Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH MODERNE  |  STUDIO

Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2013 Watchers

BILLY BOY IN POISON - Watchers (2013)
Par DARK MORUE le 26 Décembre 2013          Consultée 1791 fois

Ouais vous aussi vous avez pensé la même chose.
"Oulah, c'est quoi ça, le nouveau BULLET FOR MY VALENTINE" ?
Nom de groupe dégueulasse, logo abominable, et pochette pas moche mais derrière laquelle les pires horreurs sonores peuvent très bien se planquer.
Je pige franchement pas pourquoi tous ces choix d'ailleurs. Parce que si BILLY BOY IN POISON (non mais ce nom quoi, sérieusement) est outrageusement Moderne, voir même totalement -core, ça ne les empêche pas de tout défourailler, et c'est un habituel hater rageux du Deathcore qui vous le dit. Ben oui, les moshparts et les gamins qui font du karaté dans les moshpits, c'est juste pas soutenable pour toute personne disposant d'une audition non défaillante.
En attendant, tout jugement hâtif doit être révisé fissa, parce que bon sang, pour un premier effort studio d'un groupe sortant du néant, sans aucun membre renommé, ben ça envoie la purée bien comme il faut !

Situer le genre exact pratiqué n'est pas forcément évident. Disons qu'on y trouve du Death, genre beaucoup de Death très moderne, dopé à une énergie Thrash, beaucoup d'influences Metalcore et également Melodeath.
Pour donner une image plus évidente, si HEAVEN SHALL BURN incorporait des éléments Brutal Death dans sa musique, ça donnerait un peu ça. Et ça va même très loin, le début de "Corrupted Into Slaves" allant jusqu'à adopter une esthétique Slam Death avec riff lourdingue et gras bourré d'harmoniques sifflées avant que le Thrash/Death ne reprenne vite ses droits. Et ce cocktail détonnant fonctionne du feu de Dieu, tant on est happé par l'album dont l'écoute se révèle juste passionnante d'un bout à l'autre, ce qui est rare pour un style aussi extrême et brut de décoffrage. Parce que c'est d'une énergie folle, et que c'est varié à mort.

Le secret ? Autre qu'une production nucléaire comme on en fait trop mais ici bien réussie, c'est avant tout renouveler les compositions, les couleurs de la musique. Si globalement ça castagne la tronche avec batteur qui pilonne comme un dératé, très régulièrement on passe dans des genres autres. Après l'expéditif "Through My Haze" qui introduit l'album de manière sèche et brutale, c'est "Decadent God" qui va nous faire faire un tour du propriétaire et nous montrer tout ce sur quoi on va tomber. Démarrage lourd, explosions de violence, passage acoustique puis étrange partie carrément atmosphérique à l'ambiance épique qu'on avait vraiment pas vue venir, avant de se finir sur des riffs probablement repiqués à MESHUGGAH. Ah oui d'accord très bien faisons comme ça. On y rajoute un chanteur particulièrement versatile, oscillant dans une large palette entre les deux extrêmes que sont un chant hurlé bien coloré façon Thrashcore et un growl caverneux et abyssal avec parfois des poussées ultra-gutturales pas sans rappeler WHITECHAPEL ou ABORTED, sachant bosser ses lignes et accrochant énormément, et le tableau est presque complet.

Donc on garde cette base de gros Death qui tâche avec une bonne dose d'actualité sans que c'en soit gênant (même les riffs saccadés façon Deathcore passent super bien), et dessus on greffe tout ce qu'il faut pour briser le rythme et aider à différencier les compos. Bon sang mais "The Last Shreds Of Humanity" quoi. Cette intro classieuse symphonique qui explose violemment, ces passages épiques qu'on écoute la main sur le cœur suivie de moshparts pour une fois dévastatrices, même moi qui ne supporte absolument pas ça suis obligé de succomber tellement que c'est bien amené et arrangé. Et vas-y que ça te sort régulièrement des parties ambiantes (raaaah ce jam impromptu sur "Capture It All") tout en continuant de te broyer les orteils à coups de grosse voix et de rythmiques effrénées, ultra solides alternant entre Thrashy et massives coup de poing dans ta gueule KO au revoir.
Les uppercuts dans la gueule comme "Through The Haze" ou la très Melodeath "Scent Of Blood" contrebalancent les morceaux plus finement composés, mais au final tout le monde y trouve son compte. C'est brut de décoffrage mais pas stupide, et ça brasse assez large pour plaire aux metalleux avides d'Extrême de tous poils, sauf aux haters absolus de la modernité.

Alors donc on retient quoi de ce bidule ?
BILLY BOY IN POISON a un nom aussi dégueulasse que décalé par rapport à ce qu'il joue. On s'attendait à du Teenager wannabee, du JOB FOR A COWBOY de la mauvaise période, finalement on se mange un truc mature, spontané, ravageur qui mérite totalement de buzzer. Genre un puissant cocktail de tout ce qu'on veut quand on écoute du Metal Moderne : extrême, radical, varié, surpuissant, bien équilibré entre une agressivité constante et des apports mélodiques qui changent tout, avec une alternance entre écrasements lourds, rythmiques Thrash et gros Death qui saigne. Avec en plus un chant de la mort et des hurlements même pas désagréables.
Certes, rien de bien original là dedans, mais au fond, on s'en fout. Personne refusera d'écouter un aussi bon album, uh ?

Venomous Condom : Du Death Moderne frontal dans lequel on trouve absolument tout. Ne passez pas à côté, ce serait vraiment dommage.

A lire aussi en DEATH METAL par DARK MORUE :


TOMBTHROAT
Eden Apocalypse (2012)
Toute la scène death actuelle en un album. Claque.




AZRATH XI
Ov Tentacles And Spirals (2013)
Han, encore un cthulhu !


Marquez et partagez




 
   DARK MORUE

 
  N/A



- Steven (chant)
- Mikkel (guitare, backings)
- Alexander (guitare)
- Troels (basse, backings)
- Niclas (batterie)


1. Through The Haze
2. Decadent God
3. A Shadow Of My Past
4. The Last Shreds Of Humanity
5. Mask Of Insecurity
6. A Scent Of Blood
7. Capture It All
8. Corrupted Into Slaves
9. Hibernation



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod