Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK SYMPHO / ATMO  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Cradle Of Filth
 

 Site Officiel (926)

GRAVEWORM - When Daylight's Gone (1997)
Par VOLTHORD le 30 Septembre 2010          Consultée 2665 fois

Ah le Ver de tombe de la bonne vieille époque, en mode embryonnaire, position fœtale plaignante et pleurs de nouveau né, qu’est-ce qu’il était beau. "When Daylight’s Gone", même en cette belle année 2010 où j’écris cette chronique, n’a pas pris une ride, pas une once de crédibilité en moins. L’album qui préfigure l’incroyable "As The Angels Reach The Beauty" revêt le même abattement doomesque et les teintes heavy que le groupe se fera plaisir de développer dans ses productions suivantes.

Plus que tout, "When Daylight’s Gone" a tout le charme gothique de GRAVEWORM, son style mortuaire porté par des claviers symphoniques sensibles, aussi vigoureux que mélancoliques, des guitares mélodiques pleurant en concert avec un chant black guttural puant la vermine.

Une ambiance bleutée et macabre, déjà tellement développée que l’on aura du mal à dire que cet album n’est pas "mature" dans un certain sens, preuve en est du morceau d’ouverture, "Awake", rassemblant tous les éléments cités en haut, déjà amenés à une certaine perfection : arpèges, mélancolie, rage dormante et atmosphère de pleine lune grouillant de pensées noires, et la classification toujours hésitante, entre Gothique, Doom et Black Symphonique.

"When Daylight’s Gone" pourrait être défini assez grossièrement comme l’alliance du CRADLE OF FILTH des heures de gloire ("Cruelty…" et "Midian") et le TRISTANIA des débuts. "Lost Yourself" et son ambiance caverneuse plombera davantage un ciel déjà couvert alors que "Far Away" viendra superposer de nouveaux contrastes, avec des mélodies fragiles et ces claviers toujours si sobres et minutieux, dormant en arrière plan, tapissant l’atmosphère d’ombres funèbres.

Passé un "Eternal Winds" où l’accélération de tempo semble mal choisie, et l’instrumental "Dark Silence" peut-être désormais un peu kitsch, rappelant notamment les instrumentaux du DIMMU BORGIR des premières heures, la température descend de quelques degrés, les claviers se font plus froids et plus présents, les morceaux un peu moins bons que la première triplette…

Bien sûr, "When Daylight’s Gone" n’atteint pas encore la perfection de "As The Angels Reach The Beauty", n’ayant pas encore de vrais instruments à cordes dans sa panoplie de sensibilités, une production encore un peu crachante, peut-être des morceaux un peu trop homogènes, et un chant black/death que l’on ressent comme un peu automatique, parfois un peu impersonnel. Ces quelques petits détails mis à part, ce premier méfait de GRAVEWORM a toujours préservé sa classe et son pouvoir émotif. Une pièce rare pour collectionneurs émérites d’art noir, ou bleu nuit, pour être plus exact.

A lire aussi en BLACK SYMPHO / ATMO par VOLTHORD :


SUMMONING
Dol Guldur (1996)
Album clé, album culte... et pourtant...

(+ 1 kro-express)



MORGUL
All Dead Here (2005)
L'étrange black sympho de monsieur jack


Marquez et partagez




 
   VOLTHORD

 
  N/A



- Stefan Fiori (chant)
- Stefan Unterpertinger (guitare)
- Harry Klenk (guitare)
- Didi Schraffl (basse)
- Martin Innerbichler (batterie)
- Sabine Mair (claviers)


1. Awake
2. Lost Yourself
3. Far Away
4. Eternal Winds
5. Dark Silence
6. Tears From My Eyes
7. When The Sky Turns Black
8. Another Season
9. Aeons Of Desolation



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod