Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL GOTHIQUE  |  STUDIO

Commentaires (2)
Lexique metal gothique
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Sirenia

TRAIL OF TEARS - Existentia (2007)
Par ALANKAZAME le 18 Janvier 2007          Consultée 3581 fois

Le moins que l’on puisse dire, c’est que TRAIL OF TEARS nous a foutu une sacrée trouille juste avant de sortir ce cinquième album. En effet, nous apprenions quelques semaines plus tôt le split de la formation … Une « petite » rumeur démentie par Ronny Thorsen, qui se retrouve finalement seul à la tête de la formation. Au delà de simples querelles de personnes, il y a fort à parier que ce remaniement en profondeur aura un impact non négligeable sur les disques de TRAIL OF TEARS à venir, permettant au groupe d’aller de l’avant dans sa nouvelle ligne artistique.

Mais venons en à l’album en lui-même. Le précédent LP, Freefall Into Fear, n’avait pas été épargné par la critique, qui lui reprochait son son trop électro et ses compos trop simplistes ... Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais moi je ne l’avais pas trouvé si mal cet album, même s’il est vrai qu’il était loin d’égaler ses prédécesseurs (et si tout est une question de point de vue : personnellement je préfère le nouveau son que TRAIL OF TEARS a décidé d’adopter … Enfin bref). Loin de renier cette touche de modernité, TRAIL OF TEARS semble malgré tout négocier un virage à contresens, vers ses premiers essais, et se pare d’une multitude d’influences plus ou moins gothiques, à grands renforts de claviers de tous poils, d’ambiances sinistres et de voix féminines grandiloquentes …

Au-delà du côté un peu pompeux d’un gothique pour le moins conventionnel, TRAIL OF TEARS nous offre un album riche et relativement complexe, empli d’atmosphères et de petites finesses artistiques différentes d’un titre à l’autre. Le côté gotho-indus est compensé par des guitares plutôt lourdes et bien présentes, dotant cet album d’un rythme soutenu à même de venir à bout de la chianlie comme de la menace popisante qui pèse sur tous les groupes de metal gothique modernes … Outre sa musique pas franchement recherchée d’un point de vue technique mais convenablement travaillée et assez variée, TRAIL OF TEARS nous surprend de part sa grande diversité vocale, en nous proposant quelques duos pour le moins haut en couleurs. En plus du duo viril entre une voix death très correcte et une voix claire typiquement gothique proche du chant d’opéra, nous avons droit à quelques duos féminins permettant une alternance assez agréable entre une voix puissante et une autre plus sensible et mélodique. Tout cela pouvant bien évidemment se reconvertir en quatuor monumentalo-grandiloquent … Heureusement cela reste suffisamment ordonné pour ne pas se transformer en soupe new wave, et ce malgré la présence de quelques voix trafiquées par électronique.

Fidèles à la ligne directrice de Freefall Into Fear, les compositions adoptent des structures plutôt simples sans être simplistes afin de mettre en valeur les voix et les diverses ambiances du disque. Existentia propose de nombreux plans mélodiques menés tambours battants par un synthé omniprésent, sans pour autant sombrer dans la surenchère symphonique … Couplé aux guitares et au piano, il permet à TRAIL OF TEARS de se doter d’arguments de poids pour tenir l’auditeur en haleine. En outre, les alternances « violence/calme » sont monnaie courante, et souvent intelligemment orchestrées. J’aurais aimé avoir affaire à quelques titres radicaux, qui mettent en valeur le côté extrême, mais cela ne faisait de toute évidence pas partie des objectifs de cette galette. Loin d’être bordéliques, les titres revêtent souvent une étiquette « calme avant la tempête » qui n’est pas pour me déplaire …

Une chose est certaine, les fans de la dernière heure ne seront pas déçus, des titres comme « My Confort », « Empty Room » ou encore « She Weaves Shadows », équipés de mélodies de haute voltige et de lignes vocales en béton pouvant difficilement être reniés. A la fois riche sans être soupeux, pas prise de tête sans être simpliste, Existensia est un bon album qui a sûrement du avoir sa place au pied du sapin. Mature et bien construit, il est l’aboutissement d’une longue carrière et peut être l’une des meilleures sorties de ce début d’année.

A lire aussi en METAL GOTHIQUE :


LACUNA COIL
Lacuna Coil (1998)
Metal gothique




PARADISE LOST
Draconian Times (1995)
L'aboutissement d'une carrière.

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   ALANKAZAME

 
  N/A



- Ronny Thorsen (chant)
- Kjetil Nordhus (chant)
- Runar Hansen (guitare)
- Kjell Rune Hagen (basse)
- Frank Roald Hagen (claviers)
- Jonathan Perez (batterie)


1. Deceptive Mirrors
2. My Comfort
3. Venom Inside My Veins
4. Decadence Becomes Me
5. She Weaves Shadows
6. The Closing Walls
7. Empty Room
8. Poisonous Tongues
9. As It Penetrates
10. Shades Of Yesterday



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod