Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  STUDIO

Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Nausea, Macabre
- Membre : Morbid Angel, Malevolent Creation
- Style + Membre : Monstrosity

TERRORIZER - Hordes Of Zombies (2012)
Par DARK MORUE le 20 Juin 2012          Consultée 3131 fois

Certaines reformations ne devraient pas avoir lieu. On finit sur un album culte, l'honneur est sauf. Et si un come-back sous pression de billets verts (ou même motivé pour des raisons nobles mais avec une inspiration essoufflée) pointe le bout de son nez, c'est forcément pour salir la mémoire des chefs d’œuvres passés, qui auraient dû rester orphelins et ne faire connaître leurs auteurs que sous leurs meilleurs jours... Sérieusement, si AT THE GATES revenait nous servir du Thrash Mélodique Moderne dans la pure veine de l'édifice qu'ils ont contribué à bâtir version actualisée, vous en penseriez quoi ?...
TERRORIZER c'est un peu ça. Un énorme classique du Grindcore, puis on s’évanouit dans la nature pour revenir 15 piges plus tard avec du nouveau matériel trahissant totalement l'étiquette...

"Darkest Days Ahead" était quand même relativement puant. On rassemble tous les bouts de line-up qu'on arrive à rameuter de l'album de 1989, à savoir Pintado himself (RIP) et Pete Sandoval, pour resservir une sorte de Death/Grind mou totalement indigne de l'explosivité originelle du combo.
Et juste à sa sortie, Pintado décède d'un coma diabétique. Standby. Roh et puis merde, aller, en 2012 on recommence à recruter les vieux de la veille, avec cette fois David Vincent lui-même qui va tenir la basse, sûrement pour tenter de regagner en crédibilité après l'album "I" dont on ne doit pas prononcer le nom. Et pour remplacer Pintado, ben aller, une nana totalement inconnue fera l'affaire ! Pourquoi pas, on est plus à ça près...

Sérieusement, y'a quelqu'un quelque part qui attendait quelque chose de cet album ? Entre le line up relativement craignos avec un Sandoval handicapé, un chanteur pourri, une débutante et un repentit planqué derrière une quatre-cordes, et en plus une pochette qui aurait pu être carrément bandante dans les mains d'un vrai artiste... Au moins la prod' est signée Dan Swanö, c'est déjà ça de pris.
Bon, on constate déjà une chose : oui le son déboîte relativement bien, et en plus on a regagné en énergie. Donc c'est déjà meilleur qu'avant. Après on a pas pour autant beaucoup gagné en intérêt mais au moins ça latte comme du bon Death Metal qui se veut moderne en jouant du vieux.

En fait, "Hordes Of Zombies" aurait limite pu être un album solo de Sandoval. L'unique raison d'être de ce machin c'est de prouver qu'il est à peu près remis de ses blessures et qu'il sait encore marteler ses fûts comme au bon vieux temps. Voulant honorer son statut de légendaire """""inventeur du blast-beat""""" (notez les guillemets sur les guillemets sur les guillemets), il nous en met plein la gueule, ne s'arrêtant que rarement de marteler son kit, dans tous les types de blasts possibles. Aller bientôt il est engagé chez LAST DAYS OF HUMANITY le bougre. En attendant il conserve une certaine vélocité et aisance qui fait plaisir à entendre (même si on a l'impression qu'il va claquer quand on mate le clip du titre éponyme).

Et le reste ? Ben le reste c'est pas la joie. Oui la batterie fonce dans le tas. Mais bon sang, ça manque de riffs, ça manque de pêche... L'intro inutile couplée au premier titre éponyme pourri de chez pourri fait peur, heureusement que ça s'améliore un peu sur la suite, mais quand même ! On trouve du bon dans "Ignorance And Apathy", "Evolving Era", "Prospect Of Oblivion" et les derniers titres, mais c'est globalement une bonne purge. Linéarité juste effarante... Les riffs se recyclent encore et encore, Sandoval ne sait rien faire d'autre que blast, semi-blast et gros blasts, et le growleur... Pfff... Nan sérieusement, ils avaient quoi derrière la tête en recrutant Rezhawk ? Une voix d'ours cancéreux qui débite 5 mots à intervalles réguliers. Voilà. Belle purge vocale. Des lignes aussi dynamiques qu'un Ramoloss en fauteuil roulant, linéaires et balisées comme une autoroute déserte.

Bon, c'est déjà mieux que "Darkest Days Ahead", certes, mais malgré l'efficacité et la vélocité retrouvée, cette moitié de MORBID ANGEL donne au final dans une sorte de Death Metal un peu Old School shooté aux blasts frénétiques en cache-misère. On ne pourra rien dire de la prestation de David Vincent vu qu'on ne l'entend à aucun moment de l'album, la petite Katina se débrouille pas mal et arrive à arracher quelques riffs bien troussés qui se perdent dans cet océan de monotonie. Adieu définitif au Grindcore mordant des débuts, on se demande même pourquoi TERRORIZER n'a pas changé de nom. En reste un album passable, absolument pas mauvais au final, avec même un bon potentiel de défonce, mais totalement vide de tout intérêt et ne faisant aucunement le poids contre la rude concurrence en raison d'un orateur particulièrement mauvais et d'un certain vide inspirationnel...

Bouh! : Tout ce qu'on pouvait attendre du retour du retour de TERRORIZER, à savoir du balisé unidirectionnel qui a le mérite de défourailler un minimum...

1,5/5.

A lire aussi en DEATH METAL par DARK MORUE :


AZARATH
Blasphemer's Maledictions (2011)
Géant maléfique sortant enfin de l'ombre




The CHASM
Conjuration Of The Spectral Empire (2002)
The CHASM, c'est tout


Marquez et partagez




 
   DARK MORUE

 
  N/A



- Anthony 'wolf' Rezhawk (chant)
- Katina Culture (guitare)
- David Vincent (basse)
- Pete Sandoval (batterie)


1. Intro
2. Hordes Of Zombies
3. Ignorance And Apathy
4. Subterfuge
5. Evolving Era
6. Radiation Syndrome
7. Flesh To Dust
8. Generation Chaos
9. Broken Mirrors
10. Prospect Of Oblivion
11. Malevolent Ghosts
12. Forward To Annihilation
13. State Of Mind
14. A Dying Breed
15. Wretched (bonus)



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod