Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL GOTHIQUE  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique metal gothique
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Orphanage, Tristania, Theatre Of Tragedy, The Sins Of Thy Beloved , After Forever
- Membre : Guardians Of Time, Green Carnation, Borknagar
- Style + Membre : Imperia, Sirenia

TRAIL OF TEARS - Profoundemonium (2000)
Par DARK BEAGLE le 30 Mars 2020          Consultée 799 fois

Après un premier album passé relativement inaperçu ("Disclorure In Red" en 1998), les Norvégiens de TRAIL OF TEARS sortent leur second opus en mai 2000 avec une pochette qui attire forcément le regard. Police soignée pour le logo, plus fine et moins anguleuse que la précédente, un fond rouge bien plus nuancé et une référence au masochisme qui donnerait envie d’être un sadique. Et qui macère complètement dans son époque et les clichés. Un enrobage plus travaillé donc, qui va servir de vitrine à la nouvelle mouture du groupe puisque Helena Iren Michaelsen est partie après la phase d'enregistrement du disque et se voit remplacée par Cathrine Paulsen dont le registre soprano va très bien se marier avec la musique déployée par TRAIL OF TEARS par la suite.

Ce second essai va gentiment se démarquer de son prédécesseur grâce à une production plus claire, qui va permettre à la formation de se montrer plus nuancée et s’autoriser quelques petites folies intéressantes. En revanche, il est franchement difficile de parler réellement d’une évolution dans la musique de TRAIL OF TEARS parce que globalement, la recette reste la même et tous les habitués du la scène Goth norvégienne ne risquent pas d’être surpris par les ambiances développées ici, qui sont sensiblement celles que l’on retrouve chez TRISTANIA ou encore THEATRE OF TRAGEDY. Pourtant, ils essaient de se démarquer, en tentant quelques trucs, à chercher un son ou des gimmicks qui leur seront propres, sans pour autant marquer le coup plus que cela.

Aussi, le bassiste Kjell Rune Hagen va par moments livrer des lignes mémorables, contribuant par instants à conduire à des ambiances quasi aquatiques. Le clavier se taille une belle place également, s’appuyant sans vergogne sur les guitares qui ne cherchent pas forcément le riff qui tue, mais qui tiennent à capter l’auditeur avec des mélodies plutôt bien foutues dans l’ensemble. Le chant de Ronny Thorsen n’est pas le growl du siècle, autant que ce soit dit tout de suite, mais ses interventions sont justes, il donne de l’ampleur en morceaux tout en sachant s’effacer pour que Helena Iren Michaelsen puisse briller également. Le chant féminin est donc moins conséquent sur "Profoundemonium" que sur "Disclosure In Red", mais son emploi est peut-être plus judicieux, plus intelligent.

Et TRAIL OF TEARS aurait presque pu le faire. Toute la subtilité réside donc dans ce presque. Après, il est vrai que les musiciens sont coupables d’évoluer dans un genre très codifié, et de ne pas figurer parmi les précurseurs, ce qui fait qu’ils auront toujours droit aux comparaisons avec les standards du style pratiqué. Passé une introduction héroïque, les trois premiers vrais morceaux sont plutôt plaisants, faisant l’alliage de la mélodie et de la férocité d’un growl maîtrisé. Les interventions féminines claquent, Helena Iren Michaelsen livre une très bonne prestation tout du long ("In Frustration’s Web", qui sort du lot) et on se laisse facilement prendre au jeu d’un groupe qui se met dans de bonne dispositions.

Mais hélas, passé le title-track, TRAIL OF TEARS va sombrer dans une espèce de Metal Goth très convenu, avec des mélodies moins mémorables. Bien sûr, il y a "In Frustration’s Web" qui tire son épingle du jeu de par la prestation de Michaelsen qui en impose, malgré une fin en-deçà, mais il faudra tout de même attendre les deux derniers morceaux, "Disappointment’s True Face" et "The Haunted" pour retrouver le charme des premières pistes. Et voilà qui est bien frustrant, parce que le ventre mou est bien là et que pour le coup, ça devient long et la tentation d’arrêter son chemin en cours d’écoute se fait de plus en plus forte à mesure que l’insignifiant succède à l’anecdotique. Dommage, parce que c’est tout un potentiel qui est ainsi torpillé.

Et bien entendu, je le répète, mais pour qui est habitué à THEATRE OF TRAGEDY ou The SINS OF THY BELOVED, il y a de fortes chances pour que TRAIL OF TEARS en touche une sans secouer l’autre si vous permettez l’expression. Ils n’ont clairement pas inventé la corde à pendre un goth et l’inspiration est plus qu’évidente. Ce manque d’originalité est également préjudiciable, surtout dans un style où les tentatives d’émancipation sont en général assez radicales (cf THEATRE OF TRAGEDY, qui est passé de "Aegis" à "Musique" sans intermédiaires ni vaseline). C’est un reproche qui sera toujours là, dans l’ombre, prêt à se manifester à chaque nouvelle sortie.

Alors, quid de ce "Pronfoundemonium" ? Ce n’est pas un album révolutionnaire et ce n’était certainement pas le but du groupe au moment de sa sortie, il était surtout là pour lui donner une légitimité, qu’il a à moitié acquise. TRAIL OF TEARS ne deviendra jamais un cador de la scène Goth norvégienne et quelque part, c’est dommage parce qu’il y a des qualités, l’instrumentation est plutôt pas mal quand les musiciens prennent le temps de poser de solides bases à leurs morceaux, la dualité des chants est convenue mais agréable à l’oreille. Cela se joue à quelques années près, le disque arrive un brin trop tard pour avoir plus d’impact. Il reste donc un gentil petit album, plutôt bon sans être grandiose, intéressant autant qu’ennuyeux par moments, mais truffé de mélodies qui se retiennent tout de même plutôt bien.

A lire aussi en METAL GOTHIQUE par DARK BEAGLE :


LACRIMOSA
Fassade (2001)
Ne pas tout miser sur l'apparence




LACRIMOSA
Einsamkeit (1992)
Forteresse de solitude


Marquez et partagez




 
   DARK BEAGLE

 
  N/A



- Ronny Thorsen (chant)
- Cathrine Paulsen (chant)
- Runar Hansen (guitare)
- Terje Heiseldal (guitare)
- Kjell Rune Hagen (basse)
- Jonathan Perez (batterie)
- Frank Roald Hagen (batterie)


1. Countdown To Ruin
2. Driven Through The Ruins
3. Fragile Emotional Disorder
4. Profoundemonium
5. Sign Of The Shameless
6. In Frustration's Preludium
7. In Frustration's Web
8. Released At Last
9. Image Of Hope
10. Disappointment's True Face
11. The Haunted



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod