Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK METAL  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Skyclad, Elvenking, Saurom
 

 Site Web Officiel De Mägo De Oz (espagnol) (562)
 Myspace (227)
 Chaîne Youtube (287)

MÄGO DE OZ - La Leyenda De La Mancha (1997)
Par DARK SCHNEIDER le 23 Février 2007          Consultée 3824 fois

Magicien d’Oz…un nom plutôt original pour un groupe de metal. Il faut dire que les Espagnols de MAGO DE OZ ont une approche particulière du metal, leur style franchit largement les barrières du heavy traditionnel afin de s’abreuver de musique folk, celtique et aussi tout simplement de rock. Le metal folk n’étais pas encore un style très répandu en cette année 1997. Les vétérans de SKYCLAD, le groupe des ex-SATAN et SABBAT furent les premiers à ce faire une solide réputation dans ce style. Mais la comparaison s’arrête là. La musique des Espagnols n’a finalement rien à voir avec celle des anglais, le seule point commun entre les deux groupes est de compter un violoniste au sein de leur line-up. L’aspect folk est beaucoup plus poussé chez MAGO DE OZ et les bases heavy metal des Espagnols sont assez éloignées du thrash de SKYCLAD. MAGO DE OZ apportait donc réellement quelque chose de neuf au metal. En quelque sorte, on peut considérer que MAGO DE OZ est au metal ce que JETHRO TULL est au rock.

"La leyenda de la mancha", troisième album des magiciens, fut à sa sortie leur album le plus abouti. Comme l’indique son titre, cet opus se veut être un concept album narrant les aventures du fameux Don Quichotte de la Mancha, chaque chanson fait référence à un épisode de la vie du héros crée par Cervantès. En choisissant de rendre hommage à cette œuvre, qui fut en son temps un véritable affront aux romans de chevalerie, MAGO DE OZ, et surtout Txus, son batteur-compositeur, nous change agréablement des histoires de donjons et dragons très en vogue à la même époque (RHAPSODY, BLIND GUARDIAN, HAMMERFALL…).

La force de "La leyenda de la mancha" est de proposer un album très varié. Heavy metal, folk, rock celtique et hommage aux dinosaures du metal, tout y passe ! Et à chaque fois, MAGO DE OZ touche sa cible. Le premier morceau de l’album, « El santo grial », nous embarque directement dans une cavalcade heavy rehaussé par les violons de Mohamed qui nous abreuvent de mélodies et de jolies ritournelles folk. Au chant, José n’a rien d’un grand chanteur, souvent faux dès qu’il part dans les aigus, il parvient pourtant largement à convaincre. D’un niveau technique assez faible, il compense largement par son énergie et son timbre de voix qui se révèle finalement assez agréable. Seule quelque cris aigus demeurent insupportables. « La leyenda de la mancha », le title track, contraste largement avec le morceau d’ouverture, ici on navigue dans un rock celtique très punchy, MAGO DE OZ prouve qu’il est impossible de les cataloguer comme un simple groupe de Heavy metal celtique.
Ainsi, tout au long de l’album, les magiciens espagnols nous emmènent dans des morceaux aux ambiances festives parfois très prononcées (« Molinos de viento », « El balsamo de fierabras ») ou alors à l’atmosphère nettement plus grave (« Requiem »). Nous avons également droit à une ballade de circonstance, la très réussie « Dime con quien andas ».

A partir du morceau « El pacto », MAGO DE OZ décide de rendre hommage à certains groupes les ayant considérablement influencés. « El pacto » semble tout droit sortir d’un album d’IRON MAIDEN, mais attention, pas n’importe quel album ! En effet ce titre aurait très bien pu figurer sur…The X factor ! Comme quoi, cet album alors très critiqué à l’époque, a fait des émules. L’intro de basse est typiquement Harrisienne, le bassiste de MAGO n’ayant jamais caché son admiration pour le leader de la vierge de fer. On imagine également sans peine la guitare de Jannick Gers se greffer à la place du violon. A vrai dire, dès que MAGO DE OZ s’inspire de MAIDEN, c’est souvent pour sonner comme le MAIDEN post-X factor, bien plus que celui des 80’s. « El pacto », long titre épique, est incontestablement un des meilleurs morceaux de l’album.
J’évoquais plus haut JETHRO TULL, l’instrumental « La insula de Barataria » est un hommage évident à ce groupe. La présence d’une flûte ne laisse aucun doute à ce sujet. Bref, ce morceau aurait pu figurer sur n’importe quel album du groupe de Ian Anderson.
Troisième hommage de l’album, « El templo del adios ». Cette fois-ci pas la peine de tergiverser : ce morceau est tout simplement une reprise du magnifique « Temple of the king » de RAINBOW. Seules les paroles ont été modifiées afin de coller au concept. José n’essaye pas d’imiter Ronnie James Dio, il chante à sa manière, les guitaristes font également preuve d’un grand respect par rapport au très beau solo de Ritchie Blackmore, un solo d’un feeling à tomber par terre se contentant de quelques notes placées au bon moment. Bien sur l’ensemble est réarrangé à la sauce MAGO afin de donner une touche folk à ce titre déjà très médiévale à la base. Tout cela est fait avec finesse et bon goût.

"La leyenda de la mancha" est donc une œuvre riche, variée et surtout très réussie. Cet album très consensuel devrait autant satisfaire les amateurs de rock celtique que les fans de heavy metal.

A lire aussi en FOLK METAL :


ELVENKING
The Winter Wake (2006)
Heavy folk pêchu et entraînant




TRIDDANA
Ripe For Rebellion (2012)
Ronnie James Dio et son biniou


Marquez et partagez




 
   DARK SCHNEIDER

 
  N/A



- José (chant)
- Mohamed (violon)
- Carlitos (guitare)
- Frank (guitare)
- Salva (bass)
- Txus (batterie)


1. En Un Lugar...
2. El Santo Grial
3. La Leyenda De La Mancha
4. Noche Toledana
5. Molinos De Viento
6. Dime Con Quièn Andas
7. Maritornes
8. El Balsamo De Fierabras
9. El Pacto
10. La Insula De Barataria
11. El Templo Del Adios
12. Réquiem
13. Ancha Es Castilla



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod