Recherche avancée       Liste groupes



      
PUNK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1994 Let's Go
1995 ...and Out Come The W...
1998 Life Won't Wait
2003 Indestructible

RANCID - Indestructible (2003)
Par CANARD WC le 1er Mai 2011          Consultée 2430 fois

La passion divise le monde en deux. Alors il y a ceux qui écoutent un truc tout en faisant autre chose et il y a ceux qui « sont » leur musique, ceux qui sont DEVENUS leur musique. Cette faculté de réappropriation est une des particularités des passionnés, un élément-clé qui leur permet d’aimer « plus fort » que la normale. On y projette des choses qui n’ont sans doute rien à voir avec la musique, mais n’est-ce pas l’apanage justement de tous ceux « qui sont ce qu’ils écoutent » ? L’autre particularité qui recoupe ce que j’évoque est l’influence que peut revêtir une musique sur le comportement même du passionné. Haineux, exalté ou hilare, je ne suis personnellement pas le même Canard plongé en pleine crise slayerienne aiguë, pendant une « Robhalfordite » carabinée ou une NOFX mania. Je suppose que pour vous, c’est la même chose : selon les groupes que vous écoutez, vous « caméléonnez » votre âme de la teinte appropriée. Naturellement, instinctivement.

Cet "Indestructible" de RANCID correspond à une facette de mon Moi profond, celle qui me donne envie de tout envoyer valdinguer, de rebrousser chemin le matin au lieu d’aller gentiment au boulot. RANCID réveille en nous cette rébellion, ce gène plus ou moins enfoui selon les individus. Il est à lui seul un vent de révolte, d’insoumission, un révélateur de ce « quelque chose qui brûle en nous », qui nous donne envie de hurler sans raison, d’arracher notre chemise ou d’envoyer tout un tas de monde se faire enculer.
RANCID sait puissamment distiller cette idée dans votre crâne. Et cet album en particulier véhicule ce fluide mieux qu’aucun autre. Sans doute parce qu’il est lui-même la réaction du groupe au succès, aux échecs, à l’incompréhension des fans, des médias, peu importe.

Après le semi échec de "Life Won’t Wait", le retour incompris du "5" (l'ambum éponyme de 2000) ; "Indestructible" est la réponse d’un groupe dans l’impasse, fragilisé, perdu. Il y a de la défiance, de la fanfaronnade sans doute, mais surtout cette indicible envie de tout faire péter dans la joie et la bonne humeur. Parce que RANCID n’a rien à prouver, que la « mode Punk 90 » a tourné, dans cette indifférence mêlée d’ironie, le groupe va pondre un de ses meilleurs albums. Le plus touchant, le plus « vrai ». Presque désabusé malgré la fraîcheur qui s’en exhale, le produit d’un groupe sorti grandi des déconvenues, qui n’attend rien et de personne.

Les vindictes sont terrassantes, les constats alarmants et les cibles multiples. Comme par magie, les riffs et les mélodies qui semblaient s’être faits un peu la malle précédemment réapparaissent auréolés d’un éclat ravageur. Comment oublier "Fall Back Down" ? Comment rester de marbre face à ce "Memphis" juste parfait ? Avec en filigrane cette envie de « durcir » les débats, RANCID pointe du doigt ce qui l’écœure tout en se « clashisant » au maximum pour un résultat accrocheur au possible. Alors on cherche des hymnes, des refrains qui tuent, tout ce que vous voulez du moment que ça vient se coller à vos neurones pour de bon. Un coup de "Tropical London" ferait secouer la tête au plus sinistre des experts comptables. RANCID est rayonnant, enchaîne à coups de brulots de moins de trois minutes, sans débander. Le groupe franchit la ligne d’arrivée en laissant derrière lui 19 merveilles, à peine 50 minutes de bonheur dont on ressort grandi, ému, résolu à aborder ce monde un peu différemment.

Ce monde – parlons en. Celui que nous dépeint RANCID est loin de faire rêver. Guerre, drogue, manipulation des masses, société de consommation, etc. On pensait connaître la chanson. Plutôt que de donner des envies de bombes atomiques, RANCID prend la mesure de la chose, le recul nécessaire et l’angle de la dérision. Il puise dans cette énergie qui vous rend meilleur, vous donne la force suffisante de faire un pas devant l’autre. A l’heure où tout est filmé, notifié, tracé dans de sinistres bases de données, cette exquise sensation d’audace, ce regain de liberté, n’a jamais été aussi précieux.

Peu importe au final que ce ne soit qu’une illusion, "Indestructible" est une bulle d’air pur. Un album pour respirer, juste quelques minutes.


Note : 4,5/5.


Morceaux préférés : "Travis Bickle", "Memphis", "Tropical London".

A lire aussi en PUNK par CANARD WC :


SONS OF BUDDHA
Buddha Hates Us All (2008)
Punk et français. Et CPDLM. Loin de là même...




BAD RELIGION
The Process Of Belief (2002)
De quoi avoir à nouveau la foi...


Marquez et partagez




 
   CANARD WC

 
  N/A



- Tim Armstrong (chant, guitare)
- Lars Frederiksen (chant, guitare)
- Matt Freeman (chant, basse)
- Brett Reed (batterie)


1. Indestructible
2. Fall Back Down
3. Red Hot Moon
4. David Courtney
5. Start Now
6. Out Of Control
7. Django
8. Arrested In Shanghai
9. Travis Bickle
10. Memphis
11. Spirit Of '87
12. Ghost Band
13. Tropical London
14. Roadblock
15. Born Frustrated
16. Back Up Against The Wall
17. Ivory Coast
18. Stand Your Ground
19. Otherside



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod