Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH BIEN BASIQUE  |  STUDIO

Commentaires (1)
Questions / Réponses (1 / 0)
Metalhit
Lexique thrash metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Vintersorg, Falkenbach, Einherjer, Sig:ar:tyr, Enslaved, Ereb Altor, Aura Noir

BATHORY - Requiem (1994)
Par POSSOPO le 24 Septembre 2008          Consultée 5522 fois

Le thrash nécessite une certaine compétence instrumentale. Même garage, même barbare, le Thrash fait partie de ces genres qui s'accommodent mal de la technique approximative de ceux qui pourraient le jouer. Alors quand j'ai appris que Quorthon avait abandonné ses envies viking pour faire du SLAYER, mon corps a faibli, je m'en suis trouvé mal. Quorthon, chanteur raté et guitariste claudiquant oserait-il tenter d'imiter les arabesques rythmiques d'ANNIHILATOR ?
Bien sûr que non, l'homme n'est pas idiot et le thrash qu'il nous propose ici se situe bien loin de celui modelé par les plus grands couturiers des années 80 (me permettrez-vous de déborder allègrement sur la décennie suivante). Le Suédois n'ira jamais titiller les chevelures de Jeff Waters, Dave Mustaine ou Tommy T. Baron. Il n'importunera même pas Kerry King ni Jeff Hanneman. Et Mille Petrozza ? Disons qu'il le regarde d'un certain œil.
Pas tout à fait rassuré, je m'en vais regarder le line-up de "Requiem". Aucun départ, aucune arrivée… Alors ça donne quoi, du thrash potage de sciure et cambouis ?

On est d'emblée suffoqué par l'importance prise par la basse. Une basse saturée qui prend la direction d'une rythmique écrasante à la présence étouffante. "Requiem" ne joue pas sur les ambiances, "Requiem" martèle. Et la guitare, qui n'a jamais perdu son grain écorché depuis le tout premier album, retrouve quelques schémas entendus sur "Bathory" ou "The Return". Des schémas passablement modifiés pour les faire coller au nouvel esprit thrash qu'a décidé d'insuffler Quorthon a son gamin. Un esprit thrash odeur de crasse aux forts relents de MOTÖRHEAD. Un MOTÖRHEAD malheureusement très gamin. Et on revient aux premiers méfaits adolescents du dieu du metal viking. "Distinguish To Kill" et ses couplets en excès de vitesse nous ramènent en 1984, les plaintes électriques d"Apocalypse" nous font feuilleter les pages suivantes de la discographie. Amusant… cinq minutes. Car ne nous trompons pas, "Requiem" ne joue pas sciemment la carte de la nostalgie, on a plutôt l'impression que cette dernière n'est que la vilaine conséquence d'un manque d'idées. Car une fois extirpés ces petits riens du passé, on se retrouve avec une vulgaire plâtrée de riffs basiques servis par une production nettement trop osée. Une caisse claire décharnée, cette fameuse basse qui claque à l'excès, l'éternelle distorsion des guitares typique de l'artiste mais qui n'a rien à faire ici…

A qui plaira ce disque ? Aux fanatiques de black thrash étiqueté 80's ? Pas assez noir ni très authentique. Aux passionnés de légendes scandinaves ? Certainement pas, les drakkars voguent à mille lieues de cette galette. Aux fans de thrash qu'on qualifiera de classique ? Non puisqu'il s'agit de mauvais thrash. A personne ? A lui, ça devrait lui plaire, oui.

Je n'ai pas encore évoqué l'incroyable changement de cap opéré depuis la fin de la trilogie viking. Une fausse surprise. "Twilight Of The Gods" a clôt un chapitre qu'il aurait été suicidaire de prolonger tant ses dernières pages manquaient de saveur. "Requiem" aurait certainement été aussi nul s'il s'était appelé "Entering The Realm Of Valhalla" ou "The Shrine Of The Sleepless Warrior Waiting pour faire caca après la bataille qu'il a gagnée mais facile en plus mais bon il a mal au bide depuis qu'il a mangé des Cheetos* au p'tit déj'". Avec cette orientation certes foireuse, Quorthon continue de se faire plaisir en grattant son instrument tout en évitant d'entacher la légende déjà salement écornée en 1991. Ce BATHORY n'est pas le vrai BATHORY, le vrai BATHORY est mort (il renaîtra sur une patte quelques années plus tard) et ce n'est pas forcément un mal. Il fallait bien conclure cette affaire de façon positive.

*Les Cheetos, c'est orange et c'est vraiment dégueu !

A lire aussi en THRASH METAL par POSSOPO :


ATHEIST
Elements (1993)
Thrash experimental




FLOTSAM AND JETSAM
Doomsday For The Deceiver (1986)
Thrash bien basique


Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
  N/A



- Quorthon (chant, guitare)
- Kothaar (basse)
- Vvornth (batterie)


1. Requiem
2. Crosstitution
3. Necroticus
4. War Machine
5. Blood And Soil
6. Pax Vobiscum
7. Suffocate
8. Distinguish To Kill
9. Apocalypse



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod