Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL SYMPHONIQUE  |  STUDIO

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Benighted

MAGICA - Hereafter (2007)
Par BAST le 2 Avril 2008          Consultée 3669 fois

Ce troisième album de MAGICA me laisse dubitatif. Une écoute passive et il ressort de ce metal à chanteuse plutôt bien fait un sentiment de détente incontestable. Il suffit par contre que l'attention se fixe plus fermement sur les morceaux qui défilent pour qu'une autre impression s'impose devant les autres : « Hereafter » s'achève chaque fois sans rien avoir laissé dans son sillage. Alors un bon moment, d'accord. Insuffisant néanmoins à motiver son renouvellement. C'est au moment de rédiger la chronique que cet aspect se montre le plus désarçonnant. Quand l'envie d'en dire du bien ne trouve aucune bouée à laquelle se raccrocher, la noyade semble inévitable. La voix d’Ana Mladinovici ? Agréable, c’est certain, dans un registre plus heavy qu'opératique. Mais une tendance à la mollesse ennuyante. Les guitares ? Une expression à coups de riffs méritants (« Energy For The Gods ») et de soli sans âme. Les orchestrations ? Bien en place et parfois accrocheuses mais plutôt timorées dans l'ensemble (« Hereafter »), comme une exigence mal assumée de recourir au symphonique. Et les compos ? Du heavy raffiné doucereusement orchestral, des grappes de mélodies qui s'égrènent sans accroc. Rien ne jure, le mauvais goût n'a pas voix au chapitre. Et à côté de ça, une sensation d'inachevé longtemps attribuée à un manque de réceptivité, avant que l'obstination ne fournisse une autre conclusion : il manque à cet album une bonne poignée de temps forts, de mouvements amples capables d'imprimer une série de remous dans ce heavy trop étale, uniforme. Il manque deux trois compositions vers lesquelles revenir tombe sous le sens.

Le fer de lance du heavy roumain échoue donc à consolider son ascension, après un premier album qui avait pour lui une certaine originalité puis un second qui était arrivé comme un serment de conquête. Et pourtant, ce troisième effort semblait bien armé pour aboutir à une petite réussite : artwork soigné à l'opposé de l'inapproprié graphisme placardé à la va-vite sur « The Scroll Of Stone », prod assez solide pour rivaliser avec les seconds couteaux du genre (les leaders demeurent assez loin devant, quant à eux), on croyait les roumains enfin prêts à s'extirper de l'amateurisme bon-enfant qui les caractérisait depuis leurs débuts. Mais en dépit d'un « Turn To Stone » fédérateur, d'un « Through Wine » assez prenant avec ses velléités de lourdeur ou ses ambiances fantaisistes convaincantes, d'un « Entangled » au parfum pop 80's surprenant ou encore d'une tentative de rapprochement adroite avec WITHIN TEMPTATION opérée sur « Weight Of The World », « Hereafter » n'a que trop peu d'arguments à faire valoir. D'autant que la concurrence s'étoffe régulièrement et que des albums similaires mieux aptes à séduire se tiennent en rangs d'oignons. Le dernier VISIONS OF ATLANTIS, pour en citer un.

Pour autant, cette saveur entre deux âges, ce sentiment d'écouter une musique à peu près actuelle qui tire ses racines de sonorités vieilles de 20 ans détiennent un attrait particulier. En tout cas, ce type de compos qui ne savent vers quelle époque opter a toujours constitué pour moi la porte la mieux ouverte sur d'autres mondes. Reste que les compositions ne suivent pas et que les points de repères agitent une main trop timide. Au point que je retiendrais surtout « Hereafter » comme un échec, un verre à demi vide dirons-nous, d'une formation prometteuse à qui le coche a échappé. Le temps des conclusions n'est peut-être pas encore venu. Pour l'heure, MAGICA n'a rien su apporter à un genre qui se montre intraitable face au moyen ou au tout juste bon. Il va falloir à MAGICA un sacré coup de rein pour que le suivant affirme d'autres objectifs que celui de colmater des brèches qui n'existent même pas.

A lire aussi en METAL SYMPHONIQUE par BAST :


KAMELOT
The Black Halo (2005)
Du grand KAMELOT...

(+ 1 kro-express)



SPELLBLAST
Horns Of Silence (2007)
Speed mélodique étincelant


Marquez et partagez




 
   BAST

 
  N/A



- Ana Mladinovici (chant)
- Bogdan Costea (guitare)
- Emilian Burcea (guitare)
- Valentin Zechiu (basse)
- Cristi Barla (batterie)
- 6fingers (clavier)


1. All Waters Have The Colour Of Drowning
2. Turn To Stone
3. Through Wine
4. No Matter What
5. Entangled
6. This Is Who I Am
7. The Weight Of The World
8. Energy For The Gods
9. Shallow Grave
10. I Remember A Day
11. Into Silence



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod