Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD INDUS ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Pat Benatar
- Membre : Red Zone Rider, Gary Hoey , Steeler
- Style + Membre : The Runaways

Lita FORD - Wicked Wonderland (2009)
Par ALANKAZAME le 21 Mai 2010          Consultée 3816 fois

Allez savoir pourquoi, la première décennie du troisième millénaire aura été celle des grands retours dans le petit monde du Hard Rock. On aura vu revenir AC/DC, ALICE COOPER, MÖTLEY CRÜE et même BLACK SABBATH (sous le nom d’usage HEAVEN & HELL). Les cas que j’évoque ici sont les plus emblématiques bien entendu, il y a aussi eu d’autres retours, de moins grande envergure et surtout moins réussis. Celui de LITA FORD en fait partie. Franchement, quinze ans après "Black", qui aurait cru un seul instant voir revenir celle qui incarnait si idéalement la femme libérée des conventions, maîtresse de son destin et égérie sexy de la rockeuse provocante ? De l’eau a coulé sous les ponts depuis les années 80. LITA FORD a maintenant dépassé la cinquantaine, est mariée est a même eu des gosses. Quelle importance allez-vous me dire ? Eh bien figurez-vous que dans ce cas précis, la vie privée a une indiscutable influence sur la démarche artistique.

Pour ceux qui ne sont pas très au point niveau people, LITA FORD est mariée à un certain Jim Gilette, connu pour avoir entre autres sévi au micro du groupe de Glam Metal NITRO. Les deux individus se sont mariés après une relation de seulement deux semaines, et depuis tout va comme sur des roulettes, LITA se vantant même de connaitre la vie sexuelle la plus exaltante qu’on puisse imaginer. On aurait pu s’en foutre si tout cela n’avait pas influencé l’artiste au point qu’elle associe sa moitié à la composition de son nouvel album. De fait, "Wicked Wonderland" n’est pas vraiment un album de LITA FORD, mais un album de Lita Ford et Jim Gilette. Cette collaboration amoureuse prend dans un premier temps forme de manière concrète, en ce sens que Gilette chante avec Lita sur la plupart des titres. Ça n’est pas une bonne chose en ce qui me concerne, le malheureux gaillard étant affublé d’un registre vocal tout bonnement insupportable. Ça n’aurait pas vraiment été un problème si l’album s’était avéré être bon… Ce qui est malheureusement loin d’être le cas.

Tout content qu’il est d’avoir une vie exaltante, le gentil petit couple a décidé de durcir le ton. LITA est formelle sur ce point, c’est vraiment les titres les plus lourds qu’elle ait jamais composés. Exit, donc, le Hard FM d’antan. Certains assument leur identité. Pas LITA FORD. Sans doute soucieuse de toucher un nouveau public, la blondinette quiqua’ et son fringant comparse délaissent le Hard FM pour se tourner vers l’Indus Metal. Ce virage peut être habilement négocié, un certain ALICE COOPER l’ayant déjà démontré il n’y a pas si longtemps que ça. Mais alors là franchement on a plutôt tendance à se prendre le mur de plein fouet.

Allons droit au but : "Wicked Wonderland" est un mauvais album. Techniquement parlant, ça reste passable. Mais globalement, c’est à chier. La production est poussive, les titres minimalistes se suivent et se ressemblent et aucun tube ne sort du lot. Longue bien qu’inconsistante, la galette est épuisante et on frôle l’indigestion dès la première écoute. Quinze titres ! Si encore les compositions étaient ingénieuses… Mais là, non, trop c’est trop ! Même si le rythme est entraînant, on s’ennuie ferme à l’écoute d’un tel manque de variété et d’inventivité. LITA FORD fait du bourrin et de l’électro sous l’influence de son merveilleux mari. Trop cool. En attendant, nous, on s’emmerde grave et c’est par leur idylle qui va nous distraire de la médiocrité de leur travail.

"Wicked Wonderland" est un album d’Indus-Glam-Metal facile d’accès, avec beaucoup de contenant mais bien peu de contenu. Versant parfois dans des écarts teenage-rock à la limite du ridicule ("Indulge"), le duo Ford/Gilette ne convainc pas, ennuie et même irrite. Ceux qui ont aimé l’ancienne LITA FORD en seront pour leurs frais : il ne reste plus rien du Hard FM transcendant des années 80. Trop long, trop simpliste, trop basique, ce septième album témoigne d’un travail superficiel et de l’élaboration d’un concept artistique totalement foireux. L’amour rend aveugle dit-on. On peut comprendre que cela puisse détourner une artiste, aussi mineure soit-elle, de tout ce qui a fait son succès par le passé. Mais par pitié, qu’on n’ait pas à en subir les conséquences ! A ce compte-là, autant se faire oublier…

A lire aussi en METAL INDUS par ALANKAZAME :


STATIC-X
Wisconsin Death Trip (1998)
à réserver aux esgourdes en mal d’originalité




PUNISH YOURSELF
Sexplosive Locomotive (2004)
La crème de l'indus français


Marquez et partagez




 
   ALANKAZAME

 
  N/A



- Lita Ford (chant & guitare)
- Jim Gillette (chant)
- Greg Hampton (divers)
- Chris Collier (batterie)
- Stet Howland (batterie)


1. Love
2. Piece (hell Yeah)
3. Crave
4. Scream 4 Me
5. Sacred
6. Wicked Wonderland
7. Indulge
8. Patriotic Snob
9. Everything
10. Inside
11. Truth
12. Betrayal
13. Bed
14. Garden
15. Push



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod