Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL SYMPHONIQUE  |  STUDIO

Commentaires (2)
Questions / Réponses (1 / 24)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Benighted

MAGICA - Wolves And Witches (2008)
Par MEFISTO le 23 Septembre 2009          Consultée 3900 fois

Pénible

Un mot qui veut tout dire. Un mot scabreux en musique, car il anéantit les rêves de tout créateur. Ça fesse. Et MAGICA est pénible comme il est impossible de l'être. Ça dépasse l'entendement.

MAGICA énerve. La faute à deux principaux acteurs de cette mascarade, que vous aviez brûlée sur le bûcher il y a deux ans, amis lecteurs. Coupable numéro 1 : Ana Mladinovici, dont la voix est i-n-s-u-p-p-o-r-t-a-b-l-e, mièvre et sans couleur. On dirait que la Roumaine, plutôt jolie dans le genre chanteuse métallique, manque de souffle à chaque fois que les riffs mous de ses gardes du corps s'accélèrent (si peu). Et que dire lorsqu'elle s'égosille et qu'elle fait craquer les miroirs de votre impatience ? Ah non, vraiment, une des pires chanteuses de l'histoire du devil horn. Dommage, elle est pas mal… Bon, passons au coupable numéro 2 avant que je me fasse taxer de macho !

6Fingers. Grrr, lui il énerve d'aplomb. Paraît-il qu'il s'est procuré son synthé dans une vente débarras d'instruments usagés bons pour la casse. En fait, dans le kiosque près des guitares un peu moins usagées que ses confrères ont ramassées. Celles qui font semblant d'être puissantes et de lacérer la bête tapie et endormie en nous depuis le début de ce "Wolves And Witches". Bref, 6Fingers est aussi faible que son nom et ne contribue pas à sauver MAGICA d'un ennui mortel avec ses notes archi claires et enfantines (celles de "Just For Two Coins" sont d'une nullité astronomique).

Les textes des Roumains traitent, ô surprise, de fantastique. Or, ne cherchez pas de gemmes parmi ces écrits, car MAGICA pond du « fantastoche » de base pour les néophytes des univers de donjons, de princesses, de loups-garous et de sorcières. Et leur musique colle parfaitement à cette facture superficielle. Merde que c'est difficile à terminer un disque comme ça. La dernière fois que j'ai eu autant de misère à achever une écoute aussi désastreuse est quand la bande de Christina Scabbia a décidé de mettre la clé dans la porte de leur fossilisé projet intitulé LACUNA COIL.

*Interlude (question de faire baisser la pression) : quelqu'un peut-il faire avance rapide à 3:17 sur "Hurry Up Ravens" et me dire ce que MAGICA a voulu personnifier avec cette voix modifiée complètement débile ? Si vous avez une réponse plausible, j'offre une récompense à la plus absurde. Et pendant que vous y êtes, pouvez-vous trouver un qualificatif à l'instrumentale "Chitaroptera". J'accepte toutes les suggestions, méchantes de préférence.

Bon, reprenons n'importe où. Ah oui, "Dark Secrets". Autre daube sans intérêt (non mais écoutez ce pitoyable refrain, c'est jouissif !) à part ce solo de Bogdan "Bat" Costea, la seule chauve-souris montrant un semblant de talent parmi ces romanichels. Suivant ! Oups, ça va mal, ma boîte de balles est presque vide. Je devrais donc tirer aux bons endroits pour ne pas faire comme les Roumains et rater ma cible.

Ah et puis non. Inutile d'aller plus loin. Marre de ces groupes à deux sous qui polluent le déjà saturé marché du disque avec des skeuds à la production fadasse et à l'absence de vitalité. Marre et re-marre. Au moment où j'écris ces lignes, j'écoute "Until The Light Is Gone", pièce sans queue ni tête qui conforte mon idée que MAGICA n'a aucune magie et aucune personnalité. Ça prend de tout pour faire un monde : des pommes dures et rougeoyantes et des pommes pourries. Devinez dans quelle catégorie MAGICA se retrouve ?!

Le naufrage était annoncé avec "Hereafter", il est maintenant réalité. Et ne prenez pas la peine d'amener votre scaphandre pour aller repêcher quelque perle que ce soit au fond de cet océan gourmand, apportez plutôt une bouteille de champagne et des pâtés, nous allons festoyer.

Note irréelle : -5/5

A lire aussi en METAL SYMPHONIQUE par MEFISTO :


FAIRYLAND
Score To A New Beginning (2009)
Fairyland achève sa solide trilogie sur les mers!

(+ 1 kro-express)



PATHFINDER
Beyond The Space, Beyond The Time (2010)
Le prochain RHAPSODY ? Le futur du Metal Sympho ?

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez



Par MEFISTO




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Ana Mladinovici (chant)
- Bogdan 'bat' Costea (guitare)
- 6fingers (synthé)
- Valentin 'ingeralb' Zechiu (basse)
- Cristi 'beavis' Barla (batterie)


1. Don’t Wanna’ Kill
2. They Stole The Sun
3. Hold On Tight
4. Hurry Up Ravens
5. Maiastra
6. Dark Secret
7. Just For Two Coins
8. Until The Light Is Gone
9. Chitaroptera
10. Mistress Of The Wind
11. In The Depths Of The Lake



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod