Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  STUDIO

Commentaires (6)
Questions / Réponses (1 / 5)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : The Scintilla Project
- Membre : The Gentle Storm , Guilt Machine, Arjen Anthony Lucassen , Stream Of Passion, Ambeon, Bodine, Vengeance, Anthony
- Style + Membre : Ayreon
 

 Site Officiel (191)

Arjen Anthony Lucassen's STAR ONE - Victims Of The Modern Age (2010)
Par MEFISTO le 22 Décembre 2010          Consultée 4928 fois

Arjen Lucassen, bourreau de travail néerlandais infatigable (AYREON), est de retour avec le deuxième album studio de son énième side-projet STAR ONE, un gros banquet synthétique idéal pour les fans de Metal Prog, de Metal Néoclassique, de Power, de Heavy et de Hard Rock.

Lucassen a concocté un album ultra accessible, mais pourtant très recherché, la preuve d'un boulot correctement rempli. Il s'est d'abord entouré encore une fois de collaborateurs et amis de longue date (voir la liste à votre droite, merci…), autant derrière les instruments pour les soli (à part Ed Warby à la batterie et Peter Vink à la basse) que derrière le micro. De ce côté, je vous rassure tout de suite : quand on a une telle brochette, il est indéniable que la production d'un album est plus facile. Et autant le dire d'emblée : le chant sur "Victims Of The Modern Age" est énorme, énorme. Au même titre que le jeu de Lucassen et ses sbires, qui nous imposent une savante et lumineuse leçon de composition.

Il y a à se bourrer la fraise durant des heures sur cet album, de longues heures à chanter et jouer du « air synthé » ou du « air drum » sur ces morceaux aux refrains ultra fédérateurs. On voit ici la marque de commerce de Lucassen, qui s'éclate un peu plus sur STAR ONE que sur AYREON. Comme il se plaît à dire, tout ça est moins sérieux qu'AYREON. C'est donc la fiesta totale, la débauche de riffs funny couchés sur des synthés kitsch et accrocheurs dignes des incontournables combos des années 70, 80 et 90. Rien de très moderne dans le lot, à part peut-être ce mélange sublime des voix (j'adore passer de Floor Jansen à Russel Allen, c'est comme écouter un best of !) et cette basse grandiose de Vink, qui fait littéralement exploser les pépites de Lucassen, surtout sur les soli classieux de synthé et de guitare, qui sont bien dosés et s'échangent drôlement les spots ("Human See, Human Do") pour notre grand bonheur.

STAR ONE est aussi une incroyable banque d'images variées et évocatrices. Comment ne pas s'imaginer dans un futur proche envahi par la technologie sauvage sur "Digital Rain", ne pas crier au secours nous aussi sur "Earth That Was", ne pas espérer un retour aux bonnes vieilles valeurs, épée au poing, sur la pièce-titre, ne pas s'imaginer sur le rebord du monde pour observer les conséquences de notre futile existence sur "Human See, Human Do", ne pas se voir en agent secret sauvant la planète dans un film d'espionnage en écoutant "24 hours", ne pas imaginer une grosse discothèque où poilus et fans de fluo se côtoieraient sans problème avec cette curieuse "Cassandra Complex", ne pas hurler au ciel comme une star de rock brûlant les stades de partout avec l'intemporelle "It's Alive, She's Alive, We're Alive", ne pas se sentir projeté dans un long-métrage de science-fiction sur l'épique et monstrueuse "It All Ends Here", trame sonore parfaite et pierre angulaire de ce disque ? La partie de Floor est notamment poignante au possible…

Et comme si ce n'était pas assez, "Victims Of The Modern Age" est offert en version spéciale avec cinq morceaux bonus, dont une reprise d'ELP, qui est décidément une grande inspiration pour ces combos progressifs. Si vous voulez mon avis, l'album est suffisant pour vous encombrer la panse, alors ces cinq titres ne seront que des mignardises... pas toujours très délicieuses d'ailleurs.

Lourdement divertissant et automatiquement apprivoisable (« à la MALMSTEEN »), la musique de STAR ONE est un excellent compromis pour les mordus d'AYREON ou ceux qui préfèrent un Metal Prog plus souple. "Victims Of The Modern Age" est tout de même très « stylisé » et offre des moments forts, puissants. La dissemblance de ses nombreux acteurs y est évidemment pour quelque chose, mais Lucassen, avouons-le, est un putain de créateur et nous fout une monumentale baffe !

Préférence : "Digital Rain", "Victim Of The Modern Age", "It All Ends Here"

A lire aussi en METAL PROG par MEFISTO :


KINGCROW
Eidos (2015)
Petite séance d'aquaplanage ?




SÓLSTAFIR
Köld (2009)
Périple au pays congelé des bananes !


Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Ed Warby (batterie)
- Peter Vink (basse)
- Joost Van Den Broek (soli synthé)
- Gary Wehrkamp (soli guitare)
- Russell Allen (chant)
- Damian Wilson (chant)
- Floor Jansen (chant)
- Dan Swanö (chant)
- Arjen Lucassen (tout le reste)


1. Down The Rabbit Hole
2. Digital Rain
3. Earth That Was
4. Victim Of The Modern Age
5. Human See, Human Do
6. 24 Hours
7. Cassandra Complex
8. It's Alive, She's Alive, We're Alive
9. It All Ends Here



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod