Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  STUDIO

Commentaires (5)
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Destruction, Exodus
 

 Site Officiel (59)
 Chaine Youtube (74)

EXUMER - Rising From The Sea (1987)
Par CANARD WC le 30 Septembre 2011          Consultée 2573 fois

Dans “Le miroir à deux faces”, Bourvil incarne un instituteur jaloux qui voit d’un sale œil que sa femme se fasse ravaler le portrait par un chirurgien esthétique. Outre la jalousie – sujet de fond sous-jacent – il y a dans ce film l’idée intéressante d’un homme qui ne reconnaît plus sa femme. Peu importe qu’on l’ait rendue plus « belle », elle n’est plus l’être aimé en partie parce qu'un autre homme l’a touchée. L’acte chirurgical la rend aussi étrangère que l’oisillon tombé du nid que sa mère ne reconnaît plus du fait des effluves de l’enfant qui vient de le tripoter. Ce n’est pas parce qu’on a conformé quelqu’un ou quelque chose à des normes de beauté que cette transformation le rend effectivement plus BEAU aux yeux de tous.

J’ai le même problème que Bourvil avec ce "Rising From The Sea" d’EXUMER (*) : cet album est « meilleur » que son prédécesseur, mais je préfère le moins bon et je m’en vais vous expliquer pourquoi.

"Possessed By Fire" avait cette férocité propre au Thrash, quand il rugit sans complexe. EXUMER pompait "Bonded By Blood" avec une application qui l’honorait autant qu’elle condamnait le groupe à la D2 bien obscure. Mais il y avait cette violence qui dévastait tout sur son passage. Même si cette furia était imparfaite par définition, EXUMER était « possédé du feu sacré » et de ce fait j’avais joui violemment.

"Rising From The Sea" déboule un an plus tard et le menu a changé. Le « son » est plus cristallin (comprendre : moins dégueulasse), les compos sont originales (comprendre : ça pompe de façon moins flagrante) et dans l’ensemble tout est plus mieux (comprendre : ce bordel est à peu près foutu correctement). La question du 3/5 ou du 4/5 se pose et j’ai décidé en mon âme et conscience de faire mon suisse en accordant à cet opus un 3,5/5 parce que je m’en fous un peu de toutes ces histoires de notation.

« Si c’est plus mieux que "Possessed By Fire" pourquoi que t’aimes moins ? » allez-vous me demander.

Deux raisons principales :

1) EXUMER continue de pomper mais de façon plus discrète et en lorgnant du côté de SLAYER ce coup-ci (avec des faux airs de NUCLEAR ASSAULT si je voulais pinailler un peu). Le riff de "Shadows Of The Past" est par exemple le même que celui de "At Dawn They Sleep" (oui je connais tout mon SLAYER par cœur). C’est tellement plus « facile » de se conformer à un tel modèle, tellement plus aisé de lorgner vers cette élite que je préférais quand EXUMER copulait sans vergogne avec EXODUS avec l’entrain d’un chaud lapin, plutôt que de lutiner du SLAYER, ce que je trouve un peu triste quelque part.

2) Si les compos ont le mérite de paraître plus « originales » (dans le sens où elles sont du cru d’EXUMER), le rendu global, lui, ne l’est pas. "Rising" ressemble à beaucoup d’autres, pourrait même porter un macaron « Typic Thrash Old School » que ça choquerait personne. Cette conformité s’accompagne d’une certaine linéarité au point de rendre parfois l’écoute plus éprouvante que jouissive. D'où cette impression d’écouter un peu le même titre en 9 exemplaires et de subir un rien les 36 minutes qui semblent en peser le double.

Deux raisons qui font que "Possessed" me semble bien meilleur quand bien même il est moins bon. Assertion qui peut sembler paradoxal, sauf si vous avez bien décodé ma périlleuse introduction.

Et puisque vous l’avez lu, je suggérais lubriquement qu’on planche sur un remake du “miroir à deux faces” en y ajoutant des blondes avec des seins énormes et des types qui disserteraient entre deux saillies sur les avantages et inconvénients du silicone. Ça pourrait faire un chouette film de deuxième partie de soirée.


Note : 3,5/5 (sans me mouiller les plumes).


Morceau préféré : "Ascension Day" (à 1’30 le break tue tout)


(*)Ça, c’est une phrase canardienne ou je m’y connais pas.

A lire aussi en THRASH METAL par CANARD WC :


MEKONG DELTA
Dances Of Death (1990)
Ovni thrash fascinant et audacieux : culte !




OVERKILL
The Years Of Decay (1989)
Overkill remonte la pente délicieusement...


Marquez et partagez




 
   CANARD WC

 
   T-RAY

 
   (2 chroniques)



- Paul Arakari (basse & chant)
- Bernie Siedler (guitare)
- Syke Bornetto (batterie)
- Ray Mensh (guitare)


1. Winds Of Death
2. Rising From The Sea
3. Decimation
4. The First Supper
5. Unearthed
6. Shadows Of The Past
7. Are You Deaf?
8. I Dare You
9. Ascension Day



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod