Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (8)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : MÖtley CrÜe, Skid Row, Shotgun Messiah, Poison, Tigertailz, Rakel Traxx
- Style + Membre : Reckless Love
 

 Site Officiel (1381)

CRASHDÏET - Generation Wild (2010)
Par ALANKAZAME le 7 Juin 2010          Consultée 4326 fois

Puisque les années 2000 sont le théâtre d’un retour en force du Hard Rock, on a logiquement vu le glam ramener ses froufrous et ses porte-jarretelles en grande pompe, histoire de ne pas laisser les gros bourrins en marcel à la sauce AC/DC occuper le terrain. Quelques jeunes pousses ont donc guilleretement relevé le défi, et depuis plusieurs années maintenant nous voyons fleurir de nouveaux espoirs baptisés SISTER SIN, STEEL PANTHER ou encore CRASHDIET, au côté de grands noms comme MÖTLEY CRÜE et TWISTED SISTER qui sont pourtant encore très loin d’avoir dit leur dernier mot.

Les Suédois de CRASHDIET, portés par leur talent et par un contexte favorable (en particulier sur leurs terres natales de sociaux-démocrates luthériens bouffeurs de patates), nous proposent donc en 2010 leur troisième album. Petite particularité du combo, son line-up est invraisemblablement instable du côté du micro, et rien ne semble pouvoir contenir la valse des chanteurs qui sévit en son sein. A chaque album son frontman, donc : après le décès tragique du jeune Dave Lepard et le renvoi du sulfureux Olliver Twisted pour manque de travail et mauvaise volonté, c’est au tour de Simon Cruz de mettre ses cordes vocales à l’épreuve.

Or donc, quoi de nouveau sous les Tropiques (enfin plutôt sous la neige et les cendres de volcan islandais) ? Eh bien une fois n’est pas coutume, le changement de chanteur ne sera pas sans conséquence sur l’orientation générale du groupe. Là où avec Twisted CRASHDIET nous avait foutu un bon coup de pied au cul avec un Glam Metal particulièrement heavy et technique, le quartet suédois a cette fois-ci opté pour une recette plus acidulée. Le son de "Generation Wild" n’a plus grand-chose à voir avec celui de "The Unattractive Revolution" : moins original, moins ambitieux, moins enclin à prendre des risques, moins enthousiasmant, ce troisième album déçoit. On en vient même à se demander, au premier abord, s’il s’agit bien du même groupe. Pas de doutes possibles, on reste en terrain connu : c’est du glam pur et dur, avec une production très moderne et une ambiance générale assez échevelée et décontractée. Simon Cruz domine son sujet, mais ceux qui ont connu la période "Unattractive Revolution" se rendront vite compte qu’on ne va pas tarder à regretter Olliver Twisted.

Pourtant "Generation Wild" n’est pas un mauvais album. Il est simplement moins bon, sans doute moins abouti et moins travaillé que ses deux prédécesseurs. Très homogène, ne contenant aucun déséquilibre ni aucun faux-pas caractérisé, il se laisse écouter et est digéré aussitôt entendu. Le problème, c’est que même au bout de plusieurs écoutes, on n’en retient pas grand-chose. Les treize pistes se suivent et se ressemblent, sans audace et sans originalité, et on a vite l’impression que le combo n’a pas su faire autre chose que se répéter et tourner en rond. Les chœurs gentillets d’un titre comme "Chemical" ne souffrent pas la comparaison avec l’explosion de mélodies d’un "In The Raw" ou d’un "Like A Sin" (deux titres du précédent album), et alors qu’auparavant on se surprenait à être pris d’une brutale envie d’headbanguer, on se contentera ici de taper du pied. Eh oui, malheureusement ça ne manque pas seulement de caractère, ça manque aussi d’énergie (et ce n’est pas un titre de Hard FM aussi mollasson que "Save Her" qui va me convaincre du contraire)…

Pleins de bonne volonté mais plombés par une instabilité de line-up qui déteint sur leur cohérence artistique, les jeunes Scandinaves de CRASHDIET ont manqué de peu de rater l’étape toujours casse-gueule du troisième album. En se reposant sur leurs lauriers, ils se contentent de nous livrer un skeud bien foutu et tout à fait potable, mais sans plus. Pas de quoi révolutionner le Hard Rock, en somme, même si ce n’est pas ça qu’on leur demande. En tous cas, on espère de tout cœur qu’ils sauront se remettre en selle rapidement, et que ce petit écart n’était que passager. Longue vie au glam venu du froid !

2,5/5.

A lire aussi en HARD ROCK par ALANKAZAME :


ALICE COOPER
The Definitive Alice Cooper (2001)
Alice de 1970 à 1991




ALICE COOPER
Dragontown (2001)
Toujours indus, mais plus Cooper !

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez




 
   ALANKAZAME

 
  N/A



- Simon Cruz (chant)
- Martin Sweet (guitare)
- Peter London (basse)
- Eric Young (batterie)


1. Armageddon
2. So Alive
3. Generation Wild
4. Rebel
5. Save Her
6. Down With The Dust
7. Native Nature
8. Chemical
9. Bound To Fall
10. Beautiful Pain



             



1999 - 2023 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod