Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  DVD

Questions / Réponses (1 / 3)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Ce DVD
 


 

- Style : Hyperion [swe]
 

 Site Francophone De Dissection (993)

DISSECTION - Rebirth Of Dissection (2006)
Par FIGHTFIREWITHFIRE le 3 Septembre 2007          Consultée 7725 fois

Durant ses années de détention Jon Nödtveidt aura mûrement réfléchi son retour et, sans rien laisser au hasard, il aura minutieusement préparé la renaissance du mythe qu’il avait lui même créé quinze ans plus tôt.C’est ainsi qu’à peine un mois et demi après sa sortie de prison le leader de DISSECTION remonte sur scène et entame ce qu’il appela lui même la "marche victorieuse". En si peu de temps il aura recruté de nouveaux musiciens qu’il juge en accord avec sa vision anti-cosmique du satanisme, poursuivi le processus de création de son nouvel album (déjà entamé derrière les barreaux) et préparé une nouvelle tournée dont le titre résume parfaitement l’état d’esprit du musicien : "Rebirth Of DISSECTION".

Car c’est véritablement une renaissance qu’il nous est donné de contempler à travers les images de ce DVD enregistré à Stockholm le 24 Octobre 2004, date du premier concert de cette tournée historique. Ce groupe contraint au silence depuis si longtemps semble ressurgir des entrailles de la terre où il s’était lui même plongé, devant une assemblée de fidèles qui peuvent enfin laisser s’exprimer leur passion après tant de patience et de frustration.

C’est un menu très soigné agrémenté d’effets subliminaux qui ouvre le DVD, des effets laissant deviner des symboles issus du satanisme, que l’on retrouve dans le visuel de l’album "Reinkaos", mais également des images de Jon et de ses musiciens en fond.
Du côté option sonore on a le droit aux classiques Stereo,Dolby Digital 5.1 et DTS 5.1.

"Si j’étais mort cette nuit je serai mort heureux", ces mots du chanteur guitariste résument bien l’état d’esprit de Jon qui est ce soir fier de constater que DISSECTION n’a pas été oublié, comme nous le montrent les premières images d’un public fébrile et enthousiaste, scandant le nom de cette entité unique dont l’aura dépasse la sphère musicale.

L’ambiance installée, entrons sans plus tarder dans le vif du sujet, dès la scène d’ouverture on le sent, il y’avait de la magie dans l’air ce soir là, dans une atmosphère électrique l’histoire va enfin pouvoir reprendre son cours. Comme le disait Nödtveidt "le cercle est maintenant fermé et sera bientôt brisé" et cette vision prophétique résume bien l'ampleur de l'évènement…
Le concert s’ouvre sur l’introduction "At the Fathomless Depths" et l’on découvre en fond un drapeau flanqué du nouveau sous logo du groupe représentant une allégorie de la mort mais également des chandeliers à l’image du célèbre trident entouré de ses trois six… Alors que l’ambiance est posée, les musiciens font leur entrée dans une nappe de fumée qui vient parfaire cette atmosphère, et de "Night’s Blood" à "A Land Forlorn" c’est une véritable démonstration de talent,de style et de puissance, émotion étant le maître mot de ce concert.

La première constatation est que le son est vraiment bon que ce soit en saturé ou en clair, la batterie est particulièrement mise en avant mais les mélodies des guitares sont parfaitement audibles. Ce qui frappe d’entrée c’est la voix si caractéristique de Jon qui réapparaît après tant d’années et nous replonge dans la grande époque avec un soupçon de nostalgie.

L’image est également très correcte, les angles nombreux mettent surtout en valeur le chanteur guitariste mais n’oublient pas les vues larges du fond de la salle afin de donner la sensation au spectateur de se trouver au sein du public.
Quelques effets "vieux téléviseur" et autres images subliminales apparaissent de temps à autre tout au long du concert.

Quant aux qualités des musiciens on est frappé par la dextérité de Set Teitan qui, bien que statique, est extrêmement propre et précis. Et lorsqu’on connaît la grande technicité des morceaux de Dissection, on salue la performance. Cependant ce côté figé des musiciens est troublant car aussi bien le batteur que le bassiste ceux ci ont l’air tendus, probablement par la stature de l’évènement. Ce comportement a pour effet de laisser se concentrer le regard en quasi permanence sur Jon qui, de plus en plus détendu, fait montre d’un charisme édifiant. Avec son nouveau look, crâne rasé et musculature imposante, il harangue régulièrement le public (qui lui, est tout sauf statique) et semble prendre un plaisir immense à se retrouver sur scène.

Côté setlist c’est évidemment sur le old school que DISSECTION a misé pour son retour avec un set que l’on pourrait séparer en deux parties, la première dédiée à cette pierre angulaire du Metal Extrême qu’a constitué "Storm Of The Light’s Bane" et la seconde revenant sur les débuts du groupe et le non moins culte "Somberlain". Seul le titre "Maha Kali" représente ce soir le dernier album "Reinkaos" qui n’était alors pas encore publié. Il semble dérouter un peu le public mais passe plutôt bien l’étape de la scène avec un son moins chaud que sur l’album.
Car ce qui fait de ce concert un monument et une merveille de Metal Extrême c’est bien l’atmosphère glaciale que dégagent ces compos venues d’ailleurs, qui nous plongent dans un univers unique et nous saisissent les tripes. Les moments forts du show sont notamment atteints avec la génialissime "Where Dead Angels Lie", le sublime "Thorns of Crimson Death" ou encore "The Somberlain" ainsi que le culte "Night’s Blood".

En guise de bonus, DISSECTION nous offre une interview exclusive en anglais non sous titrée et réellement instructive de Jon qui évoque les débuts du groupe, son rapport avec la musique extrême, sa vision du satanisme, du rôle que doit jouer DISSECTION à ce sujet mais également la question plus philosophique de l’existence. Il aborde par ailleurs sa détention et les enseignements qu’elle lui a apporté ou encore son choix du nouveau line-up et l’écriture de Reinkaos. On y découvre un Jon serein et déterminé.
Une galerie de photos extraites du concert , défilant au son de "No Dreams Bread In Breathless Sleep" et le clip du titre "Starless Aeon" tiré du dernier album sont également au menu.

Enfin une séance de crédits telle un générique de film dramatique nous fait réaliser ce que ce DVD est réellement. Car si ce concert est le témoignage de la renaissance de DISSECTION, le DVD n’est ni plus ni moins que le testament visuel et sonore d’un groupe culte dont la disparition mûrement réfléchie a eu lieu quelques temps avant la parution de cette œuvre.
A la vue des événements qui ont marqué la fin du groupe, on réalise avec ce document l’ampleur du travail artistique accompli par DISSECTION, son apport au Metal Extrême et son univers qui le place à part de tout autre groupe voire style du monde Metal. 90 minutes de frissons et de respiration saccadée devant un tel monument, 90 minutes pour l’éternité …

Un mot sur les bonus cachés auxquels vous pouvez accéder dans la rubrique du concert ainsi que dans celle de l’interview à chaque fois en pressant la touche "précédent" après avoir lancé ladite rubrique :
Le premier bonus nous délivre le titre "Black Horizon" qui à l’origine, était le titre d’ouverture du concert mais qui a subi de gros problèmes de son et à dû être retiré du set officiel figurant sur le DVD. On y découvre un Jon visiblement blasé par ce coup du sort mais calme et concentré, qui malgré tout ne cesse pas de jouer et se jette enfin avec détermination et rage dans le titre une fois le problème réglé.
Le second bonus nous présente quant à lui des images backstage des techniciens et des musiciens et l’on peut suivre Jon dans sa préparation d’avant concert. D’une sérénité désarmante pour un homme qui va remonter sur scène après tant d’années, l’occasion de mesurer le charisme indéniable du personnage.

Pour conclure, malgré un prix légèrement prohibitif ce DVD est indispensable pour tout fan du groupe mais également fortement conseillé aux amateurs de Metal Extrême et même aux novices du genre tant il repousse les limites de l’excellence.

A lire aussi en BLACK METAL par FIGHTFIREWITHFIRE :


CARDINAL SIN
Spiteful Intents (1996)
Un groupe culte au génie proche de dissection...




IMMORTAL
All Shall Fall (2009)
Abbath ça alors!

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez




 
   FIGHTFIREWITHFIRE

 
  N/A



- Jon Nödtveidt (guitares et chant)
- Set Teitan (guitares)
- Thomas Asklund (batterie)
- Brice Leclercq (basse)


1. Intro:at The Fathomless Depths
2. Night's Blood
3. Frozen
4. Maha Kali
5. Soulreaper
6. No Dreams Bread In Breathless Sleep
7. Where Dead Angels Lie
8. Retribution-storm Of The Light's Bane
9. Unhallowed
10. Thorns Of Crimson Death
11. Heaven's Damnation
12. In The Cold Winds Of Nowhere
13. Elizabeth Bathori(tormentor Cover)
14. The Somberlain
15. A Land Forlorn
- Bonus
16. Interview With Jon Nödtveidt
17. Starless Aeon Videoclip
18. Photo Gallery



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod