Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH MÉLO ÉPIQUE  |  STUDIO

Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2009 1 Romulus
2012 1 Caligvla
2017 1 The Immortal Wars
 

- Style : Septicflesh
- Style + Membre : Kataklysm

EX DEO - Caligvla (2012)
Par MEFISTO le 3 Février 2014          Consultée 2800 fois

EX DEO, vous le savez, est le side-project des Montréalais de KATAKLYSM. Et contrairement au Death Mélodique archi classique de leur bête nourricière, les cinq comparses arrivent avec EX DEO à me bâillonner et à me scotcher sur une chaise sans que j'aie envie d'être secouru. Car ce deuxième album du rejeton Death Mélo épique EX DEO, "Caligvla", est d'une grande qualité.

D'abord, son écrin ressemble à celui de tous les albums symphos savamment produits de nos jours : son cristallin et balance parfaite entre éléments de base et orchestrations (ce que le dernier FLESHGOD APOCALYPSE n'avait pas). Ce "Caligvla" est donc digne d'un vrai gladiateur aux muscles saillants de la Rome antique, son terrain de jeu, sa source d'inspiration. Eh oui, après le fondateur de la Ville Éternelle, Romulus, voici un des pires criminels de l'histoire, l'empereur Caligula, barbare et débauché jusqu'à sa mort. Les amateurs d'Histoire fouilleront comme ils veulent, les autres s'en contre-foutront en se concentrant sur la musique riche et, j'oserais dire, veloutée bien que frappée d'acier, des Québécois.

Après, il n'y a plus grand-chose à faire que d'écouter pour s'enivrer de ces mélodies directes et guerrières. EX DEO n'est pas du genre à s'éterniser pendant des siècles, alors il faut être prêt à dégainer rapidement son glaive pour contrer ses assauts. Débutez d'ailleurs votre périple l'arme au poing, car "Caligula" présente un des trios de départ les plus ahurissants avec la pièce-titre catchy à souhait, le tube de l'album, "The Tiberius Cliff", et le morceau le plus épique de l'ensemble, "Per Oculus Aquila". Trois gemmes qui plairont à quiconque tellement elles sont différentes et se complètent à merveille.

La barre ayant été mise très, très haute, le reste de la galette sera-t-il de même teneur ? Rien n'est moins sûr. EX DEO a rapidement joué ses meilleures cartes et peine à injecter une drogue de la même force, à part peut-être sur "Along The Appian Way" et sa trame de combat passablement agréable. Les six autres plages, y compris la finale orchestrale, tombent ainsi à court de plusieurs pas, sans toutefois entièrement détonner. Certains y verront une déception énorme, alors que les plus optimistes comme moi traduiront cette « stratégie » comme une manière d'isoler les quatre brillantes réussites de l'album. Quatre merveilles sur neuf, c'est déjà pas mal pour ce genre de Death Mélo.

Ma prescription ? Abusez de ce carré d'as sans posologie, imaginez-vous faire partie du casting du péplum "300" et foncez tronche baissée dans les affres de la bataille. Pas de quartier ! Surtout, bourrez-vous de cette pièce absolument dantesque qu'est "The Tiberius Cliff", qui vaut à elle seule l'achat du disque.

À noter que l'artwork et le livret ne sont pas à dénigrer. EX DEO, bien qu'il demeure un groupe de seconde zone, tend à vouloir se rapprocher des grandes ligues par son contenu et son look. Attendons de voir, mais si le groupe poursuit son avancée vers les lignes ennemies de cette manière, nous aurons bien du plaisir à l'avenir.

Bref, un album mal équilibré mais au final, assez gorgé de pierreries pour mériter quatre étoiles en raison de sa capacité à nous faire pousser « replay ». Ce ne sont pas tous les groupes qui arrivent à créer une telle dépendance, mais EX DEO n'est pas trop lourd à digérer pour que nous ayons besoin d'Alka Seltzer avant de mordre de nouveau dans sa chair.

A lire aussi en DEATH MELODIQUE par MEFISTO :


AETERNAM
Disciples Of The Unseen (2010)
Orgie arabique... québécoise !

(+ 1 kro-express)



OMNIUM GATHERUM
New World Shadows (2011)
Petit détour agréable vers l'univers du Death Mélo


Marquez et partagez



Par MEFISTO




 
   MEFISTO

 
   WëN

 
   (2 chroniques)



- Maurizio Iacono (chant)
- Stéphane Barbe (guitare)
- Jonathan Leduc (claviers)
- J-f Dagenais (guitare)
- Francois Mongrain (basse)
- Max Duhamel (batterie)


1. I, Caligvla
2. The Tiberius Cliff (exile To Capri)
3. Per Oculos Aquila
4. Pollice Verso (damnatio Ad Bestia)
5. Divide Et Impera
6. Burned To Serve As Nocturnal Light
7. Teutuborg (ambush Of Varus)
8. Along The Appian Way
9. Once Were Romans
10. Evocatio: The Temple Of Castor & Pollux



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod