Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD FM / A.O.R   |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Bon Jovi, Hotcakes, Steel Panther, Reckless Love, CrashdÏet, Tigertailz, Shameless, Kiss, MÖtley CrÜe, Enuff Z' Nuff, Faster Pussycat
- Membre : Forty Deuce, Blues Saraceno , Richie Kotzen , Over The Edge, The Winery Dogs
- Style + Membre : Bret Michaels

POISON - Hollyweird (2002)
Par THE MARGINAL le 1er Avril 2009          Consultée 4954 fois

Depuis que le line-up original de POISON a repris le chemin des routes américaines en 1999 avec un franc succès, on attendait de l'une des figures emblématiques du hard/glam US des 80's qu'il sorte un nouvel album, avec des compositions originales. "Power to the people", sorti en 2000, était un live (inintéressant, pour l'anecdote) agrémenté de 5 nouveaux titres, mais n'apportait rien de concret dans la carrière de POISON.

C'est donc en 2002 que Bret Michaels et ses compères sortent "Hollyweird", leur 6ème véritable album studio. Celui-ci, tout comme "Power to the people", sort chez Cyanide, le propre label indépendant du groupe, lequel s'apprétait justement à embarquer pour une tournée estivale US (et le reste du monde, il pue ?) en compagnie de CINDERELLA, WINGER et FASTER PUSSYCAT. Autant dire que cette sortie tombait à pic.

Comme il s'agissait du premier album du line-up de la grande époque depuis "Flesh & blood" (qui date tout de même de 1990), on se demandait si POISON était encore capable de pondre des titres inspirés, de surprendre. On pouvait aussi se demander si la direction musicale serait la même ou plus aventureuse. La pochette de l'album, plutôt aguicheuse, laisse supposer qu'on navigue en territoire connu: le Hard US à tendance glam, mélodique. A l'écoute de cet opus, on a la confirmation que la pochette n'induit pas en erreur. D'ailleurs, l'album commence plutôt bien avec "Hollyweird", un mid-tempo excellent, très accrocheur, entêtant, très arena-rock dans l'esprit, qui est taillé pour cartonner en live. On enchaine avec une cover des WHO, "Squeeze box", de facture correcte (bien que moins bonne que l'original) et "Shooting star", un mid-tempo mélodique au refrain aérien qui s'avère être un "Fallen angel, Part 2" de bon ton. Malgré une production trop artisanale, trop datée (c'est peu de le dire !), la pilule passe correctement.

Hélas, tout cela n'est qu'une illusion, car la suite de l'album montre un groupe peu ou pas du tout inspiré, s'affichant par moments comme une vulgaire et grotesque parodie de lui-même ou pas vraiment motivé par la perspective de sortir un album solide, inspiré, qui claque. POISON revisite son passé, mais n'a plus la flamme d'antan. POISON fait du Hard US à tendance glam, mais n'a pas la flamboyance, ni l'inspiration qui auraient pu permettre à "Hollyweird" de s'élever sur le plan qualitatif. Bref, POISON vit sur ses acquis et sert du réchauffé. La plupart des titres sont ennuyeux, le groupe allant même jusqu'à se répéter dans les paroles. Une seule chose, toutefois, à signaler: le guitariste CC Deville chante sur 3 titres. Ceci dit, il avait fait ses débuts au micro sur 1 des 5 inédits sur "Power to the people". Donc, rien de vraiment nouveau à l'horizon. Franchement, des titres comme "Wishful thinkin' ", très ciblé radios US contemporaines et qui aurait fait un malheur dans des feuilletons US pour ados attardés, et "Wasteland" sont tellement indigestes qu'on se demande ce qu'ils fabriquent sur l'album. Et ne parlons pas de "Rockstar": là, on atteint le summum du cliché tout ce qu'il y a de plus ridicule et réchauffé.

Tout n'est pas à jeter à la poubelle, heureusement. POISON, bien que vivant sur ses acquis, a encore quelques (rares) fulgurances et parvient à sortir de son escarcelle quelques titres potables (mais pas exceptionnels, hein, n'exagérons rien !) tels que le groovy "Get ya some", qui fait taper du pied, le rigolo "Stupid, stoned & dumb" sur lequel le groupe américain se moque de lui-même (et prouve par cette occasion qu'il a le sens de l'auto-dérision) ou encore "Emperor's new clothes", morceau power-pop vitaminé sur lequel CC Deville assure au chant. Ceci dit, on ne manquera pas de signaler que les 2 autres titres chantés par le guitariste de POISON, "Livin' in the now" et "Home (CC's story)", sont franchement nazes et laissent aussi supposer que les problèmes d'égos chez POISON n'ont pas vraiment disparu. D'ailleurs, comment expliquer autrement la présence de 2 versions de "Home" sur cet album, alors qu'une seule suffisait largement ?

Bref, ce 6ème album de POISON est plutôt dispensable. On peut vraiment trouver regrettable que le quartette américain n'ait pas su faire fructifier son retour aux affaires après un hiatus de 5 ans (1994-1999). On peut même dire que POISON a sabordé "Hollyweird", bien que celui-ci ait quelques bons côtés (l'absence de ballade, notamment): la production (signée Thom Panunzio, qui n'est pourtant pas une quiche) est franchement mauvaise, hyper-datée, et on n'a d'ailleurs pas senti chez les membres du groupe une réelle volonté de défendre le disque car le seul single a été la cover des WHO "Squeeze box" et, à l'époque, seuls 2 ou 3 titres avaient été joués en live.

POISON a donc apporté la preuve par a+b qu'on ne peut pas être et avoir été (METALLICA, dans un autre créneau, l'a également démontré). Et même si "Native tongue" n'est pas l'album le plus représentatif du combo de Bret Michaels, il avait au moins le mérite de mettre en valeur des musiciens tentant de se remettre en question, d'essayer de s'ouvrir à de nouvelles perspectives. Et même en ayant redonné une chance à ce "Hollyweird" récemment, je ne peux m'empêcher de penser que: POISON, c'était mieux avant.

A lire aussi en HARD FM / A.O.R par THE MARGINAL :


DALTON
The Race Is On (1987)
Hard FM classieux à la sauce scandinave




ELEMENTS OF FRICTION
Elements Of Friction (2001)
Une agréable surprise inattendue dans le Hard FM


Marquez et partagez




 
   THE MARGINAL

 
   HARDMAN
   MULKONTHEBEACH

 
   (3 chroniques)



- Rikki Rockett (batterie)
- Bobby Dall (basse)
- C.c Deville (guitare)
- Bret Michaels (chant, guitare, harmonica)


1. Hollyweird
2. Squeeze Box
3. Shooting Star
4. Wishful Thinkin'
5. Get Ya Some
6. Emperor's New Clothes
7. Devil Woman
8. Wasteland
9. Livin' In The Now
10. Stupid, Stoned And Dumb
11. Home (bret's Story)
12. Home (c.c.'s Story)
13. Rockstar



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod