Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL SYMPHONIQUE  |  STUDIO

Commentaires (10)
Questions / Réponses (1 / 4)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Synthphonia Suprema, Dragonforce, Twilight Force
 

 Site Officiel (658)
 Myspace (355)
 Chaîne Youtube (338)

PATHFINDER - Beyond The Space, Beyond The Time (2010)
Par MEFISTO le 9 Août 2010          Consultée 9224 fois

Avec le marché musical qu'on a aujourd'hui (i.e. ultra saturé d'excellents groupes qui demeurent inconnus parce que noyés dans l'océan), devenir un artiste reconnu est foutrement difficile. On ne peut plus prendre son temps comme dans les 70's ou les 80's, on peut pas se permettre le luxe de présenter un album moyen et espérer en sortir un meilleur dans deux ans. On peut pas se faire connaître en cinq ou six opus. Et on peut surtout pas trop compter sur l'indulgence des amateurs, qui, noyés eux aussi dans l'océan, tâtonnent violemment les eaux en un réflexe de survie pour trouver LA bouée qui les sauvera de l'étouffement. Les groupes avec un minimum de talent le savent, ils connaissent le marché et doivent à tout prix miser gros sur leurs premiers albums. Sinon, ils crèvent presque dans l'œuf, leurs grands rêves se volatilisent cent fois plus rapidement qu'ils ont germé. Leur essence danse à la surface de l'eau comme du pétrole dans un golfe…

PATHFINDER est de cette nouvelle génération qui n'a rien à perdre. Il possède de gros atouts et sait les mettre en valeur. Il a de nombreuses influences très claires derrière la cravate et ne se gêne pas pour les foutre toutes dans le même paquet, des dragons à Allan Poe, comme s'il n'y avait pas de lendemain à la sortie de ce premier album. « Si celui-ci fonctionne, les mecs, on peut espérer continuer. » Sinon… ben ce sont les oubliettes ingrates de la modernité qui les avaleront, nos Polonais.

PATHFINDER est un savant mélange de musique de film, de classique, de Speed Mélodique, de Metal Sympho et de gros Power bien bourrin. En clair, ça ne me surprendrait pas que les Polonais atteignent le niveau d'excellence qu'ont un jour touché RHAPSODY (ce petit côté Hollywood Metal que vous connaissez, malgré que la production manque vraiment de punch, de grandiose, pour une telle richesse musicale), STRATOVARIUS (la rapidité des grattes), KAMELOT (les mélodies et orchestrations ainsi que la voix à certains passages), HEAVENLY (côté accrocheur et happy), FAIRYLAND (les chœurs poignants) et DARK MOOR (puissance des refrains).

Rajoutez à ce mix la jolie soprano Agata Lejba-Migdalska, dont le coffre et la performance sur "Beyond The Space, Beyond The Time" pourrait lui procurer un lead micro dans un futur rapproché. Elle excelle autant en solo qu'en duo avec Szymon Kostro, dont le timbre est foutrement agréable. Ses interventions tantôt fantomatiques, tantôt romantiques, sont toutes notables. Mention spéciale à la sirupeuse balade "Undiscovered Dreams", sorte de duo à la Bocelli/Brightman au final au violon de toute beauté.

En général, les éléments symphos, les chœurs et parties plus opératiques sont bien partagées, les quatre années de travail d'Arkadius et sa bande ont été bien utilisées. Bien sûr, faut aimer le fantasy et tout ce qui s'y rattache, faut kiffer les orchestrations intenses et clinquantes peignant des horizons infinis et mirifiques, il faut manger du Speed/Power à la pelle. Mais si vous possédez tout ce pedigree dans les conduits, la musique de PATHFINDER risque d'être du bonbon dont vous deviendrez accroc assez rapidement.

Parmi les incontournables du skeud, qui dépasse les 70 minutes, on peut bêtement citer la majorité des pièces, instrumentales ou non. Sincèrement, le gros problème de PATHFINDER en est un récurrent chez les jeunots : la pauvreté du son. Il manque de jus, c'est indéniable. Comme si on avait demandé jadis à Wagner de jouer dans une baraque à frites… Vous voyez le genre ? C'est ce feeling peu enviable que je ressens à l'écoute de "Beyond The Space, Beyond The Time", qui avec un peu plus de moyens, aurait pu nous amener au-delà de l'espace et du temps. Et encore, faut être pisse-vinaigre, car beaucoup ne remarqueront pas et avec raison !

Car bon, faut avouer que dès l'intro filmographique, on se prend une dégelée avec "The Whisper Of Ancient Rocks" et "Pathway To The Moon" (avec en intro encore cette satanée "Moonlight Sonata" tronquée, que DARK MOOR et SHINING ont jouée dans les dernières années), deux morceaux fédérateurs et épiques. Je vous parie de ne pas trouver de ressemblances entre le chant de Szymon Kostro et Ewan McGregor dans Moulin Rouge sur "Pathway To The Moon" !

Un de mes coups de cœur suit : "All The Mornings Of The World" offre un des plus beaux refrains de l'album, une brise chaude comme KAMELOT sait si bien les souffler (surveillez la fin du refrain, vous verrez !). Les orchestrations et le chœur d'une dizaine de voix accomplit ici un fameux boulot. Écoutez-moi cette fin, quelle intensité ! Et quel tour de passe-passe de la part d'Arkadius, on croirait vraiment qu'on entend un vrai orchestre (le bridge pimenté de glockenspiel sur "The Demon Awakens") ! En tout cas, on lui souhaite de pouvoir jouer avec un ensemble de 50 musiciens dans le futur, PATHFINDER le mérite. "Beyond The Space, Beyond The Time" devrait de toute façon leur ouvrir bien des portes…

La « faute » en deuxième partie à de virevoltantes compos telles que "The Lord Of Wolves" au refrain chargé d'énergie, la ténébreuse "Sons Of Immortal Fire" sortie des marrons par un autre refrain haut perché, la merveilleuse "Stardust", une des pièces les plus réussies et passe-partout du disque ; il y a à bouffer sur ce titre mes amis, régalez-vous. Les âmes tendres adoreront.

Je pourrais décortiquer chaque parcelle d'étoile de cet imposant ouvrage, mais j'en ai déjà trop dit. Des heures de plaisir ! Mais n'attendez pas de miracle studio, il est vachement dommage que les fonds n'aient pas suivi le talent des Polonais. Putain, s'ils avaient pu bénéficier du budget de je sais moi, Ozzy pour son dernier album, je n'ose même pas imaginer ce que ça aurait donné…

Une valeur sûre pour les prochaines années. Oui, PATHFINDER est cette bouée que vous attendiez, accrochez-la et voguez allègrement vers les confins célestes.


*Les Polonais offrent même sur la sortie japonaise une reprise d'Alphaville, la célèbre "Forever Young", comme si on n'avait pas déjà eu une dose raisonnable de guimauve ! Ah, ces Japonais, ce qu'on ferait pas pour les attirer dans le sillage métallique…

A lire aussi en METAL SYMPHONIQUE par MEFISTO :


FAIRYLAND
Score To A New Beginning (2009)
Fairyland achève sa solide trilogie sur les mers!

(+ 1 kro-express)



EDENBRIDGE
The Bonding (2013)
Ah ça, pour une surprise !


Marquez et partagez





Par MEFISTO




 
   MEFISTO

 
   BAST

 
   (2 chroniques)



- Arkadius Ruth (basse, orchestration)
- Szymon Kostro (chant)
- Karol Mania (guitare)
- Gunsen (guitare)
- Slawomir (slawek belak)
- Kamil Ruth (batterie)


1. Deep Into That Darkness Peering
2. The Whisper Of Ancient Rocks
3. Vita Reducta Through The Portal
4. Pathway To The Moon
5. All The Mornings Of The World
6. The Demon Awakens
7. Undiscovered Dreams
8. The Lord Of Wolves
9. Sons Of Immortal Fire
10. Stardust
11. Dance Of Flames
12. The Island Of Immortal Fire
13. Beyond The Space, Beyond The Time
14. What If...



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod