Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Richie Kotzen , Nelson, Harem Scarem
- Membre : Racer X, Eric Martin , The Winery Dogs , Sons Of Apollo
- Style + Membre : Paul The Young Dude, David Lee Roth

MR. BIG - What If (2011)
Par THE MARGINAL le 14 Mars 2011          Consultée 4665 fois

En ce début d'année 2011, voilà que MR BIG vient se rappeler à notre bon souvenir. Pour ceux qui n'en ont jamais entendu parler, ce supergroupe américain, composé de fines gâchettes (Eric Martin au chant, Paul Gilbert à la guitare, Billy Sheehan à la basse, Pat Torpey à la batterie), avait conquis la planète en 1992 grâce à la ballade acoustique "To Be With You", puis était progressivement retombé dans l'anonymat par la suite, avant de splitter. Pour ce retour aux affaires, MR BIG s'était reformé en 2009 avec son line-up d'origine (exit, donc le mercenaire Richie Kotzen, avec qui le quartette US n'avait guère convaincu) pour fêter dans un premier temps les 20 ans de son premier album éponyme.

La tournée qui a suivi, au Japon, puis en Europe, a démontré que le MR BIG avait encore de l'énergie et de l'envie à revendre, que Eric Martin et ses compères ne se sont pas reformés pour faire de la figuration. La sortie du DVD "Back To Budokan", enregistré dans la salle mythique de Tokyo, a confirmé en peu plus cette impression. Le plus dur pour MR BIG consistait donc à transformer l'essai avec un nouvel album studio qui réussisse à convaincre.

La sortie de "What If" en ce début d'année tombe justement à pic. Il faut dire que depuis "Lean Into It", les albums de MR BIG n'ont pas forcément fait l'unanimité. Alors, qu'en est-il de ce 7ème opus du groupe ? Dès les premières notes de "Undertow", titre d'ouverture de l'album et accessoirement 1er single de celui-ci, les premières impressions sont plutôt positives, prometteuses. MR BIG propose en effet ce qu'on est en droit d'attendre de lui : du Big Rock groovy, solide, carré aux entournures. Sans être hypra-original, c'est de bonne facture et le groupe n'a rien perdu de sa maîtrise. Mais il ne s'agit là que d'une mise en bouche car le quartette américain, tout au long de cet album, montera en puissance. Avec "American Beauty" et "Still Ain't Enough For Me", MR BIG nous gratifie de 2 up-tempi endiablés, déchaînés, débordant d'énergie, voire jouissifs, et ça fait rudement plaisir de voir Eric Martin et ses 3 acolytes se montrer au top de leur forme. Dans le registre des mid-tempi, MR BIG n'est pas en reste, comme en témoignent le groovy et entêtant "Once Upon A Time", avec ses riffs vénéneux et la voix envoûtante de Eric Martin pour élever le tout, le classieux "As Far As I Can See", gorgé de feeling, boosté par un refrain carrément irrésistible et qui rappelle justement ce qu'était le Hard US (tendance Big Rock, précisons-le) au meilleur de son inspiration. Pour compléter le tout, l'auditeur a droit à un brûlot Heavy Rock au son plus moderne ("I Won't Get In My Way") avec, de surcroît, un refrain de haute volée, à tomber par terre, une chanson typique du Hard Rock américain catchy traversant toutes les époques ("I Get The Feeling") et qu'on écoute volontiers lors d'une virée à travers les USA en bagnole, ou encore "Around The World", à la fois punchy et mélodique, une compo qui s'avère être une magistrale leçon de savoir-faire au service de l'inspiration : chœurs légers, batterie, basse et guitare se donnent la réplique de manière virevoltante et c'est une véritable régalade pour les oreilles.

Enfin, on signalera qu'il n'y a que 2 ballades (pour rappel, il y en avait 5 sur "Hey Man", sorti en 1996), et c'est rassurant de constater que MR BIG privilégie le Big Rock (ce qu'il sait faire de mieux, d'ailleurs). Si "All The Way Up" est une ballade sans envergure, un peu gnan-gnan, qui casse un peu la dynamique de manière incongrue au milieu de l'album, "Stranger In My Life" s'avère en revanche être une belle réussite : cette Power-ballade bluesy, à la fois mélancolique et musclée, est une belle réussite de la part du quartette américain, pour le coup. Il est juste dommage qu'elle soit postée en 3ème position dans la tracklist (à mon avis, il eut été préférable de la placer en 7ème ou 8ème position).

Pour finir la description de l'album, on n'oubliera pas de mentionner la présence de "Nobody Takes The Blame", un titre bâtard un peu décousu, sous-inspiré, qui fait partie des rares moments de faiblesse de l'album, ainsi que du bonus-track figurant sur le pressage européen "Unforgiven" qui semble échappé tout droit des sessions d'enregistrement de "Native Tongue" de POISON lorsque Richie Kotzen y jouait (curieuse coïncidence quand on sait où est allé le sieur Kotzen par la suite) : ça se laisse écouter, mais ce n'est pas transcendant.

Mais si on fait un bilan global, il est très positif pour MR BIG, groupe fort sympathique au demeurant. Ne vous fiez pas à la pochette de l'album, "What If" est un album groovy, énergique, plein de classe, de maturité. C'est du Big Rock haut de gamme, du Big Rock comme on l'aime, du Big Rock comme on aimerait en entendre plus souvent (si ça peut inspirer VAN HALEN dans le bon sens du terme, je dis bingo !). Les musiciens sont en grande forme, inspirés. MR BIG a peut-être sorti son meilleur album depuis "Lean Into It". Je dirais même que "What If" est exactement l'album qu'aurait dû faire MR BIG après "Lean Into It" et c'est une sacrée leçon que MR BIG vient de donner aux jeunes groupes en herbe. Il convient donc de saluer ce comeback gagnant, que peu de gens attendaient. Difficile de savoir comment cet album sera accueilli aux USA, mais en Europe, le public n'a visiblement pas oublié MR BIG puisque "What If" est entré dans les charts de plusieurs pays (36ème en Suisse, 50ème en Allemagne, 71ème en Autriche et en Italie, 75ème en Suède). Souhaitons à présent que ce come-back ne reste pas sans lendemain.

A lire aussi en HARD ROCK par THE MARGINAL :


SOUL KITCHEN
Soul Kitchen (1992)
Excellent hard bluesy à la fois roots et classieux




NAZARETH
Razamanaz (1973)
Hard rock

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez






 
   THE MARGINAL

 
   JEFF KANJI

 
   (2 chroniques)



- Paul Gilbert (guitare)
- Billy Sheehan (basse)
- Eric Martin (chant)
- Pat Torpey (batterie)


1. Undertow
2. American Beauty
3. Stranger In My Life
4. Nobody Takes The Blame
5. Still Ain't Enough For Me
6. Once Upon A Time
7. As Far As I Can See
8. All The Way Up
9. I Won't Get In My Way
10. Around The World
11. I Get The Feeling
12. Unforgiven [bonus]



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod