Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  STUDIO

Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Nausea, Macabre
- Membre : Morbid Angel, Malevolent Creation
- Style + Membre : Monstrosity

TERRORIZER - Caustic Attack (2018)
Par T-RAY le 2 Mai 2019          Consultée 1323 fois

Les dépouilles de groupes de Death et de Grindcore reconnus feraient mieux d'être maintenues dans leur caveau funéraire, parfois… Leur propension à être aussi zombie que les personnages des pochettes de leurs disques frôle souvent le pathétique. TERRORIZER est clairement dans ce cas-là. Qu'est-ce que sa reformation et les péripéties de son line-up constamment remanié autour du seul Pete Sandoval ont réellement apporté à cette formation culte, hormis diminuer l'inexpugnable héritage qui était le sien par la grâce de l'unique "World Downfall", sorti en 1989 et véritable mètre-étalon du Grind/Death pour les décennies suivantes ? Rien. À part la garantie pour le groupe d'attirer une foule entière de Metalleux à ses concerts sur son seul nom. Et de ferrer ceux qui s'attachent surtout à l'identité de l'artiste avant d'acheter ses œuvres.

Mais "Caustic Attack" vaut-il vraiment l'achat ? À moins d'être fan absolu de Pete Sandoval ou de collectionner le moindre disque de TERRORIZER depuis trente ans, la réponse est non. Vaut-il l'écoute, en revanche ? Ça se discute… Mais pas longtemps. Non, il n'est pas sans quelques qualités, sachons le reconnaître, même si celles-ci auraient pu passer à l'as avec un son médiocre. Or, la production de Jason Suecof, connu pour son travail auprès de The BLACK DAHLIA MURDER, de DEATH ANGEL, de TRIVIUM, de CARNIFEX (et d'autres gros de la scène Deathcore), des derniers DEICIDE ou de MONSTROSITY, offre à ce quatrième album studio des Floridiens une clarté et une puissance bienvenues, d'autant plus nécessaire que les morceaux eux-mêmes ne brillent pas par leur originalité. Les amateurs de MONSTROSITY, d'ailleurs, devraient s'y retrouver un peu plus que les fans de Death/Grind sur "Caustic Attack".

Parce qu'avec Lee Harrison à bord, le tank TERRORIZER, malgré sa mécanique rustique, trouve encore moyen de faire mal de temps en temps. Le pilier de MONSTROSITY ayant rejoint Sandoval plusieurs mois après la sortie de "Hordes Of Zombies", l'homme imprime un feeling résolument Death Old School à ce nouvel opus et son art de la découpe, tremolo picking en avant, fonctionne notablement sur plusieurs titres. Citons en exemple "Crisis", aisément l'un des meilleurs morceaux de l'opus. Sur celui-ci, le côté très Thrash du riffing d'Harrison, permet au morceau de saisir immédiatement l'oreille de l'auditeur après l'enchaînement de cinq premiers titres sans relief. Ici, la guitare mène la danse, varie les plaisirs au fil des minutes et le jeu du gaillard s'avère adéquat. Idem sur le terminal "Wasteland", façon correcte de boucler l'album. C'est lorsque la bourrinade est seule au programme que TERRORIZER pêche.

Car tout se ressemble un peu beaucoup sur "Caustic Attack", tout de même. Sur les trois quarts d'heure que durent le disque, on a carrément l'impression d'entendre le même morceau sur presque la moitié de l'ouvrage. D'autant que le tempo est résolument bloqué sur presto et que Pete Sandoval blaste à ne plus savoir où frapper… Le légendaire batteur a pourtant plus d'un tour dans son kit, mais il n'en fait pas trop la démonstration sur ce disque. Ses fills sont sans surprise ni intérêt (rare contre-exemple : "Terror Cycles"), ses breaks non plus, et ce n'est clairement pas sur "Caustic Attack" que le batteur impressionnera son monde. À part peut-être ceux qui découvrent le savoir-faire du monsieur, et encore. Il suffit d'écouter le banal et heureusement bref "Turbulence" pour, d'entrée de jeu, saisir le déroulé de base des morceaux de ce disque. Assaut véloce, ralentissement relatif, nouvelle accélération : un schéma répété à l'envi. L'indifférence s'installe vite.

Cependant, il n'est pas le seul responsable de la monotonie ambiante : le bassiste et vocaliste Sam Molina, lui aussi passé naguère par MONSTROSITY en tant que gratteux, est assez ennuyeux au micro… Mêmes sempiternelles intonations, intensité standard dans son interprétation, timbre beaucoup trop passe-partout… Regrettable car le garçon a du coffre, mais question capacité d'accroche, on a vu mieux, beaucoup mieux. L'essentiel de l'accroche sur "Caustic Attack", de toute façon, est entre les paluches de Lee Harrison. C'est sur lui qu'il faut compter pour distiller les hooks et nous faire tendre l'oreille les rares fois où la musique de TERRORIZER varie. Comme sur le Martial "Infiltration", par exemple. Comme sur le final de "The Downtrodden", aussi. Ou comme au cœur de "Trench Of Corruption", plus ambiancé, offrant plus de place à la basse et finalement plus thrashy que les autres, lui aussi. Trois titres qui, heureusement, forment le cœur de l'album.

Bourriner à tout crin, comme le fait essentiellement TERRORIZER sur "Caustic Attack" - une approche qui avait plus de sens lorsque le groupe jouait du Grindcore - se révèle ainsi particulièrement inadéquat lorsque l'on constate que les morceaux les mieux réussis de l'album, en tout cas les plus prenants, sont ceux où le trio parvient à varier davantage les tempi ou, à tout le moins, à diversifier les rythmiques. Ainsi que le prouve un "Failed Assassin" pourtant exécuté à vive allure mais qui comporte davantage de variations dans le jeu de Pete Sandoval et de Lee Harrison que sur l'essentiel des autres titres. Les seuls morceaux qui prennent vraiment à contre-pied ce constat sont le morceau-titre et "Poison Gas Tsunami", rares vestiges d'approche Grind dans le Metal de TERRORIZER. Le reste ? Du Death Old School tendance brutal et souvent bas du front, qui nous fait simplement nous demander “à quoi bon ?”

A lire aussi en DEATH METAL par T-RAY :


SAVAGE ANNIHILATION
Quand S'abaisse La Croix Du Blasphème (2017)
Un bon gros kiff de Death made in Montargis !




NECROT
Mortal (2020)
Faire la peau aux sceptiques


Marquez et partagez




 
   T-RAY

 
  N/A



- Pete Sandoval (batterie)
- Lee Harrison (guitares)
- Sam Molina (basse, vocaux)


1. Turbulence
2. Invasion
3. Conflict And Despair
4. Devastate
5. Crisis
6. Infiltration
7. The Downtrodden
8. Trench Of Corruption
9. Sharp Knives
10. Failed Assassin
11. Caustic Attack
12. Poison Gas Tsunami
13. Terror Cycles
14. Wasteland



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod