Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Destruction, Exodus
 

 Site Officiel (27)
 Chaine Youtube (29)

EXUMER - Hostile Defiance (2019)
Par T-RAY le 11 Novembre 2019          Consultée 691 fois

Dire qu'il aura fallu trente-cinq ans de carrière entrecoupés d'une longue séparation à EXUMER pour qu'il devienne enfin constant d'un album à l'autre. Pour une fois depuis la naissance du groupe, Mem Von Stein et Ray Mensh, seuls musiciens encore à bord parmi les membres ayant enregistré le premier opus studio, "Possessed By Fire", peuvent se féliciter, en 2019, d'avoir accouché de deux bons LPs d'affilée. Parce que "Hostile Defiance" ne faiblit pas d'un pouce par rapport à "The Raging Tides". Le premier est quasiment la suite logique du deuxième, en termes d'inspiration et de composition. Ce qui garantit au brassin 2019 d'EXUMER un goût intense, une amertume certaine et un degré d'agressivité assez élevé.

C'est tout naturel que ces deux disques soient relativement proches l'un de l'autre car, pour la première fois de l'existence d'EXUMER, le groupe affiche exactement le même line-up : aucun des membres n'a filé en trois ans et c'est une bonne chose. Et ce qui est remarquable, c'est que, tout en restant très fidèle à la ligne Bay Area du Thrash, EXODUS restant la principale influence du quintette, EXUMER nous offre un peu plus d'influences allemandes sur "Hostile Defiance". Un peu comme s'il avait infusé du KREATOR dans son EXODUS. Cela s'entend d'abord dans les vocaux de Mem, qui rappellent parfois ceux de Mille Petrozza. Oui, oui, la formation francfortoise semble enfin assumer le son du Thrash de son pays. Du moins, en partie. C'est plus particulièrement sensible sur certains passages de certains morceaux plutôt que sur des morceaux tout entiers.

Des exemples ? Allez, le refrain mid-tempo martelé de "Raptor", notamment, qui n'aurait pas dépareillé dans la bouche du leader de KREATOR, même si le riffing des couplets et les gang vocals très amerloques qui le précèdent n'ont absolument rien à voir avec le style du groupe d'Essen. "Dust Eater", l'une des plus franches réussites de cet album, fort de son tempo moyen, de son solo accrocheur, et de ses vocaux habités, est peut-être encore plus proche de ce que peut proposer KREATOR, sans faire oublier pour autant que l'on écoute EXUMER et que c'est bien Mem Von Stein au micro. Idem pour "King's End". En somme, dès qu'EXUMER ralentit le tempo, il sonne plus allemand que jamais. Mais cessons toutefois de vouloir trop rattacher cet album d'EXUMER à sa mère patrie et à son plus illustre compatriote de Thrash.

Parce que c'est encore le côté American Thrash Metal qui ressort le plus de la musique d'EXUMER. En bien, souvent, comme peut le prouver l'accrocheur morceau d'ouverture et son riffing typique, "Hostile Defiance", au tempo plutôt enlevé et sorte de manifeste de ce qu'EXUMER fut, est et sera encore à l'avenir : un groupe capable de fournir un Thrash "hostile" et "méchant". En effet, l'agression reste le maître-mot du vocabulaire Metal de la formation et ce n'est pas encore en 2019 que le quintette se la jouera progressive, ni même simplement Heavy. Un morceau comme "Trapper", bien qu'oubliable par rapport à bon nombre d'autres morceaux du combo, le démontre tout de go et nous permet de profiter de trois bonnes minutes et demi d'un Thrash qui cogne. Ce genre de titres, qui ne se retiennent pas longtemps mais font leur petit effet, se retrouvent fréquemment sur "Hostile Defiance". "Carnage Rider" ou "Descent" sont de ceux-là : rien d'irrésistible mais très efficaces sur le moment.

Mais le problème de la constance affichée par EXUMER sur ses deux derniers albums studio est justement cette constance elle-même. Compte tenu des promesses affichées par "The Raging Tides", qui ne parvenait pourtant pas à nous accrocher jusqu'au bout, l'on aurait préféré que son successeur direct capitalise sur la grande solidité de sa première partie et puisse offrir un album d'un seul tenant qui ne s'essouffle pas sur la fin, pour une fois. Or, ça n'est pas le cas car, plus encore que "The Raging Tides", "Hostile Defiance" souffre d'un derniers tiers poussif. Le très bon et, encore une fois, agressif "Vertical Violence" vient nous réveiller après un "The Order Of Shadows" sans relief et avant un "Splinter" qui passe tellement inaperçu que l'on pourrait croire que "Vertical Violence" est l'ultime morceau du disque. Si c'était le cas, ce cinquième album d'EXUMER finirait sur une meilleure note.

Ainsi faut-il se faire à l'idée que, malgré un grand savoir-faire en matière d'approche, même après trente-cinq balais à naviguer dans les eaux sombres du Thrash, en surface ou en sous-marin, EXUMER n'a toujours pas su trouver la bonne façon de conclure. Ce qui n'empêchera pas l'amateur de Thrash véritable de passer un bien bon moment à l'écoute de cet "Hostile Defiance", œuvre d'artisans qui connaissent leur matériau de base et leurs outils sur le bout des doigts.

A lire aussi en THRASH METAL par T-RAY :


POSSESSED
The Eyes Of Horror (1987)
Si ç'avait été la fin, elle aurait été belle !




LAMB OF GOD
Vii: Sturm Und Drang (2015)
Cathartique et introspectif


Marquez et partagez




 
   T-RAY

 
  N/A



- Mem Von Stein (vocaux)
- Ray Mensh (guitares)
- Marc Bräutigam (guitares)
- T. Schiavo (basse)
- Matthias Kassner (batterie)


1. Hostile Defiance
2. Raptor
3. Carnage Rider
4. Dust Eater
5. King's End
6. Descent
7. Trapper
8. The Order Of Shadows
9. Vertical Violence
10. Splinter



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod