Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  E.P

Commentaires (4)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

- Style : Custard, Virgin Steele, Majesty, Domine, Steel Attack
- Membre : Shakin' Street, Ross The Boss
 

 Site Officiel De Manowar (1499)

MANOWAR - The Sons Of Odin (2006)
Par DARK SCHNEIDER le 11 Janvier 2007          Consultée 8017 fois

Depuis le départ de Ross the boss on ne peut pas dire que MANOWAR soit très productif. Seulement trois albums, et d’une qualité que je considère nettement inférieure à ce que produisait le groupe dans les 80’s. En contrepartie les Américains savent faire patienter leurs fans en publiant moult et moult DVDs. Mais plus que de voir du live ou d’admirer les tribulations backstage de nos warriors c’est bien du nouveau matériel studio qu’on veut entendre.. Et voilà, il aura fallu attendre la fin de l’année 2006 pour enfin avoir droit à de nouveaux morceaux.

Sons of Odin, tel est le nom de ce nouvel EP de MANOWAR. Rien que le titre et la pochette annoncent qu’il n’y a aucun changement en ce qui concerne le folklore qui entoure le groupe. Les paroles sont franchement redondantes. Mais bon MANOWAR c’est comme ça qu’on les aime. L’important c’est donc la musique. Force est de constater qu’il y a un peu de nouveauté chez les kings of metal. Globalement, on peut dire que cet EP montre un groupe qui revient à une musique nettement plus épique que sur ces deux précédentes réalisations, pas un mal me direz vous. Mais un autre constat se pose : on sent que le groupe a récemment tourné avec RHAPSODY tant l’influence de ces derniers se fait sentir, marrant quand on sait qu’à la base c’est les italiens qui furent influencés par les Américains. En effet, Son of Odin se caractérise par la présence d’orchestrations imposante et pompeuse, on en sentait les prémisses sur l’album précédent mais là c’est nettement plus affirmé. Des orchestrations dans un style wagnérien bien entendu.

L’album débute sur « The ascendy », une intro orchestrale avec la présence de narration. Bon rien d’intéressant à l’horizon mais elle introduit plutôt bien le titre « King of kings » qui figurait déjà sur un DVD précédent. Un morceau bien épique, très speed, et si comme d’habitude depuis le départ de Ross the boss il n’y a aucun riff de guitare on peut saluer la performance de Karl Logan qui enfin délivre un solo efficace et réussi ! Il était temps ! Ce morceau est accompagné par des orchestrations et des chœurs glorieux. Eric Adams confirme qu’il est toujours un chanteur exceptionnel même si on sent qu’il vieillit, sa voix se fait plus grave et tout au long de l’EP les screamings se feront très peu nombreux et seront pas très jolis. « King of kings » est un bon morceau cependant. Ces deux premiers titres seraient live, à vrai dire ça ne saute pas aux oreilles !

On enchaîne avec « Odin », un instrumental wagnérien bien long, seulement interprété par l’orchestre, une musique d’ambiance en somme. Il s’agit clairement du genre de morceau qui me gonfle chez MANOWAR, du remplissage comme le groupe adore en faire depuis Louder than hell, bref totalement inutile. Passons.
Voilà qu’arrive « Gods of war », morceau onirique où l’on se plait à croire que le groupe retrouvera l’inspiration des « Mountains » et autre « Guyana » d’antan. Mais non. Bien que son intro symphonique à la Conan le Barbare semble augurer de bonnes choses, la suite ne tient pas ses promesses. Et finalement « Gods of war » est un morceau bien longuet sans réel panache, toujours aucun riff, pas de solo dévastateur et un refrain manquant singulièrement de force.
On clôture enfin cet EP par le title track, « The sons of Odin », il s’agit pour moi du meilleur morceau mais là encore il n’est pas dénué de défaut. Bon déjà il a le mérite de débuter par un riff de guitare, enfin ! Rien d’exceptionnel (ça n’a jamais été le point fort de MANOWAR) mais ça fait du bien quand même. Puis les choses se calment, Eric Adams chante de manière posée, sur fond de chœurs, bien entendu tout cela est fait pour appuyer la montée en puissance de ce titre. C’est plutôt une réussite. La fausse fin du morceau est vraiment splendide, avec des chœurs magnifiques, toujours aussi épique. Je parle de fausse fin car la vraie fin de ce morceau est une narration assez pitoyable, que même RHAPSODY n’en voudrait pas. Très bon morceau donc mais presque gâché par sa mauvaise conclusion.

Cet EP de MANOWAR nous montre donc la facette épique du groupe. Certes, cet EP est loin d’être dénué de qualités mais il demeure insuffisant. Il ne contient que trois véritables titres, et aucun n’est parfait, il y a toujours un élément qui fâche, un manque d’accroche, la très faible inspiration du jeu de guitare (pas une nouveauté depuis l’arrivée de Karl Logan). Les moins exigeants y trouveront certainement leur compte, pas les autres.

A noter qu’il existe une version avec DVD de cet EP, je ne l’ai pas visionné en raison de son prix prohibitif. 23 euros, faudrait peut-être pas abuser non plus ! Sympa de la part d’un groupe qui considère tous les métalleux comme des Brothers of metal… Le prix de l’édition normale est également prohibitif compte tenu qu’il ne contient que trois véritables morceaux.

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK SCHNEIDER :


DIO
The Last In Line (1984)
Le meilleur album de dio!




SABATON
The Art Of War (2008)
À la guerre comme à la guerre

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez




 
   DARK SCHNEIDER

 
  N/A



- Eric Adams (chant)
- Kar Logan (guitare)
- Joey De Maio (basse)
- Scott Colombus (batterie)


1. The Ascension (live)
2. King Of Kings (live)
3. Odin
4. Gods Of War
5. The Sons Of Odin



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod