Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (19)
Questions / Réponses (3 / 38)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Ac/dc, Jailbirds
 

 Site Officiel (1859)

AIRBOURNE - No Guts No Glory (2010)
Par ZIONLEEMASTERSEB le 8 Mars 2010          Consultée 9807 fois

Alors que Joel O’KEEFFE n’était encore rien, perdu dans les limbes du temps, il lui vient une idée de génie, celle de la recette musicale imparable qui fera de lui et de son groupe, la référence ultime en matière de Hard-Rock. Ses projets sont grands et pour cela il a besoin de préparer les oreilles encore vierges et chétives de la population mondiale. Nous sommes en 1971, Joel qui n’existe humainement pas encore, choisit pour déniaiser les foules d’apparaître à un jeune guitariste encore inconnu et officiant dans le groupe THE NEW CASTLE’S VELVET UNDERGROUND. Il s’agit d’Angus YOUNG. Il s’ensuit une conversation débridée qui dura une nuit entière. A bâton rompu, Joel donne toutes les clefs de la réussite au "six-cordiste en herbe". Il a toute la marge de manœuvre qu’il lui siéra. Angus commence dés lors à fomenter le projet de monter son propre groupe. Celui-ci se nommera ACDC. Le reste de l’Histoire, tout le monde la connaît. La manœuvre qu’opère cette nuit là Joel n’est pas sans risque, mais il est sûr de lui. Etant le dépositaire de la formule originelle, il sait que les honneurs lui seront rendus et qu’Angus avouera un jour la pérennité de l’ "Australian Touch" à Joel O’KEEFFE. Visionnaire et désintéressé.

Le premier bilan donne d’ailleurs raison à l’intéressé puisque qu’âgé de 20 ans, un premier album sous le bras, "Runnin’ Wild" conquis la planète entière. Lemmy KILMISTER (Motörhead), l’intégrité musicale fait Homme ne s’y trompe pas. Il cautionne donc par sa présence le premier clip vidéo d’AIRBOURNE. L’album se vend dans le monde à prêt de 250 000 copies et la déflagration n’a pas fini de résonner dans nos "cages à miel*". 2010, l’année du vice, vous fera poser un genou au sol. Pour vous y aider (ou vous y contraindre), "No Guts, No Glory" le second disque des rockeurs de Warrnambool à pour ambition d’enfoncer le clou et de convertir les plus récalcitrants. Produits à Chicago par Johnny K, AIRBOURNE met toutes les chances de son côté. Le label ROADRUNNER déroulant pour l’occasion ses techniques promotionnelles et marketing imparables et millimétrées.

L’album est propre, calibré en un mot : efficace. L’inspiration du groupe se nourrit du répertoire 80’s du petit guitariste cornu précité. La voix de Joel est moins aigüe que celle de ses ainés avec lesquels il est à tort comparé. Que ce soit Bon SCOTT ou Brian JOHNSON, nous ne pouvons nier que malgré la puissance de leurs organes, la stridence de leurs vocaux peuvent parfois vriller un tympan et nous hérisser le poil. Rappelons aussi que le gaillard, ne fais pas que tenir le micro, il envoie "méchamment le bois*" aidé par sa Gibson Explorer. Ses lignes de chant sont soutenues sur les refrains par les chœurs virils de David et Justin, respectivement guitariste rythmique et bassiste.

Entrée en matière parfaite avec "Born To Kill". Plusieurs titres dont celui-ci semblent avoir été soufflés par le leader de MOTÖRHEAD ("Raise The Flag" ou "White Line Fever"). Le Hard-Rock véhicule des clichés, aussi séduisants que redondants, ainsi AIRBOURNE ne fait pas dans la demi-mesure. La testostérone et les armes ("Armed And Dangerous"), les filles et les westerns ("Blonde, Bad And Beautiful"), l’alcool et la drogue ("White Line Fever", "Back On The Bottle") mais toujours avec une énergie positive et un souci d’excellence, même dans la débauche. Ryan, le frangin batteur (en Australie, le rock est souvent une affaire de famille) assure férocement ses parties derrières les fûts. Techniquement rien ne vient interrompre le déferlement de décibels que constituent les 13 titres de ce disque. Pas de ballade respiratoire à l’horizon, les titres défilent comme autant de claques dans la gueule. Ce "No Guts, No Glory" reflète parfaitement la sauvage réputation "live" du quartet. Les chanceux qui ont vu trembler les murs du magasin de disques à l’enseigne rouge sur les Champs Elysées de Paris savent de quoi il est question. On parle de déflagration, pas moins, pas de pets gras, fuissés ou foireux. Un tel degré d’exigence dans le bordel mérite le respect inhérent à l’ovation. Qu’importe les reproches que l’on peut faire à AIRBOURNE, leur volonté de tout faire exploser sur leur passage les démarque de leurs frileux contemporains dont l’attitude docile et calculée les rendent insignifiants. Funs et décomplexées, les ritournelles de nos Australiens assument le second degré dans lequel elles se vautrent.

L’artwork, moins réussi que celui du premier opus reste dans l’imagerie des affiches de films. Le détournement ne trompe personne, action, suspens, sexe et aventure. Mais quelques part avec les héritiers de "Wayne’s World". Tout est là, résumé sur la pochette.
Alors pourquoi une note aussi sévère en comparaison à cette dithyrambique chronique? Simplement parce que Angus n’a pas craché sa "valda" et on le comprend. Avoué son secret serait amoindrir son talent mais ouvrirait aussi une dimension que peu d’entre nous ne sauraient intégrer, le surnaturel n’est pas un concept réservé à la science-fiction, il fait partie de notre quotidien.



*Moi aussi, j’ai inventé un champ lexical qui m’a été piqué par Fancis Zégut !!!!

A lire aussi en HARD ROCK par ZIONLEEMASTERSEB :


CLUTCH
From Beale Street To Oblivion (2007)
CLUTCH suit son petit bonhomme de chemin.




CLUTCH
Live In Flint, Michigan (2004)
Bon album, objet culte.


Marquez et partagez






Par ALANKAZAME




 
   ZIONLEEMASTERSEB

 
   ALANKAZAME

 
   (2 chroniques)



- Joel O'keeffe (chant/guitare solo)
- Ryan O'keeffe (batterie)
- David Roads (guitare rythmique/chœurs)
- Justin Street (basse/chœurs)


1. Born To Kill
2. No Way But The Hard Way
3. Blonde, Bad And Beautiful
4. Raise The Flag
5. Bottom Of The Well
6. White Line Fever
7. It Ain't Over Till It's Over
8. Steel Town
9. Chewin' The Fat
10. Get Busy Livin'
11. Armed And Dangerous
12. Overdrive
13. Back On The Bottle



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod