Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


ALBUMS STUDIO

2002 1 Space Metal
2010 1 Victims Of The Modern Age
2022 Revel In Time

VHS/DVD/BLURAYS

2003 Live On Earth
 

2022 Revel In Time
 

- Style : Odd Dimension, The Scintilla Project
- Membre : Allen / Olzon, Gorefest, Maiden United, Landmarq, Northward, Vuur, Adrenaline Mob, The Gentle Storm , Guilt Machine, Arjen Anthony Lucassen , Stream Of Passion, Ambeon, Bodine, Vengeance, Anthony
- Style + Membre : Ayreon
 

 Site Officiel (1502)

Arjen Anthony Lucassen's STAR ONE - Revel In Time (2022)
Par JEFF KANJI le 8 Mars 2022          Consultée 1550 fois

Chaque nouvelle sortie d'Arjen Lucassen est un évènement, et les moyens humains et technologiques qu'il met en œuvre pour diffuser son art sont ses sources d'interaction avec un public qu'il ne côtoie guère par ailleurs. Un petit jeu qu'il affectionne particulièrement depuis "The Source" est celui des devinettes. Une façon ludique de teaser son futur album en laissant les fans reconnaître via les réseaux sociaux les chanteurs et instrumentistes que le Hollandais invite sur ses albums. Et sur "Revel In Time" il s'est fait plaisir le bougre, car ce ne sont pas moins de trente artistes qui joignent leurs forces à l'omnipotent Arjen Lucassen.

Si AYREON est le vaisseau-mère duquel toute la musique d'Arjen découle, il aime parfois se fixer des cadres pour tester et laisser parler sa créativité. Un disque sort sous le nom d'AYREON, le suivant sous le nom STREAM OF PASSION, puis ce sera STAR ONE, avec un GUILT MACHINE ou un AMBEON sur le trajet. Mais il était communément admis que les albums de STAR ONE possédaient jusque là des caractéristiques d'un projet plus cadré, rassemblant des idées focalisées sur la facette la plus Metal du Hollandais, ainsi que sur l'expression d'une certaine virtuosité, et d'un casting de chanteurs qui se répondaient les uns les autres au sein de titres qui, regroupés au sein d'un album thématique, abordaient les films de SF qu'affectionne Arjen Lucassen.

Et c'est bien le seul élément qui rattache foncièrement ce nouveau STAR ONE aux deux précédents efforts de 2002 et 2010. Ce seront des films traitant de la manipulation du temps qui seront au centre des préoccupations de "Revel In Time". Alors on va retrouver également Russell Allen, Dan Swanö, Floor Jansen, Damian Wilson, chacun les meilleurs dans leur registre de prédilection. Cependant, il apparaît de plus en plus évident qu'il n'y a plus trop de règle à laquelle se référer pour faire le tri dans la discographie d'Arjen Lucassen. Entre "The Source" qui aurait dû au départ devenir un album de STAR ONE (c'est assez flagrant sur la plupart de ses titres par ailleurs), et "Transitus" qui se présentait comme un projet plus alternatif, qui s'est retrouvé flanqué de la marque AYREON, on ne peut pas dire que cette profusion de noms aide bien l'auditeur à ne pas s'emmêler les pinceaux.

Toujours est-il qu'avec tous ces paramètres, Arjen Lucassen parvient à entretenir sa communauté de fans et à nous mettre dans les dispositions nécessaires pour apprécier son art. Car il y a bien un domaine sur lequel on ne peut que rarement le prendre en défaut, c'est sur la pertinence de ses choix musicaux et artistiques. Sa patte est forte, empreinte de tradition et de modernité, et la virtuosité s'invite régulièrement. Les crédits de "Revel In Time" sont vertigineux, tant ils confortent l'équipe de choc autour du maître (notamment l'irremplaçable Marcela Bovio, Micheal Mills, et Ed Warby qui retrouve son siège de batterie après la parenthèse "Transitus", sans parler du directeur musical des Lives Joost Van Den Broek à qui Arjen a délégué les orgues Hammond), et parviennent à accrocher encore de nouveaux géants au palmarès, à commencer par Steve Vai, auteur d'un solo onirique sur le final ambitieux "Lost Children Of The Universe", avec un Roy Khan particulièrement mis en valeur, secondé par un duo intraitable constitué de Marcela Bovio et Irene Jansen, et le Hellscore Choir, indispensable à "Transitus".

"Revel In Time" est l'anti-"Transitus". C'était prévisible, avec le processus créatif du leader d'AYREON. Et c'est peut-être ce qui en fait un album à la fois aussi classique dans le fond et jouissif. Car ce troisième STAR ONE est sans nul doute le plus progressif des trois, le moins évident à la première écoute à quelques exceptions près. Il est de fait très varié, plus que "The Source" par exemple, et peut-être moins fabuleux également. Mais je dois avouer que plus je l'écoute, plus j'ai envie d'y revenir, à commencer par la pièce finale "Lost Children Of The Universe". Alors certains titres s'imposent d'eux-mêmes, notamment "Fate Of A Man" servi par la prestation nec plus ultra de Brittney Slayes, LA vocaliste de Heavy Metal actuelle. La Canadienne sait mettre son vibrato et sa verve au personnage de Sarah Connor… Mais on pourrait en dire autant de Marcela Bovio qui déchire tout sur sa propre version.

Cet album devient alors un terrain de jeu, parce que se dire que les chanteurs invités ont dû se baser sur ces versions enregistrées par John Jaycee Cuijpers et la chanteuse de DARK HORSE WHITE HORSE, donne une idée du challenge qui attendait Jeff Scott Soto, Joe Lynn Turner ou encore Brandon Yeagley, le chanteur de CROBOT étant sans doute LA révélation de ce disque. Et pourtant au départ son interprétation me défrisait un poil. Maintenant je ne peux plus me passer de cette malice présente dans chaque note. Et avoir profité du confinement pour enregistrer des voix aussi différentes que celles de Will Shaw, Wilmer Waarbroek ou Tony Martin est au final une manière de renouveler l'écoute de compositions une nouvelle fois remarquablement bien troussées. "Today Is Yesterday" a ma préférence tant pour sa version fantomatique de Dan Swanö qu'il est si bon de réécouter, ou pour celle d'Arjen Lucassen lui-même, de même que le superbe "Bridge Of Life" de Damian Wilson, le grain irrésistible de Jeff Scott Soto sur "Back From The Past", le riff entêtant de "Beyond The Edge Of It All" ou la puissance RAINBOW-esque quasi Power Metal de "Fate Of A Man", typiquement STAR ONE, dans la veine d'un "Set Your Controls".

Alors je suis presque toujours séduit par la musique d'Arjen Lucassen, mais si la prise de risques de "Transitus" avait été diversement accueillie, je ne doute pas que ce "Revel In Time" le soit bien plus chaleureusement chez les fans, bien qu'il ne soit catchy et immédiat que la moitié du temps. Je le rapproche assez volontiers de "Flight Of The Migrator", avec lequel il a des points communs, notamment dans son approche un titre - un personnage (exception faite de celui mêlant les talents des chanteurs de TOEHIDER et HAKEN). "Revel In Time" en est une version selon moi plus aboutie, et sans doute moins forcée, car en définitive, j'ai l'impression d'y retrouver le AYREON à la fois Metal mais plutôt équilibré de "01011001"… bien plus que STAR ONE en fait, quand bien même les vocalistes originels sont au final tous présents.

Note réelle : 3,5/5.

A lire aussi en METAL PROG par JEFF KANJI :


X JAPAN
Art Of Life Live (1998)
Machine à fric et œuvre séminale




Turilli / Lione RHAPSODY
Zero Gravity (rebirth And Evolution) (2019)
Créativité décomplexée


Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Brittney Slayes (chant sur 1)
- Sir Russell Allen (chant sur 2)
- Ross Jennings (chant & chœurs sur 3)
- Micheal Mills (chant & chœurs sur 3)
- Jeff Scott Soto (chant sur 4)
- Brandon Yeagley (chant sur 5)
- Joe Lynn Turner (chant sur 6)
- Will Shaw (vocalisation sur 6, chant sur cd2-3)
- Damian Wilson (chant sur 7)
- Dan Swanö (chant sur 8)
- Floor Jansen (chant sur 9)
- John Jaycee Cuijpers (chant sur 10)
- Roy Khan (chant sur 11)
- -
- Michael Romeo (solo guitare sur 1)
- Timo Somers (solo guitare sur 2)
- Ron Bumblefoot Thal (solo guitare sur 4)
- Adrian Vandenberg (solo guitare sur 5)
- Jens Johansson (solo clavier sur 6)
- Joel Hoestra (solo guitare sur 6)
- Lisa Bella Donna (moog sur 8)
- Marcel Singor (solo guitare sur 8)
- Hellscore Choir (choeur sur 11)
- Steve Vai (solo guitare sur 11)
- -
- Arjen Anthony Lucassen (guitare, basse, claviers, chant sur cd2-8, solo guitare sur)
- Ed Warby (batterie)
- Erik Van Ittersum (solina strings)
- Joost Van Den Broek (orgue hammond, solo sur 9)
- Marcela Bovio (chant sur cd2-1 & 9, chœurs)
- Irene Jansen (chant sur cd2-9, chœurs)
- -
- Wilmer Waarbroek (chant & chœurs sur cd2-7)
- Mike Andersson (chant & choeurs sur cd2-10)
- Alessandro Del Vecchio (chant & solo synthétiseur sur cd2-6)
- Tony Martin (chant sur cd2-11)


1. Fate Of A Man
2. 28 Days (till The End Of Time)
3. Prescient
4. Back From The Past
5. Revel In Time
6. The Year Of '41
7. Bridge Of Life
8. Today Is Yesterday
9. A Hand On The Clock
10. Beyond The Edge Of It All
11. Lost Children Of The Universe

- Same Songs, Different Singers
1. Fate Of A Man
2. 28 Days (till The End Of Time)
3. Prescient
4. Back From The Past
5. Revel In Time
6. The Year Of '41
7. Bridge Of Life
8. Today Is Yesterday
9. A Hand On The Clock
10. Beyond The Edge Of It All
11. Lost Children Of The Universe



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod