Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH METAL  |  STUDIO

Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Destruction, Exodus
 

 Site Officiel (25)
 Chaine Youtube (27)

EXUMER - The Raging Tides (2016)
Par T-RAY le 19 Octobre 2019          Consultée 423 fois

Le problème avec l'EXUMER d'avant 2016, c'est qu'en près de trente ans de carrière et seulement trois albums studio, il n'était jamais parvenu à retrouver le niveau qui avait fait de "Possessed By Fire" un bon disque de Thrash Metal. Et pourtant, il y en avait des choses à dire sur celui-ci, et pas que des belles ! Parce qu'au royaume des pickpockets, EXUMER était roi, en 1986, tant il aimait aller marauder sans vergogne sur le territoire des pontes du Thrash américain pour se constituer un butin de riffs, de sonorités et d'attitudes qui n'avaient rien à voir du tout avec ses origines allemandes. EXODUS, SLAYER, METALLICA, OVERKILL voire ANTHRAX : tous pouvaient se retrouver, à un moment ou à un autre, pastichés de façon plus ou moins sincère par le combo francfortois.

Mais tout devait changer en 2016, année de la sortie de son quatrième L.P., "The Raging Tides" ! Tout, vraiment ? Non, loin de là, en fait, car ce n'est pas encore sur cet opus-là qu'EXUMER allait enfin exprimer sa personnalité propre et profonde. En revanche, c'est bien sur ce longue durée que la formation d'outre-Rhin devait enfin se doter de moyens à la hauteur de son agressivité. Car, que l'on ne s'y trompe pas : aussi peu original soit-il, EXUMER reste cependant un modèle d'agression sonore dans son genre. Un groupe qui n'a jamais pu faire autrement qu'associer le Thrash Metal avec une forme de vindicte et de hargne. La personnalité et la voix de Mem Von Stein à elles seules suffisent à le prouver, mais ce serait ignorer le riffing de tous ceux ayant tenus la gratte au sein du combo, Ray Mensh en premier lieu.

Oui, c'est sur "The Raging Tides" que le quartette devenu quintette à l'occasion de sa reformation en 2008 a enfin pu obtenir la production puissante et précise que son Thrash méritait. Et ceci grâce à l'éminent et talentueux Waldemar Sorychta. Aux manettes de ce quatrième album, le Polonais a offert aux cinq Allemands - enfin, non, quatre, T. Schiavo étant américain - le son massif et tranchant qu'ils pouvaient espérer depuis leurs débuts. Et on se le prend en pleine face bien vite, ce son ! Comme à son habitude, EXUMER envoie le pâté d'entrée de jeu et même si celui-ci garde quelques saveurs d'EXODUS prononcées, le premier morceau de cette galette, éponyme, ne nous trompe pas sur la marchandise. On a, ici, droit à de l'EXUMER en pleine bourre et, derrière son riff plutôt simple, "The Raging Tides" décape !

Le morceau-titre est, en réalité, un petit résumé de ce qui nous attend sur l'album : des assauts de Thrash Metal intensifs sur lesquels Mem Von Stein s'en donne à cœur joie, vocalement parlant. L'homme n'a jamais été aussi virulent qu'ici et, pour être honnête, la paire de gratteux qui l'accompagne n'avait pas été aussi solide depuis "Possessed By Fire", dans la rythmique comme dans les riffs et les soli. Sans avoir le petit supplément d'audace dont ils faisaient preuve sur le premier album de la bande, leurs parties lead se font remarquer par leur mélange réussi d'agressivité et de mélodie. On n'est plus dans l'avalanche de notes imbitables qui plombait "Rising From The Sea", ici : les deux gratteux savent pertinemment ce qu'ils font de leur manche. Mais plus encore qu'au solo, c'est bien sur le plan des riffs qu'ils brillent le plus.

Du morceau d'ouverture à "Shadow Walker", les grattes sont chauffées à blanc. Et il n'est même pas besoin d'appuyer constamment sur l'accélérateur pour qu'EXUMER nous décoiffe. La preuve, "Catatonic", le meilleur titre de l'album n'est autre qu'une sorte de mid-tempo qui ne s'emballe - et encore, le mot est fort - qu'au moment du refrain. Mais quel refrain ! En effet, Mem Von Stein y est survolté et impressionne par l'intensité de son interprétation. "Catatonic" se classe ainsi parmi ce que le Thrash Metal allemand a pu offrir de mieux au cours de la décennie 2010. D'ailleurs, EXUMER s'y montre plus teuton que jamais, dans l'exécution, et ce titre-là représente peut-être la meilleure synthèse que le groupe pouvait offrir des deux grandes AOP du Thrash : l'allemande et l'américaine.

Derrière ce tube de pur Thrash avec un grand T, EXUMER continue d'assurer avec de jolies réussites, comme "Welcome To Hellfire" et "Sinister Souls"... Mais aussi de balancer d'autres titres dont l'on retient plutôt les vocaux de Mem Von Stein que les parties de gratte des deux six-cordistes, comme "Brand Of Evil" et "There Will Always Be Blood". En effet, il y a tout de même un mal dont le quintette allemand n'a pas su guérir à l'occasion de ce quatrième L.P. : c'est sa tendance à perdre en efficacité au fur et à mesure que le disque s'approche de sa fin. Alors que le début de l'album est remarquable et tourne presque à l'enthousiasmant lorsque s'achève "Catatonic", lorsque résonnent enfin des morceaux comme "Dark Reflexions" et "Death Factory", on a le sentiment qu'EXUMER est rentré dans le rang et n'a plus rien à démontrer. Un peu comme s'il finissait en roue libre, quoi.

Le dernier quart de l'album nous laisse donc un peu sur notre faim car le groupe francfortois, malgré l'indéniable puissance du son dans lequel baigne sa musique et la rage constante qui anime son vocaliste, paraît se reposer une fois de plus sur ses lauriers. D'un très bon album une fois atteintes les vingt minutes de temps de jeu, "The Raging Tides" perd progressivement de sa superbe en approchant de la demi-heure. Et en la dépassant, on a finalement qu'une seule envie : se repasser "Catatonic" en boucle en lui faisant éventuellement quelques infidélités avec le morceau-titre ou "Welcome To Hellfire". Et non de se rejouer le disque en entier. Ce dernier, en définitive, offre de bien beaux moments de Thrash Metal, mais ceux-ci font un peu trop d'ombre au reste des compositions. Rageant.

A lire aussi en THRASH METAL par T-RAY :


OVERKILL
Live In Overhausen (2018)
Parce que "Live In Overkampf" ça l'aurait pas fait




CRISIX
The Menace (2011)
¡Los deglingos del Thrash!


Marquez et partagez




 
   T-RAY

 
  N/A



- Mem Von Stein (vocaux)
- Ray Mensh (guitares)
- Marc Bräutigam (guitares)
- T. Schiavo (basse)
- Matthias Kassner (batterie)


1. The Raging Tides
2. Brand Of Evil
3. Catatonic
4. Sacred Defense
5. Welcome To Hellfire
6. Sinister Souls
7. Shadow Walker
8. There Will Always Be Blood
9. Dark Reflections
10. Death Factory



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod