Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  SINGLE

Commentaires (7)
Questions / Réponses (2 / 4)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Ce Single
 


 

 Site Francophone De Dissection (834)

DISSECTION - Maha Kali (2004)
Par UDUFRU le 17 Janvier 2005          Consultée 6368 fois
Mes bien chers frères, mes bien chères sœurs (aussi rares que vous soyez), si nous sommes réunis en cette funeste journée, c’est pour honorer la mémoire d’un grand parmi les géants, j’ai nommé Jon Nodtveidt. Car celui qui fut compositeur, parolier, chanteur, guitariste, leader et fondateur d’une des formations majeures du metal scandinave, à savoir DISSECTION, n’est plus aujourd’hui que l’ombre de lui-même.

Il m’est très pénible d’évoquer devant vous la tragique réalité de cet instant, car je reste hantée par le spectre du génie de cet individu qui bénéficia, en des temps à présent reculés, des bonnes grâces du Seigneur de la Musique. Avec « Somberlain » et surtout « Storm of the Light’s Bane », j’ai vécu des expériences bouleversantes plongeant au cœur de mon intimité la plus secrète et la plus sombre. J’ai tremblé, j’ai pleuré, je suis morte et ressuscitée, et par-dessus tout, j’ai connu le plaisir extatique de voir mon âme couchée sur une tablature.
Plus que tout au monde, j’aimais, et j’aime encore, le groupe à l’inspiration unique qu’est DISSECTION. Puisse-t-il demeurer éternellement dans le Walhalla du Dark Metal !

Bien sûr, j’étais loin de partager l’orientation que suivaient les pensées et idéaux de son pilier fondateur. Qui l’aurait pu ? Nous ne referons pas ici, alors que le cadavre d’une époque révolue gît sous le nom ésotérique de « Maha Kali », la polémique sur ce triste sir dont les « facéties » n’eurent d’autres conséquences que de le conduire directement à la case « prison », où il passa son tour pendant près de huit années. Juger et condamner un individu ne prive pas pour autant de lui reconnaître du talent.

Mais qu’en est-il quand le talent a disparu, et que l’électroencéphalogramme de son ex-détenteur est devenu aussi plat que la musique qu’il a osé commettre ? Car s’il me faut rendre hommage à la prématurée disparition d’un espoir fou, autant le faire jusqu’au bout : « Maha Kali » est à l’ancien DISSECTION ce qu’un gribouillage d’enfant de maternelle est aux grands maîtres du Surréalisme.

En guise de testament, qui se voudrait paradoxalement faire-part de (re)naissance pour la formation rebaptisée REBIRTH OF DISSECTION, le démon suédois nous lègue une bien piètre composition, qui fait rimer mollesse et insipidité. Les guitares torturées ont rejoint de lointains horizons que l’on espère plus féconds, et ont emportées avec elles les riffs bouleversants dont la puissance faisait vibrer nos cœurs aussi bien que nos tympans. Le son est désespérément propre, lavé des tâches sanguinolentes qui dégouttaient de l’esprit supplicié de l’illustre compositeur. La lenteur et la répétitivité du rythme instillent un profond ennui, diminué de temps à autre par un break salvateur. Ce ne sont pas les chœurs féminins aux accents orientaux qui viendront insuffler de l’originalité à ce morceau qui ne doit être perçu que comme l’avertissement funeste de la décadence d’un groupe dont on attendait le retour comme le loup blanc.
La reprise de « Unhallowed », sublime titre d’un « Storm of the Light’s Bane » non moins exceptionnel, pourrait expier l’ultime péché commis par Nodtveidt, mais elle n’y parvient pas. Au contraire, le son clair, poli, verni, démystifie complètement ce chef-d’œuvre qui en perd son relief et se voit (blasphème !) amputé de sa dernière minute trente.

Au terme de ces douze minutes tant attendues, on se signe gravement, et on voudrait prier, mes frères d’infortune, prier pour le salut des membres de DISSECTION que les Grims (génies de la musique dans la mythologie scandinave) ont quittés pour d’autres cieux plus orageux et enténébrés. On définit le décès comme l’arrêt définitif des battements cardiaques ; mais il existe une autre forme de trépas aussi irrémédiable : la mort cérébrale. Ce single en porte tous les stigmates…




Marquez et partagez




 
   UDUFRU

 
  N/A



- Jon Nödtveidt (vocaux et guitare)
- Set Teitan (guitare)
- Brice Leclercq (basse)
- Thomas Asklund (batterie)


1. Maha Kali
2. Unhallowed (rebirth Version)



             



1999 - 2014 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod