synthé)
- Max Duhamel (batterie)
- François Mongrain (basse)
- Jean-françois Dagenais (guitare)
- Stéphane Barbe (guitare)


1. The Rise Of Hannibal
2. Hispania (the Siege Of Saguntum)
3. Crossing Of The Alps
4. Suavetaurilia (intermezzo)
5. Cato Major: Carthago Delenda Est!
6. Ad Victoriam (the Battle Of Zama)
7. The Spoils Of War
8. The Roman



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod